A quel âge peut-on lui donner du poisson ?

Quand vient le moment de la diversification alimentaire, il faut être attentif à la tolérance de notre enfant face aux aliments avant de poursuivre son aventure gustative. Pour le poisson, il est préférable d’avancer pas à pas. Et en cas d’antécédents familiaux, le mieux est d’attendre qu’il ait plus d’un an.

Un bébé a besoin d’un apport important en protéines pour bien grandir. Si la viande peut être introduite dans ses menus dès ses cinq mois, pour le poisson, en revanche, il serait plus prudent d’attendre encore un peu, dans le but d’éviter tout risque d’allergie alimentaire.

Une diversification trop précoce

Celle-ci touche environ 5 % de la population infantile. Et donner du poisson trop tôt à notre enfant augmente ce risque, car les défenses de la flore intestinale des bébés ne sont pas encore arrivées à maturité. Si en plus, il existe un facteur héréditaire dans la famille, on accroît cette possibilité.

Dans ce cas-là, la tolérance au poisson se fait plutôt vers 18 mois. En clair, pas de poisson avant un an.

Comment reconnaître une allergie ?

Les symptômes sont pour la plupart d’ordre cutané, comme pour l’urticaire. Bébé souffre de démangeaisons et de brûlures. Des petites lésions apparaissent sur la peau.

Mais le risque d’un œdème de Quincke (gonflement généralisé), ou une forme d’urticaire géante ne sont pas à écarter. S’il y a des antécédents dans la famille, notre enfant peut faire une dermatite atopique, une forme d’eczéma. Mais le signe clinique le plus grave reste le choc anaphylactique : il se traduit par une baisse de tension et peut aller jusqu’à un arrêt cardiaque. Dans tous les cas, il est impératif de consulter un généraliste, un pédiatre, ou de filer aux urgences.


Découvrir le poisson peu à peu

Si le médecin nous déclare qu’il pourra éventuellement manger du poisson en grandissant, procédons en douceur. Au début, évitons ceux au goût fort et longs à digérer comme le hareng, le maquereau ou la sardine. Les filets de poissons blancs et maigres (sole, cabillaud, julienne) sont les plus recommandés. Nous pouvons commencer par agrémenter un gratin de pomme de terre avec quelques filets de poissons, histoire de lui donner le goût. Petit à petit, bébé appréciera certainement de trouver un petit morceau de poisson dans son assiette.

Plus nous varions la présentation du nouvel aliment, plus il l’appréciera. Mais dans tous les cas, ne nous pressons pas : il sera bien temps de lui faire découvrir la richesse de cette saveur quand il aura soufflé sa première bougie.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire