Neufmois.fr » Ma Grossesse » Accoucher » Les nouvelles grand-mĂšres, toujours mamies gĂąteaux ?

Les nouvelles grand-mÚres, toujours mamies gùteaux ?

Plus actives, plus autonomes, comment les grands-mùres d’aujourd’hui assument-elles leur rîle ?

L’image de la mamie au chignon blanc est loin derrière nous ! Aujourd’hui, la femme en âge d’être grand-mère assume un tas d’activités, le plus souvent professionnelles. Mais elle est aussi la plupart du temps sportive, s’occupe d’elle et a des passions, au point, parfois, de refaire sa vie de fond en comble, conjugalité comprise !
Nées entre les années 50 et 60, elles ont donc une cinquantaine d’années, même si, conséquence des divorces et recompositions familiales en cours depuis trente ans, on trouve aussi de nouvelles mamies ayant passé 7O ans ; pas de généralités donc, mais quel que soit son âge, la grand-mère 2012 veut rester belle et dynamique, qu’elle soit toujours en activité professionnelle ou pas !

Des profils différents, un même amour
Les futures grand-mères ont  souvent un petit passage à vide à l’annonce d’un petit enfant à venir, mais passé ce moment de déstabilisation, elles réalisent très vite tout ce qu’elles vont pouvoir apporter à ce futur bébé, grâce à l’énergie et à la jeunesse d’esprit dont elles font preuve.
Elles sauront passer des moments privilégiés avec leur petit enfant mais  garderont leur indépendance et activités. Les femmes d’une cinquantaine d’années n’ont aucune envie de passer pour de « vieilles » grand-mères et veulent rester dans le coup, garder une image tonique pour accompagner ces petits-enfants. Certaines, qui ont lutté pour faire carrière, n’auront guère envie de pouponner arrivées à l’âge de la retraite, afin de profiter d’une liberté chèrement acquise ; d’autres, qui ont passé leur vie à courir pour concilier travail et famille, voudront prendre pour leurs petits-enfants le temps qu’elles n’ont pu consacrer à leurs propres enfants.
Mais pour presque toutes, l’arrivée d’un premier petit enfant, passée la peur de « prendre un coup de vieux », balaie leurs réticences à devenir grand-mères, et devient une façon symbolique de continuer à donner la vie.

Etre grand-mère, un apprentissage ?
Même si les grands-mères ont une longue expérience des enfants, il leur faut parfois un peu de temps pour se remettre dans le bain…
Cela n’est pas toujours simple : la relation à trois entre les parents et le bébé est primordiale les premières semaines, et trouver sa place quand on a de plus un peu perdu la main nécessite parfois beaucoup de patience ; c’est une autre découverte, une autre relation que celle mère/enfant qui doit se mettre en place. Passer du temps avec le bébé, s’habituer à lui et apprivoiser ce petit être, autant de vecteurs pour instaurer une relation privilégiée.
Si la grand-mère habite non loin des nouveaux parents, pourquoi ne pas lui confier de temps en temps l’enfant afin de passer une soirée en amoureux à deux ? Attention cependant : cette garde  doit être décidée d’un commun accord avec ces "baby-sitters" privilégiées, car il arrive que cette énorme responsabilité fasse peur aux grands-mères, même si elles sont très heureuses d’avoir leur petit enfant rien que pour elles. L’emploi du temps des nouvelles grand-mères doit également être bien pris en compte ; quelle importance de changer un vendredi contre un mardi, du moment que la complicité se crée.

Le rôle des grand-mères est de ne pas déroger aux règles fixées par les parents, mais certaines règles peuvent être plus souples, ce qui renforcera le lien entre elle et l’enfant.
Etre grand-mère en 2012 c’est pour certaines encore faire des gâteaux et des confitures mais c’est aussi transmettre l’histoire de la famille, jouer, câliner, raconter des jolis contes… Sans oublier toutes ces choses qui sortent de l’ordinaire : aller au zoo, à l’aquarium, au musée avec les plus grands, au cinéma, au restaurant.
On peut leur reprocher parfois de manquer de disponibilité, d’habiter trop loin (c’est de plus en plus courant)… et pourtant la pire des grand-mères aujourd’hui serait peut-être celle qui serait trop présente, trop intrusive…Le bon équilibre est à trouver : disponibilité au moment où les parents en ont besoin, présence bienveillante mais discrète le reste du temps…
Si la place de chacun est bien définie, grand-mères et petits-enfants profiteront pleinement les uns des autres !
 

 

À lire absolument