Neufmois.fr » Ma Grossesse » Grossesse et anorexie : une grossesse Ă  risque ?

Grossesse et anorexie : une grossesse à risque ?

L’anorexie mentale est une maladie grave au point que l’idĂ©e de tomber enceinte peut s’avĂ©rer quasi impossible. Avoir Ă©tĂ© anorexique et tomber enceinte sont-elles deux choses incompatibles ?

Qu’est-ce que l’anorexie ?

Trouble du comportement alimentaire et de la perception de sa propre image, l'anorexie est une maladie mentale grave qui se caractérise par un refus progressif de toute nourriture. L’anorexie touche principalement les femmes. Ces dernières ont d’ailleurs plus de risques de développer des troubles alimentaires pendant leur grossesse que les autres femmes enceintes.  

La difficulté de voir son corps se modifier

Quand on a été anorexique, prendre du poids pendant la grossesse signifie perdre la maîtrise de son corps. Et c’est encore plus difficile pour celles qui n’en sont pas sorties. Pour une future mère ayant vécu avec cette maladie il est compliqué de voir son ventre s’arrondir. Son image est touchée et la peur de voir la balance grimper l’angoisse au plus haut point. Pendant leur grossesse certaines femmes ne prennent donc pas assez de poids et peuvent même en perdre. Elles présentent alors plus de risques que les autres femmes de développer des troubles alimentaires. D’autre part, elles risquent aussi de mettre le déroulement de leur grossesse en péril et de jouer avec la santé du bébé. Le danger de faire une fausse couche augmente considérablement et les enfants mis au monde peuvent naître très maigres et prématurément. Si la future mère ne se nourrit pas ou pas assez cela peut malheureusement causer un retard dans le développement du fœtus et entraîner des malformations internes et externes pour l’enfant.

L’envie de s’en sortir

Avoir été anorexique avant sa grossesse constitue une fragilité pour les femmes enceintes. Etape charnière dans la vie d’une future mère, la grossesse peut correspondre à un désir d’autre chose, à un nouveau départ et à l’envie sincère de se réconcilier avec soi-même. C’est peut-être l’un des rares moments pour faire remonter certaines éléments passés et douloureux et les résoudre enfin.

Une grossesse suivie de près

Les femmes ayant souffert d’anorexie doivent faire l’objet d’un plus grand soutien psychologique ou thérapeutique pendant la grossesse. Tout au long de cette période, l’organisme travaille à plein régime. Les prises alimentaires doivent donc être contrôlées afin que la future mère soit en forme et puisse assumer pleinement sa grossesse. Il est important que des spécialistes accompagnent les femmes qui pourraient ressentir du dégoût face à la prise de poids. Il est capital de leur faire accepter leur féminité pour qu’elles puissent vivre une grossesse sans danger pour elle comme pour le fœtus.

Après l’accouchement

Après un accouchement, il est parfois nécessaire de consulter un médecin spécialiste (pédopsychiatre, thérapeute) pour restaurer l’idée que manger est un agréable moment de partage avec l’enfant. Ces spécialistes sont là pour rassurer la mère et lui apprendre qu’un repas est un moment de plaisir et d’échanges avec son bébé.

À lire absolument