Pétition anti-vaccination : faut-il tout croire aveuglément ?

Une pétition, lancée par un cancérologue connu pour ses positions radicales en matière d’éthique et de naturalité au sein de l’association Familles de France et de l’Institut belge pour la protection de la santé naturelle, a recueilli plus de 400 000 signatures en trois semaines.

Le fait que le pétitionnaire soit professeur d’université est perçu comme une preuve de fiabilité. Or un cancérologue n’est pas un vaccinologue. Et la contamination par la diphtérie d’un enfant non vacciné en Espagne ces jours derniers rappelle que la vaccination, avant d’être l’affaire commerciale que dénoncent les anti-vaccins, est avant tout une affaire de sécurité pour nos petits. On fait le point sur les arguments avancés.

Que reproche le Pr Joyeux ?

Certes, le Pr Joyeux ne dit pas qu’il ne faut pas vacciner les enfants. Il dénonce le fait que le vaccin DTP simple n’étant plus disponible actuellement ainsi que les tétravalent (DTP + coqueluche) et pentavalent (DTP + coqueluche et HiB), il faille recourir au vaccin hexavalent (pentavalent + hépatite B). À savoir, dans certaines PMI on peut encore trouver quelques doses de vaccins tétravalent et pentavalent.

Et il existe aussi un recours au vaccin simple (voir ci après). Pour ce cancérologue, le vaccin hexavalent serait une menace à ne pas négliger. Premier point négatif, selon lui : faire six vaccinations en même temps, avec un produit contenant de l’aluminium et du formaldéhyde. Deuxième point rédhibitoire selon lui, le vaccin contre l’hépatite B, inutile selon lui chez des bébés puisque la maladie s’attrape par contact sexuel (mais les études montrent que plus on vaccine tôt plus l’immunité est acquise) et qui serait cause de sclérose en plaques dans certains cas (air connu !).

Sauf que les études scientifiques n’ont jamais corroboré cette conclusion. Aucun des arguments avancés par le Pr Joyeux n’est nouveau. En revanche, le parti pris militant de ce cancérologue qui n’a « aucune expertise particulière immunologie ni en épidémiologie » selon l’appel à la raison lancé par quelques scientifiques, pourrait avoir des conséquences graves pour la santé des enfants.

Certains parents n’hésitent pas à demander à leur médecin de signer le carnet de santé sans faire le vaccin. Et il se trouverait – rarement mais ça existerait – des médecins pour le faire si on en croit les témoignages sur certains forums. Résultat : l’enfant est officiellement vacciné mais en fait exposé aux maladies infectieuses. Éradiquées, vraiment ? Le cas de diphtérie diagnostiqué en Espagne ces jours-ci démontre que ce n’est pas le cas ! Or l’Espagne est un lieu de villégiature facile pour les familles françaises. D’où possibilité de contamination et de propagation rapide de la maladie !

Les effets secondaires sont rares

En ce qui concerne l’aluminium, outre que le lien entre cet adjuvant et la myofascite à macrophage n’a jamais été prouvé scientifiquement et que les suspicions de risque d’autisme ont été levées par de nombreuses études scientifiques, les doses utilisées sont très en deçà des doses journalières que nous rencontrons tous, et nos enfants aussi, dans notre quotidien !

De l’aluminium, il y a partout, même là où on ne le sait pas ! Idem pour le formaldéhyde : « Les doses utilisées sont très inférieures aux doses journalières recommandées », souligne le Pr Alain Chantepie, président de la Société Française de Pédiatrie. Qui reconnaît que dans de très rares cas il peut y avoir des interactions néfastes : « Dans tout médicament, il y a des risques d’effets secondaires, explique-t-il. Le médicament parfait n’existe pas. Après, il faut regarder la balance bénéfices-risques. Et il y a plus de risques pour la population à ne pas être vaccinée qu’à être vaccinée. »

Quant à l’aluminium, les médecins homéopathes ont l’habitude de prescrire Alumina après le vaccin. Ce médicament homéopathique permet d’évacuer l’aluminium dans les urines dans les heures qui suivent la vaccination.

La théorie du complot ne tient pas !

Autre argument avancé par les anti-vaccins : toute pénurie de vaccin serait savamment organisée pour permettre la vente de vaccins hexavalents beaucoup plus coûteux. La théorie du complot a de beaux jours devant elle ! Car il existe une solution simple quand le DTP + coqueluche n’est pas disponible : commander gratuitement un kit DT-vax + imovax polio auprès du laboratoire !Au temps pour le profit des laboratoires !


Pour en savoir plus, il suffit d’aller lire l’article écrit par deux scientifiques sur le blog Rougeole Epidémiologie. Très détaillé, il répond point par point aux arguments avancés par le Pr Joyeux.

Une actualité qui invite à réfléchir

Malheureusement, les deux scientifiques témoignent à visage masqué, en raison de la polémique extrêmement violente autour des questions de vaccination. Et cet anonymat n’apporte évidemment pas autant de crédit que la pétition du Pr Joyeux qui crie au loup à visage découvert.

La sagesse n’est-elle d’écouter les arguments à charge et à décharge, de regarder l’actualité qui malheureusement atteste de la dangerosité de la non vaccination : l’épidémie galopante de rougeole aux États-Unis avec lesquels la France a beaucoup d’échanges, à Berlin (idem) un bébé de 2 mois mort de la rougeole en février dernier, en Espagne (re-idem) un enfant contaminé par la diphtérie ces jours-ci. De quoi réfléchir en notre qualité de parents à quel risque nous préférons exposer nos enfants…

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire