7 choses auxquelles une maman pense quand bébé pleure la nuit

Dormir la nuit, un challenge lorsqu’on devient maman ! Il faut bien avouer que depuis l’arrivée de bébé, les nuits sont un peu plus courtes qu’avant, et que nos cernes sont davantage prononcés ! Et quand parfois, vous maman, vous êtes fatiguée de votre journée, que vous vous endormez comme une masse et que vous parvenez à cumuler deux à trois heures de sommeil non stop, vous espérez secrètement que bébé va vous laisser dormir ! Et là, votre enfant se met précisément à gémir, puis à pleurer en criant « maman », « tétine », ou « lapin ». A cet instant précis, il se passe des milliards de choses dans votre tête.

Ça va passer

Alors que votre homme dort tranquillement sur ses deux oreilles (à croire précisément qu’il n’en a pas), vous vous dites (vous espérez secrètement au fond de vous), que les pleurs de bébé sont juste passagers, qu’il a fait un cauchemar, et qu’il va se rendormir ! Ou qu’il va réussir à retrouver tout seul sa tétine sans que vous ayez besoin de quitter votre couette bien chaude.

Bon  j’attends encore deux minutes

Laquelle d’entre nous ne s’est pas posée cette question ? Se tournant et retournant désespérément dans le lit, en se disant : allez, j’attends encore un peu et s’il se remet à crier, je file le consoler et le câliner. Tout en se disant qu’au fond de nous, si on parvient à calmer bébé rapidement, on pourra se rendormir rapidement et terminer sa nuit.

Demain, j’achète des boules quies

A force d’entendre bébé pleurer toutes les nuits, on en a marre parfois et il ne faut pas avoir honte. C’est le même scénario qui se répète vers 3, 4 heures du matin ! Bébé a encore perdu son doudou. Alors oui, des fois, on peut paraître affreuse, mais on rêve de boules quies.

J’espère qu’il n’est pas malade

Lorsque bébé pleure en plein milieu de la nuit, notre radar de maman s’emballe aussitôt ! Et là, nous ne pouvons nous empêcher de nous demander si bébé n’est pas malade, qu’il n’a pas de fièvre ! Bref, c’est plus fort que nous, on ne peut pas s’empêcher de s’inquiéter et d’être tourmentées ! Alors pour être rassurées, on se lève et on file prendre la température de bébé.

Qui va se lever en premier ?

Parité oblige, à force d’enchaîner les nuits de sommeil entrecoupées, et d’être la seule à se lever lorsque bébé hurle, vous commencez à faire la sourde oreille vous aussi ! Et à se demander qui de votre partenaire ou de vous, tiendra le plus longtemps ! Avouons que parfois, on fait exprès d’attendre de voir bouger l’autre, qu’il se réveille et se lève à son tour pour consoler bébé.


Il faut changer sa couche ?

Si bébé pleure, c’est qu’il y a forcément une raison ! Il ne peut pas avoir programmé de nous réveiller en pleine nuit, juste pour le plaisir. Et immédiatement, ce qui nous vient à l’esprit alors que nous émergeons à peine des vapeurs du sommeil, c’est que bébé a dû souiller sa couche.

Finalement, 5 heures du matin, c’est mieux que 3

En ces moments-là, il est important de garder la positive attitude et d’adopter un comportement optimiste. Car on a le réflexe de regarder le réveil lorsque bébé se met à pleurer. Et là, finalement, on se dit que notre chérubin a pris soin de nous laisser dormir 2 heures de plus que la veille. Et que vu qu’on se lève à 6 heures, finalement, on aura le temps de se préparer et de consoler notre petit bout.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire