Fissure de la poche des eaux

fissurede la poche des eaux-neuf mois

Qu’est-ce qu’une fissure de la poche des eaux ?

La fissure de la poche des eaux correspond à la rupture du sac amniotique. La poche des os est composée de deux membranes : le chorion et l’amnios. C’est dans ces membranes que nous trouvons le liquide amniotique. Lorsqu’une femme enceinte approche du terme, il arrive parfois que les membranes cèdent. On parle alors de « rupture prématurée des membranes ». Lorsque la poche des eaux se rompt totalement, on parle de la « perte des eaux ». Mais il peut arriver qu’il y ait seulement une fissure. Le liquide amniotique s’écoule seulement goutte par goutte. Contrairement au moment de la perte des eaux, où là, il s’écoule totalement.

Une fissure de la poche des eaux, est-ce dangereux ?

Une fissure de la poche des eaux peut être grave aussi bien pour la maman que pour le bébé. Le risque d’infection est en effet assez important. Avant 36 SA, des examens sont conduits avec prescription d’un traitement (antibiobiotiques, corticoïdes, tocolyse pour bloquer les contractions…) afin de permettre de prolonger la grossesse le plus longtemps possible. Des prélèvements vaginaux sont réalisés deux fois par semaine pour surveiller le risque infectieux. L’hospitalisation est indispensable, et, en moyenne, 50% des futures mères accouchent quelques jours plus tard.

Pour les patientes stables, à risque bas de naissance immédiate, une hospitalisation à domicile est possible avec contrôle quotidien de la température et du pouls maternels, des mouvements actifs foetaux et du rythme cardiaque fœtal. Ainsi que, une à deux fois par semaine, examens sanguins, échographies et examens bactériologiques (prélèvement vaginal). A terme, la rupture prématurée des membranes impose en général un déclenchement au plus tard dans les 48h, mais dans ce cas un traitement antibiotiques est en général prescrit, et évité quand le déclenchement suit immédiatement la rupture prématurée des membranes.

 

En savoir plus sur la fissure de la poche des eaux

Autant il est facile de savoir qu’on perd les eaux, autant il peut être compliqué de distinguer une fissure de la poche des eaux d’une simple fuite urinaire par exemple. Ces dernières sont récurrentes au cours de la grossesse, du fait de la pression exercée par le poids de bébé sur la vessie de la femme enceinte. Les pertes vaginales elles, sont facilement reconnaissables du fait de leur aspect gluant et leur couleur blanchâtre, et peuvent donc être distinguées du liquide amniotique, qui est liquide, transparent et inodore. L’astuce pour savoir si on a une fissure vaginale : aller faire pipi, et voir si après le passage aux toilettes, les pertes liquides perdurent. Si c’est le cas, il faut rapidement se rendre à la maternité.


Un peu de lecture sur la fissure de la poche des eaux

Les signes d’accouchement qui ne trompent pas

Sexe et enceinte : à partir de quand c’est risqué ?