Interview VIP : Astrid Veillon nous parle de sa grossesse

La belle comédienne, animatrice de l’émission « Ma vie de maman » sur Teva revient rien que pour nous sur sa grossesse. Anecdotes, souvenirs, confidences sans langue de bois.

Vous êtes maman d’un petit Jules qui a presque 3 ans. La grossesse, c’est un bon souvenir pour vous ?

J’ai vécu une grossesse super stressée.  J'ai vraiment attendu avant d'avoir un bébé car j'avais besoin de régler certaines choses. Cette grossesse fut pour moi un vrai chamboulement psychologique . Même si notre bébé était vraiment désiré, j'avais au fond une grande peur de perdre ma liberté.J'ai vécu donc une grossesse avec beaucoup d’angoisses, et surtout avec la peur de perdre ce bébé. Et puis, je me posais des tonnes de questions sur la maternité,  sur mon rôle de future maman..

Vous parlez souvent de « grossesse miracle », pour quelles raisons ?

De nombreux médecins m'ont souvent dit que j'aurais beaucoup de mal à tomber enceinte. Alors je n'y croyais plus , je pensais être stérile..Et pourtant !

Vous avez connu les fameux « maux de grossesse »?

Oh oui ! J’ai eu des nausées les trois premiers mois , mais aussi  des insomnies, des problèmes de circulation, un mal de dos épouvantable,  une sciatique et puis j’ai pris 30 kilos. Je suis un dictionnaire des maux de grossesse à moi toute seule. Réjouissant non ? Mais la sophrologie m'a beaucoup apporté. Ca m'a notamment permis de meiux respirer, de mieux dormir aussi…

Vous dites avoir pris près de 30 kilos pendant votre grossesse , comment expliquez vous ça ?

C'est vrai que j'avais un gros appétit. J'avais sans arrêt envie de manger du  fromage. Et pourtant avant ma grossesse, je n'en mangeais pratiquement jamais

Le futur papa, il était présent pendant votre grossesse ?

Enormément. Il était très impliqué. Il a été super patient, prévenant alors que je n'étais pas très simple à gérer, je l'avoue mais il s'est bien débrouillé.

Vous avez écrit un livre sur votre grossesse « 9 mois dans la vie d'une femme ». Pourquoi avoir voulu raconter votre histoire ?

Ca m'a permis de poser par écrit tout ce que j'avais pu ressentir pendant ces neuf mois. Ca m'a fait beaucoup de bien. Un vraie thérapie. Et puis ce livre d'anecdotes, de souvenirs, je pourrais le partager ensuite avec mon fils. Ce livre a été ecrit sans langue de bois. Je dis tout ce que je ressens. C'était aussi ma manière à moi de partager ma grossesse avec d'autres femmes. J'espère que ça a pu en aider certaines..

Et votre accouchement, comment s’est il passé ?

J'avais très peur de l'accouchement. J'ai eu  20h de travail et une césarienne . Pas mal pour une première. J’avais des contractions dans les reins donc c’était très douloureux. Et puis, j’ai fait une mauvaise réaction à la peridurale.Mais de 23 h à 7 h du matin, j'ai vécu un moment magique, certainement le plus beau moment de ma vie.  J'ai  vraiment vécu l’instant présent et ça faisait du bien ! Et quand j'ai découvert mon fils, tout était oublié.

Après la naissance de Jules, vous avez fait un « baby-blues » ?

Oui, on peut même parler de burn out. Ca arrive en règle générale 9 à 10 mois après l'accouchement. C’est une période partiuculièrement difficile à vivre pour une femme car on se sent seule.  C’est un sentiment inavouable très diffcile à expliquer..Et on est souvent désemparée, c'est pourquoi il ne faut surtout pas hésiter à en parler.

Qu'est ce que maternité a changé chez vous ?


Avant Jules, j'étais centrée sur ma petite personne. Jules a changé mon regard sur la vie, sur mes priorités. Il m'a permis de me trouver réélement.

Comment décririez  vous votre relation avec Jules ?

Fusionnelle. Jules me regarde et j'oublie tout.

A votre avis, c'est quoi être une bonne maman ?

Il faut se faire confiance, fonctionner au feeling, arrêter d'ecouter les conseils des autres pas toujours bien attentionnés…et arrêter de se poser des questions. Il n'y a rien de plus beau que le rôle de maman.

Quel conseils auriez vous envie de donner à des futures mamans ?

J’ai plein de copines qui ne veulent pas grossir, qui veulent tout prévoir, tout contrôler…Hors c'est vraiment dommage de vivre de cette période de cette manière. Selon moi, il faut éviter d’être dans le contrôle permanent, de tout vouloir prevoir. Il faut un peu se laisser surprendre par la vie et ne pas avoir peur de parler de ses angoisses, de ses interrogations.

Si vous voulez en savoir plus sur Astrid Veillon, sur  son rôle de maman et sur l'émission "Ma vie de maman", suivez nos rendez vous hebdomadaires  sur Cafe des mamans >>

Crédit photo : Francesca MANTOVANI/TEVA
 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire