Neufmois.fr » La CommunautĂ© » Le jour oĂč tu seras enceinte ma fille

Le jour oĂč tu seras enceinte ma fille

Hello moi, c’est Anne-Sophie Majorel, dessinatrice et auteure du blog »Ansoleil ». Moi ? Enceinte ? Ah ah ah ah ! J’entends encore ma mĂšre m’imiter devant mes copines : « Le jour oĂč Anne-So sera enceinte, planquez-vous et Ă©teignez vos portables les filles : elle va se plaindre 24h/24 7j/7
 »

J’Ă©tais un poil d’accord avec elle

Il faut avouer que ma rĂ©putation de « Ă§a-va-pas-mais-je-ne-sais-pas-ce-que-j’ai » me prĂ©cĂšde. Que nenni. J’étais la fille la plus cool, la plus sereine, la plus heureuse, toujours Ă©panouie et en pleine forme pendant ma grossesse. Et bizarrement je ne me suis jamais plainte. Ah la grossesse
 Je suis nĂ©e pour ĂȘtre enceinte ! Je ne me suis jamais sentie aussi belle d’ailleurs.

Et en mĂȘme temps, c’est fou ce qu’on oublie vite. Ne pas m’emballer. Il y a quelques dĂ©boires et autres maux dont il faudrait que je me remĂ©more, ça Ă©viterait de remettre ça une troisiĂšme fois. On doit avoir une mĂ©moire sĂ©lective, les hormones toussa toussa ou alors un disque dur auto-destructif, un truc de geek (Ă  cause de mon mari sĂ»rement).

Les méga top secrets de la grossesse

J’ai pourtant jurĂ© devant le Dieu prĂ©nommĂ© test de grossesse que je ne dirai jamais rien. Oui oui celui qui apparait tel le gĂ©nie en mĂȘme temps que les deux traits bleus sur le bĂątonnet blanc. Il parait que chaque grossesse est diffĂ©rente, il y a quand mĂȘme des dĂ©nominateurs communs et Ă  vrai dire, les deux miennes ont Ă©tĂ© assez semblables. Ma premiĂšre grossesse a Ă©tĂ© pleine de surprises, et la seconde tout aussi surprenante.

J’ai dĂ©couvert le mot « hĂ©morroĂŻde »

Jusque lĂ , je pensais que c’était un truc en plastique, (en fait non c’est RhodoĂŻd). J’ai aussi pu renouer des liens d’amour avec ma crĂšme contre l’acnĂ© et dĂ©couvrir qu’il existe des collections printemps/Ă©tĂ© et automne/hiver pour les bas de contention. Si si !

J’ai aussi perdu toute dextĂ©ritĂ©

Comme si mes mains Ă©taient palmĂ©es, je faisais tout tomber. La fourchette n’arrivait jamais jusqu’à ma bouche et j’étais incapable de manger du chocolat sans en mettre partout. Mon mari en rigole encore. Mon cerveau Ă©tait inversĂ©, comme si des fils avaient Ă©tĂ© dĂ©connectĂ©s, encore un truc de geek tiens


Je ne vous raconterai pas non plus en dĂ©tails les effets indĂ©sirables des comprimĂ©s pour  combler les carences en fer, de l’utilitĂ© primordiale de porter des tongs (mĂȘme en hiver) et des envies gastronomiques paranormales (gĂąteaux apĂ©ritif Ă  la pĂąte Ă  tartiner, mes prĂ©fĂ©rĂ©s).

On dĂ©couvre Ă©galement l’empathie (ou pas), la gĂ©nĂ©rositĂ© (ou pas) de notre entourage, de notre famille, voisins face Ă  notre Ă©tat « baleinesque » . « Vous attendez des jumeaux ? » ou « ĂŠtre enceinte n’est pas une maladie, faites la queue comme tout le monde madame », ou encore « Reste assise, si reste assise, RESTE ASSISE J’AI DIT« . Ok.

Et malgrĂ© tout je me surprends, 3 mois aprĂšs la naissance de mon deuxiĂšme, Ă  demander Ă  mon mari : « On remets ça ? ».

anne sophie majorel temoignage neuf mois

www.facebook.com/blondemaman
www.ansoleil.com

À lire absolument