Bébé a une peau atopique : comment le soulager ?

Saviez-vous que l’eczéma affecte près de 20 % des enfants aujourd’hui, générant un inconfort pénible et des troubles du sommeil dès le berceau  ? Pauvres loulous  ! Mais comment les soulager alors  ? Sauvées les filles ! Le Docteur Clarence de Belikovsky, dermatologue, nous dévoile ses méthodes pour apaiser et surtout soigner nos bébés efficacement.


Dès l'âge de 2 mois, certains bébés présentent une sécheresse moyenne ou sévère au niveau du visage et du cou. Les semaines passent, et ces plaques sèches s’étendent petit à petit aux bras et aux jambes de bébé, s’incrustant notamment dans les plis cutanés, derrière l’oreille, dans le cou, au creux des coudes et des genoux où l’humidité va provoquer une modification du pH et donc un déséquilibre. Qui plus est, les acariens – féroces allergènes  ! – ayant la fâcheuse habitude de se nicher dans les plis, le tout-petit n’est pas vraiment à la noce  : ça suinte et ça démange  !

 

" Un bébé de quelques semaines n’a pas la possibilité de se gratter " explique le Dr Clarence de Belikovsky, dermatologue. "Gêné, il va s’agiter, mal dormir, parfois se frotter avec son bras. Ce sont des signes d’alerte qui doivent amener les parents à consulter. "
 

Un terrain familial en cause

La dermatite atopique touche essentiellement des enfants présentant un terrain favorable, c'est à dire ayant une peau trop sèche ou prédisposés par terrain familial à l’allergie. En effet, si l’un de ses parents est allergique, le bébé a une chance sur deux de développer une dermatite atopique. Si deux personnes de la famille (les deux parents ou un parent et l’un des enfants) souffrent d’allergie, le risque d’eczéma pour le bébé augmente de 30 %. Dans ces familles à risque, il est fortement conseillé aux jeunes mamans d’allaiter leur enfant pour le protéger ou d’utiliser, en cas d’impossibilité, un lait hypoallergénique, afin d’éviter le risque d’allergie aux protéines du lait de vache. Quant à la diversification alimentaire, il est recommandé de la repousser au sixième mois et de surveiller attentivement les réactions du bébé à l’introduction de nouveaux aliments. «  On incrimine souvent la chaîne alimentaire dans les cas d’eczéma, mais il y a bien d’autres allergènes autour du bébé  », tempère le médecin.
 

Des soins doux au quotidien

Pour la toilette de bébé, les seuls produits cosmétiques préconisés portent la mention «  peau atopique  ». Doux, relipidants, ils apportent l’hydratation nécessaire pour éviter les poussées d’eczéma. «  Il n’est pas nécessaire de donner un bain au bébé tous les jours " souligne le Dr Clarence de Belikovsky. " Mais en revanche, il faut masser sa peau tous les jours avec une crème hydratante. Au moment du bain, on peut ajouter une huile adoucissante dans l’eau à condition de manipuler bébé avec prudence car ça glisse ! "
 

Un traitement à base de cortisone

Lors des poussées d’eczéma, le traitement repose essentiellement sur l’application de pommade à base de cortisone (sur prescription médicale) pendant huit ou quinze jours afin de réduire l’inflammation et de permettre à la peau de se renouveler. «  Il ne faut pas hésiter à consulter, lors de l’apparition des premiers symptômes, puis un mois après le début du traitement puis tous les trois mois afin de faire le point " souligne la spécialiste." Le médecin est là pour expliquer et encourager.  Et pour éviter les erreurs  ! Comme d’appliquer ad vitam aeternam des corticoïdes en se disant que cela tiendra les poussées à distance  ! "

« Ce n’est pas l’arrêt des corticoïdes qui provoque les poussées, mais l’histoire personnelle de l’eczéma de l’enfant », précise la spécialiste.

 


En cas de surinfection due au grattage, seule issue, un traitement antibiotique. Dès que la peau s’améliore, les corticoïdes seront alternés avec une crème aseptisante à base de cuivre et de zinc. Une fois la poussée passée, il faut continuer l’application de crème hydratante, une à deux fois par jour.

" Les crèmes émollientes permettent de lutter contre la sécheresse cutanée, d’améliorer l’état de la peau et d’éviter le passage des allergènes à travers l’épiderme. Cela permet de diminuer petit à petit le recours aux corticoïdes. "

Et un jour ou l’autre, l’eczéma recule car dans 80% des cas les poussées sont légères et modérées pour 15% des enfants atteints. Seuls 5% des cas sont considérés comme sévères au point de nécessiter un traitement lourd et souvent le soutien d’une cure thermale annuelle pendant quelques années. Dans la grande majorité des cas, le salut vient d’une toilette bien orchestrée avec des cosmétiques adaptés. Tout simplement…  
 

Le massage pour bébé ne doit pas être insistant même pour faire mieux pénétrer le produit  : l’échauffement inciterait alors bébé à se gratter… d’où surinfection  !
 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire