Une alimentation diversifiée pour bien grandir

Faire manger un enfant peut relever du véritable casse-tête chinois. En dehors des pâtes-jambon, point de salut ! Mais avec un peu d’astuces et d’inventions, on devrait pouvoir amadouer ce petit estomac capricieux…

C’est très tôt, dès la diversification alimentaire entamée aux alentours de 6 mois, que les bonnes habitudes se prennent. Grâce à elle, votre tout petit grandira harmonieusement, sans fatigue et ne viendra pas grossir les rangs des enfants obèses, malheureusement en constante augmentation ! Pour cela, évitez absolument les mauvaises habitudes : pas de biscuits pour calmer les colères de bébé ou des jus de fruits à longueur de journée. Respectez dès son plus jeune âge les quatre repas en suivant les règles d’équilibre alimentaire (des protéines, des féculents, un peu de matière grasse accompagnée d’eau). Et ne lui donnez pas l’habitude du grignotage entre les repas : il faut donc interdire l’accès aux placards et au réfrigérateur sans autorisation. Ou encore mieux : limitez les stocks en achetant très peu de produits en même temps au supermarché.

Éveiller sa curiosité en variant les plaisirs

Oui, mais tout ceci ne résout pas le problème des légumes et fruits qui décidément ne l’attirent pas du tout ! De petites astuces peuvent nous aider. A partir de 18 mois on peut l’emmener au marché et lui montrer tous les fruits et légumes colorés en les nommant. Une fois à la maison, laissons-le nous aider à les ranger même si cela doit passer par une longue séance de tripatouillage. Il adorera également nous aider en parsemant notre gigot d’herbes, disposer sur un plat les rondelles de tomates, touiller la sauce… Varions les formes et les couleurs : usons et abusons des pâtes alphabet, des petits dés de jambon, du gruyère, de petits croûtons pour agrémenter les plats qui le rebutent. Coupons le fromage en cubes, les petits légumes en lamelles qu’il pourra tremper dans des sauces aux textures et couleurs différentes. Nul doute que ce moment festif lui plaira et lui fera oublier que sous ces ornements se cache finalement la purée de brocolis qui le rebutait !


Manger doit rester un plaisir partagé

N’oublions pas que notre tout petit calque beaucoup son comportement sur le nôtre. Il est donc important qu’il nous voie prendre du plaisir en mangeant. Manger implique beaucoup plus de choses que le simple fait d’avaler et de digérer. C’est tout un cortège d’odeurs, de bruits en cuisine, de conversations partagées qui mettent l’eau à la bouche des petits comme des grands. Mettons-le alors le plus tôt à nos côtés à table et faisons de cet instant un moment de convivialité.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire