10 pièges à éviter cet été avec bébé

En fin de semaine, un bébé s’est noyé en Gironde. Chaque année ça arrive, même si, depuis l’obligation d’installer des éléments de sécurité autour des bassins, les accidents sont beaucoup moins nombreux. Mais la piscine n’est pas le seul danger que rencontre un bébé qui commence à se déplacer. A la belle saison quand portes et fenêtres sont ouvertes, un grand ménage anti bobos s’impose, du balcon au jardin.

Les chiffres sont là : 20 000 décès chaque année en France sont dus à des accidents domestiques. Un bilan bien plus lourd que les accidents de la route ! Et en été, entre les fenêtres ouvertes par lesquelles notre petit aventurier voudrait prendre la poudre d’escampette, la piscine dans lequel il risque de plonger sans bouée, le barbecue qu’il bouscule sans souci, on n’est pas au bout de nos peines. Tour du propriétaire pour sécuriser tout ça.

Un jardin mal clos

Un tout-petit a vite fait de disparaître à travers une clôture mal finie ou délimitée par des plantes derrière lesquelles il est facile de se faufiler. Il faut donc veiller à bien délimiter notre terrain avec une palissade lisse, exempte d’échardes ou un grillage.

Des plantes toxiques

On ne pense pas toujours aux effets pervers de certaines variétés horticoles du plus bel effet. Mais certaines plantes peuvent être toxiques. C’est le cas des digitales, des pivoines, des pois de senteur, des iris, des jacinthes, des glaïeuls, des ifs, des hellébores. Si les enfants les portent à leur bouche, ils peuvent être victimes de graves empoisonnements ! En cas d’ingestion, il faut contacter sans attendre le centre antipoison le plus proche de chez nous dont on aura noté le numéro dans la remise à outils et dans le répertoire de son téléphone portable (www.centres-antipoison.net).

Des arbustes épineux

Un tout-petit qui court partout à vite fait de se blesser aux branches des arbustes. D’où la nécessité de les tailler régulièrement pour éviter les griffures. Avant même de sortir le transat et la barbecue, on fonce en priorité sur le sécateur et on taille à hauteur d’enfant.

Un dallage dérapant

Oh, ce beau marbre qui va fait verdir de jalousie Paulo, notre voisin ! Superbe en effet. Tout comme le vol plané sans parachute que notre tout-petit risque de s’offrir ! La terrasse et tous les passages de circulation pour aller d’un point à un autre doivent être revêtus d’une surface anti-dérapante. Mieux vaut éviter le marbre et s’orienter vers un dallage grainé ou des pavés autobloquants.

Des bordures coupantes

Un jardin bien conçu offre des dénivelés, des sentiers bordés de jolies plate bandes délimitées par des rocailles. Aïe, c’est là que le bât blesse ! Pierres ou rochers sont autant d’obstacles sur lesquels les enfants peuvent trébucher et se faire très mal. A remplacer pour l’instant par des bordures en plastique, en attendant que notre progéniture sache tenir sur ses jambes et estimer le danger.

Une aire de jeux non conforme

Installer une balançoire et un bac à sable pour bébé au jardin, quelle bonne idée ! Sauf que si l’aire de jeux prévue se trouve en plein soleil, on est bon pour une insolation carabinée et un séjour au service des grands brûlés du CHU local. Et pour celui de traumatologie si les jeux d’extérieur ne sont pas adaptés à l’âge de l’enfant. Foin des économies, balançoire et toboggan doivent être choisis en fonction de l’âge des enfants.

Une piscine mal verrouillée

Et plouf ! Notre tout-petit s’est offert une baignade non autorisée. Alerte ! Avant l’âge de 3 ans, un enfant n’a pas le réflexe de relever la tête de l’eau : il peut donc se noyer dans 20 centimètres d’eau, donc même dans une piscine d’enfant gonflable. Votée en janvier 2003, une loi rend obligatoire la mise en place d’une clôture verrouillant l’accès, d’un volet roulant ou d’une couverture de sécurité. On peut aussi y ajouter un système d’alarme ou un détecteur de chute, qui n’a d’intérêt que si on se trouve à proximité immédiate. Mais le meilleur dispositif anti-chute, c’est encore et toujours la surveillance sans relâche. Impossible de quitter l’enfant des yeux même pour attraper son téléphone à 50 pas de la piscine, et même s’il est équipé d’une bouée.

A savoir, un enfant peut se noyer à sec, c’est-à-dire que s’il boit la tasse et que de l’eau pénètre ses poumons, il paraît aller bien parce qu’on l’a sorti de l’eau très vite, mais petit à petit son état va se dégrader et il peut être victime de ce qu’on appelle une noyade sèche. Les premiers signes sont de l’apathie, de la fatigue, une pâleur. Dans ce cas, filez aux urgences.


Des fenêtres ouvertes

La chaleur n’incite pas à laisser les fenêtres fermées. Même si on a pris soin d’éloigner les petits meubles sur lesquels bébé pourrait grimper pour s’offrir un plongeon, une précaution s’impose : le bloque-fenêtre ou l’entre-bailleur pour porte-fenêtre et fenêtre classique. On n’est pas chez soi et les trous sont interdits ? Certains systèmes sont autocollants ou fonctionnent selon un système de pinces autonomes qui entrebâille les deux battants sans nécessiter de trous dans les panneaux.

On peut aussi installer une barrière de fenêtre amovible (existe en modèle balcon). Et des parois anti-escalade à installer le long du mur, qui empêchent les petits cascadeurs de prendre appui pour escalader le balcon. On en trouve sur internet en tapant les mots clés dans le moteur de recherches. Ne l’oublions pas : 250 enfants chaque année sont défenestrés !

Un barbecue instable

Certes très bon marché, les barbecues de camping installés sur un trépied sont à éviter avec un jeune enfant. Quant aux modèles plus cossus, plus stables, ils ne sont pas sans danger non plus quand un petit aventurier l’espace barbecue pour éviter que bébé ne se brûle gravement ou ne se blesse avec les accessoires (couteaux, pinces…).

Des produits toxiques

Désherbants, engrais, allume-feux, sécateurs et autres outils coupants doivent être enfermés à court alentours. La solution : emmurer ou grillager
clés dans un coffre placés hors de portée des enfants.

bebe plage-piege

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire