Fermeture d’une maternité dans l’Indre : la maman accouche aux urgences

Au Blanc, dans l’Indre, dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, une jeune femme a été contrainte d’accoucher aux urgences. La maternité de la ville a définitivement fermé ses portes le 19 octobre dernier. Ne pouvant rejoindre à temps l’une des deux maternités les plus proches (situées à une heure de route du Blanc), la jeune maman a dû se rendre aux urgences pour donner naissance à sa petite fille.

Première naissance depuis la fermeture de la maternité

La petite Isra, est le premier bébé à naître aux urgences du Blanc depuis la fermeture de la maternité le 19 octobre dernier. Sa mère a été prise de violentes contractions dans la nuit de vendredi à samedi et n’a pas eu le temps de rejoindre l’une des deux maternités, situées respectivement à Poitiers et à Châteauroux. Vers 3 h du matin, elle a dû être prise en charge par le Samu, qui, devant l’urgence de la situation, n’a eu d’autre choix que de l’emmener aux urgences. La jeune femme a accouché quelques minutes après son arrivée. La mère et sa fille se portent bien et ont depuis été transférées à l’hôpital de Châteauroux.

Et s’il y a des complications ?

Les opposants à la fermeture de la maternité ont un argument de plus en leur faveur. Si cette fois tout s’est bien déroulé, beaucoup se demandent ce qui aurait pu se passer en cas de complication. Une inquiétude partagée par Jean-Michel Mols, le président du Comité de défense des usagers de l’hôpital du Blanc : « Heureusement, c’était un accouchement physiologique, tout s’est bien passé. […] Que fera-t-on en cas de complication ?« . Les services d’urgences ne sont pas aussi bien équipés que les maternités comme le rappelle une sage-femme retraitée interrogée par le journal La Nouvelle République : « Ce n’est certainement pas une bonne solution pour la sécurité de la maman et du bébé, même si c’est peut-être mieux que d’accoucher sur la route« .

La fermeture fortement contestée

Ce lundi, les représentant du Collectif Cpasdemainlaveille, qui regroupe les opposants à la fermeture, rencontrait le Préfet de l’Indre. Ce dernier n’a pas changé d’avis et a confirmé la fermeture définitive de la maternité. Elle avait été fermée pour « effectifs insuffisants » et « perspectives de recrutement trop incertaines« .


Samedi dernier, les opposants ont commencé une marche qu’ils ont appelée la Marche des Oreilles. Une marche collective qui relie le Blanc à Paris, en 16 jours. Les participants marchent de 20 à 30 km par jour, pour porter leurs revendications devant l’exécutif.