Neufmois.fr » Au fil de l'actu » Actus grossesse » Interview d’une maman VIP : grossesse, vie de maman, boulot, Sarah Lelouch se confie

Interview d’une maman VIP : grossesse, vie de maman, boulot, Sarah Lelouch se confie

Femme pĂ©tillante et pleine de vie, on a adorĂ© Sarah Lelouch en tant qu’animatrice de Fort Boyard de 2003 Ă  2006 au cĂŽtĂ© d’Olivier Minne. A la tĂȘte de sa propre sociĂ©tĂ© de production, Watch’us, et heureuse maman de deux petites filles, aujourd’hui l’aĂźnĂ©e des filles du rĂ©alisateur Claude Lelouch se confie Ă  Neuf mois. Rien que pour nous elle revient sur ses grossesses, sa double casquette de maman-productrice et l’amour sans borne qu’elle porte Ă  ses enfants. Petites confidences


Aujourd’hui productrice à plein temps et maman de deux filles, Rebecca 14 ans et Noa 6 ans, vous cumulez deux casquettes importantes. Comment arrivez-vous à gérer votre emploi du temps ?

En fait je ne sais pas comment je fais. Je suis quelqu’un qui dort peu et qui se lève tôt. Être à la fois maman et productrice demande d’être très organisée pour tout faire et surtout tout bien faire. J’ai des créneaux spécialement dédiés à mes enfants, ce qui me permet de mieux faire les choses. Mais mon petit plus c’est ma grande de 14 ans qui peut s’occuper de la plus petite quand je ne suis pas encore rentrée.

Aujourd’hui productrice, on vous a surtout connu en tant qu’animatrice, en particulier dans Fort Boyard. Vos enfants ont-elles déjà vu l’émission ?

Oui elles en sont fan. Lorsque j’ai commencé en 2003 ma plus jeune n’étais pas encore née. Par contre mon aînée venait  de temps en temps sur le Fort, sinon je la voyais peu à cause des tournages. Ma deuxième a donc découvert les retransmissions de l’émission sur la chaine Guilli. Du coup elle adore, et encore plus parce qu’il y a maman dedans.

Comment avez-vous vécu vos grossesses ?

J’ai détesté être enceinte et encore plus pour la deuxième. C’était un vrai complexe et je ne pouvais pas le dire. Tout le monde me disait que c’était un événement épanouissant, magnifique… Au cours de mes grossesses, j’ai pris beaucoup de kilos, 24 pour la première puis 21 pour la suivante. J’ai eu mal au cœur et tout m’étais insupportable. J’ai aussi eu pas mal de boutons. Comme j’étais enceinte de fille, pour me rassurer on me disait que les boutons apparaissaient parce que les filles volent la beauté de leur mère .

Comment avez-vous réussi à concilier vie professionnelle et grossesse ?

Pour la première ça s’est bien passé mais pour la deuxième je n’ai pas géré. Je n’ai pas su m’arrêter à temps et j’ai travaillé jusqu’au bout. A cette époque je montais ma boite de production Watch’us. J’ai donc du accoucher un mois et demi plus tôt et dans l’urgence. Lors de cette grossesse j’ai été victime d’une toxémie gravidique, une forme très aggravée d’hypertension. J’ai accouché dans l’urgence et dans des conditions très dures. Si j’ai un conseil à donner aux mamans, c’est de prendre le temps qu’il faut pour leur grossesse et de s’arrêter au bon moment.

Si je vous dis que certaines femmes se trouvent magnifiques pendant leur grossesse, ça n’a peut-être pas été le cas pour vous alors ?

Ah non pas du tout. Ce n’était pas du tout ça pour moi.

Qu’est-ce que la maternité à changer en vous ?

Beaucoup de chose. J’adore être une mère même si je n’ai pas supporté être enceinte. Je suis fan de mes filles. J’aime être une maman avec tout ce que cela comporte. Ce sont mes filles qui me permettent d’avancer.

Rebecca et Noa sont les prénoms que vous avez choisi pour vos filles. Pourquoi ?

Pour la première je cherchais un prénom pas commun mais d’origine biblique, j’ai craqué pour Rebecca. Le père a tout de suite adoré. Dans la Tora j’ai aussi appris que Rebecca est la belle-fille de Sarah, mère d’Isaac. Cette histoire a encore plus renforcé mon intérêt pour ce prénom. Pour la deuxième ce fût un peu la même chose. Je voulais un prénom biblique qui finisse en « a ».

Si vous aviez un conseil à donner aux mamans et aux futures mamans ?

De ne surtout pas culpabiliser. C’est quelque chose qui vous « bouffe ». Il faut juste faire de son mieux. Je suis aussi convaincu qu’allaiter au moins un mois son enfant est très important. Donner son lait maternel apporte une immunité supplémentaire au bébé et offre un rapport encore plus fusionnel entre vous et lui.

Si on devait vous souhaitez quelque chose  aujourd’hui, ce serait quoi ?

Un petit troisième, mais cette fois-ci un garçon !

À lire absolument