Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Certaines cellules immunitaires « apprennent » des grossesses antĂ©rieures

Certaines cellules immunitaires « apprennent » des grossesses antérieures

C’est le rĂ©sultat d’une vaste Ă©tude menĂ©e pendant 6 ans par des chercheurs israĂ©liens : certaines cellules immunitaires prĂ©sentes dans la muqueuse utĂ©rine seraient capables « d’apprendre » des grossesses antĂ©rieures. Cela expliquerait que les autres grossesses se passent mieux ! Ces rĂ©sultats pourraient aboutir Ă  des traitements permettant d’amĂ©liorer Ă©galement les premiĂšres grossesses difficiles.

Les cellules « natural killer » peuvent faire en sorte que les grossesses se passent mieux

La premiĂšre grossesse est souvent plus compliquĂ©e que les suivantes. DĂ©sormais des chercheurs semblent pouvoir expliquer une partie du phĂ©nomĂšne. Une Ă©quipe scientifique israĂ©lienne a en effet publiĂ© rĂ©cemment les rĂ©sultats d’une Ă©tude portant sur plus de 450 femmes enceintes. Les cellules « natural killer » dites NK, sont des cellules immunitaires chargĂ©es de dĂ©fendre l’organisme conte les pathogĂšnes. Pendant la grossesse ces cellules se trouvent en abondance au niveau de la caduque la muqueuse utĂ©rine (en rapport avec le placenta). Les cellules natural killer sont chargĂ©es de protĂ©ger l’embryon mais aussi de faciliter son dĂ©veloppement. Les chercheurs ont pu remarquer que ces cellules Ă©taient trĂšs prĂ©sentes pendant la grossesse mais ils ont dĂ©couvert une autre caractĂ©ristique. Ces cellules semblent aider Ă  l’implantation du placenta et semblent possĂ©der une mĂ©moire des grossesses antĂ©rieures. Ainsi, elles permettent une meilleure implantation lors des grossesses suivantes. Ces rĂ©sultats montrent ainsi que le risque de certaines pathologies comme par exemple la prĂ©-Ă©clampsie diminue au fur et Ă  mesure des grossesses grĂące au travail des cellules « natural killer ». Ces cellules que les chercheurs ont nommĂ© Pregnancy Trained Decidual Natural Killer Cells pourraient donc jouer un rĂŽle essentiel dans la prĂ©vention de nombreuses pathologies liĂ©es Ă  la grossesse. C’est en comprenant le fonctionnement de ces cellules que les scientifiques pourraient mettre au point un traitement pour aider les premiĂšres grossesses considĂ©rĂ©es comme Ă  risque.

Chaque grossesse est différente

Les rĂ©sultats de cette Ă©tude ne doivent pas faire oublier que chaque grossesse est diffĂ©rente ! Ne culpabilisez pas parce que votre grossesse se passe mieux ou moins qu’une prĂ©cĂ©dente, on ne peut pas comparer. Le principal est d’éviter tout stresse et de ne jamais hĂ©siter Ă  poser toutes les questions qui vous passent par la tĂȘte Ă  votre sage-femme ou votre gynĂ©cologue !

À lire absolument