Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus bĂ©bĂ© » Quelle sanction pour ce pĂšre rĂ©fugiĂ© ayant tentĂ© de vendre son enfant sur Internet ?

Quelle sanction pour ce pÚre réfugié ayant tenté de vendre son enfant sur Internet ?

Il y a deux semaines, nous vous racontions l’histoire d’un couple de rĂ©fugiĂ©s (dont le pays d’origine n’a pas Ă©tĂ© divulguĂ©), suspectĂ© d’avoir essayé vendre leur bĂ©bĂ©, une petite fille, ĂągĂ©e d’un peu plus d’un mois, sur un site de vente en ligne. Les parents voulaient vendre leur enfant pour 5000 euros. Le tribunal chargĂ© de l’affaire a rendu sa dĂ©cision.

Le pĂšre de la petite fille s’est vu enlever son droit de garde

Jeudi 27 octobre, le tribunal administratif de Duisbourg (Allemagne), chargĂ© de l’affaire, a donc rendu son verdict. Le pĂšre, ĂągĂ© de 28 ans, ne pourra dĂ©sormais voir sa fille qu’en prĂ©sence d’une autre personne, a rĂ©vĂ©lé l’agence de presse allemande DPA. Ce dernier avait confirmĂ© avoir mis l’annonce sur le site de vente en ligne sous le pseudonyme « RĂ©frigĂ©rateur » (avant d’ĂȘtre retirĂ©e 30 minutes plus tard) mais il avait assurĂ© qu’il s’agissait d’une plaisanterie.

AprĂšs avoir Ă©tĂ© confiĂ©e durant l’enquĂȘte à l’Office de protection de la jeunesse, la petite Maria, sera remise Ă  sa maman, une jeune femme de 20 ans. DorĂ©navant, cette derniĂšre devra vivre sans son mari dans un foyer d’accueil pour les mĂšres et leurs enfants, selon dĂ©cision du tribunal.

Le couple aurait tenté de vendre leur unique enfant

L’annonce avait Ă©tĂ© postĂ©e sur un cĂ©lĂšbre site d’enchĂšres et de vente en ligne « depuis la connexion internet du couple », avait dĂ©clarĂ© la police locale de Duisbourg au moment des faits. On pouvait y lire : « Enfant, ĂągĂ© de 40 jours, nommĂ©e Maria, Ă  vendre. »Â Avec l’annonce, on dĂ©couvrait alors plusieurs photos d’une petite fille dans diffĂ©rentes tenues. Quelques minutes aprĂšs avoir vu cette annonce plutĂŽt suspecte, les salariĂ©s de l’entreprise ont alors directement alertĂ© les autoritĂ©s, avait informĂ© le journal local Rheinische Post. L’annonce de vente aurait Ă©tĂ© retirĂ©e quelques instants aprĂšs sa mise en ligne, mais de nombreux internautes ont eu le temps de faire des captures d’Ă©cran…

Le lendemain, la police locale avait perquisitionnĂ© le domicile d’oĂč provenait la connexion internet pour interroger le couple. Durant la convocation, les parents ont reconnu que la petite fille prĂ©sente sur la photo publiĂ©e sur le site Ă©tait bien leur unique enfant. Quelques jours plus tard, le pĂšre est revenu voir les autoritĂ©s locales, reconnaissant avoir publiĂ© cette annonce de vente.

À lire absolument

Laisser un commentaire