Cohabitation chien/bébé : 4 choses à savoir

Enceinte, on regarde tout d’un coup notre chien d’un œil circonspect : est-il susceptible de faire du mal à notre futur bébé, comme, malheureusement, des faits divers le rapportent régulièrement ? Pour Kimberley, comportementaliste canin au centre d’éducation Au poil à Paris, la cohabitation pacifique est possible, à condition de bien se préparer.

1.    Préparer l’arrivée du bébé
Le jour où on veut avoir un bébé, il faut voir un professionnel pour voir s’il y a des soucis existants. Ensuite, on a 9 mois pour les régler. Si par exemple le chien a accès à toutes les pièces et que la maman décide de bloquer l’accès à la chambre du bébé, il faut régler cela avant l’arrivée du bébé sinon le chien va se rebeller. Pour les parents il n’y a pas toujours un problème mais le professionnel pourra détecter les mauvaises attitudes. Il ne faut pas hésiter, le but étant de trouver une solution et de faire de la prévention.

2.    Considérer que le danger existe quel que soit le chien
 Il n’y a pas de mauvais chien, mais il y a des gens qui sont faits pour en avoir et d’autres qui ont besoin de se faire aider. C’est une question d’éducation et d’harmonie dans la relation à la maison. Un york est capable de défigurer un enfant de 3 ans, et ce serait pareil avec un chat, mais s’il s’agit d’un pittbull, le fait divers est beaucoup plus médiatisé. Bien sûr, plus la mâchoire est grosse plus il peut y avoir de dégâts mais beaucoup de petits chiens sont bien plus teigneux que les gros. La morsure est un moyen pour le chien de dire que quelque chose ne va pas dans son environnement. Par mesure de précaution, on ne pose jamais le transat sur le sol à proximité du chien, surtout si on doit quitter la pièce. Il ne faut jamais laisser un bébé seul avec un chien, même quelques instants.

3.    Consulter en cas d’agressivité manifeste
En cas d’agressivité, il faut voir le contexte, déterminer pourquoi le chien grogne par exemple car il n’y a jamais d’agressivité gratuite. Homme et chien sont deux espèces différentes, qui n’ont pas le même degré de réflexion et pour chaque acte d’agression le chien a ses raisons. Le professionnel doit alors trouver la cause et travailler dessus. Chaque famille, chaque chien est différent. Il n’y a pas de règle valable pour tous les chiens.


 

4.    Poser des limites dès les premiers mois de l’enfant
Un enfant doit savoir très tôt qu’on ne court pas autour d’un chien. On ne crie pas, et on ne met pas son visage près de sa gueule. On n’embête pas non plus un chien qui dort, car il peut être surpris. Il faut toujours s’assurer qu’il ou elle a les yeux ouverts et qu’il est conscient de ce qui lui arrive. Dès que l’enfant a accès au sens, vers 8 ou 9 mois, il faut lui apprendre à ne pas faire mal (ne pas tirer la queue, les poils) à l’animal, à le respecter. Mais dans tous les cas, on ne laisse jamais un chien seul avec un enfant, quel que soit son âge, même si le chien n’a jamais mordu jusqu’ici. Dans le cas d’un chien qui mord, il y a toujours une première fois ! Il faut savoir comprendre les signes d’énervement qui montrent que le chien en a assez, et les respecter.
 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire