Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » MĂ©lanome : sauvez la peau de bĂ©bĂ© en le protĂ©geant du soleil !

Mélanome : sauvez la peau de bébé en le protégeant du soleil !

Le mĂ©lanome malin, cancer de la peau particuliĂšrement meurtrier, prend source dĂšs la petite enfance, Ă  l’occasion de coups de soleil. Cet Ă©tĂ©, no sun pour bĂ©bĂ© !

A la naissance, la grande majorité des bébés nait sans grains de beauté. Ces petits naevus apparaissent ensuite, souvent vers l’âge de 5 ans et, selon le mode de vie et le patrimoine génétique, ils se multiplient plus ou moins.

 

 

Qu’est-ce qu’un grain de beauté ?

 

C’est le résultat d’un désordre dans la fabrication de mélanine, le pigment de protection face au soleil qui produit le bronzage. Les grains de beauté peuvent évoluer en cancer de la peau, le fameux mélanome malin qui est l’un des cancers les plus meurtriers et surtout l’un de ceux qui sont en augmentation inquiétante. Selon les statistiques, le nombre de personnes atteintes double tous les dix ans, soit près de 6000 cas nouveaux par année en France.

Et les enfants ? Ils sont en principe épargnés, ce cancer étant rare en pédiatrie. Mais il faut garder à l’esprit que les coups de soleil dans l’enfance, qui augmentent le nombre de grains de beauté, prédisposent l’adulte, parfois vers l’âge de 20 ans, à développer un mélanome malin. Les enfants à peau claire, à cheveux roux, sont plus exposés que les enfants de type méditerranéens (qui ne sont pas pour autant protégés !).

 

 

Quelle solution pour prévenir le mélanome ?

 

Dès la naissance, une prévention sévère : pas d’exposition directe au soleil et encore moins aux heures chaudes (de 11h à 16h) tant que bébé ne marche pas. Malgré cette protection par l’abstinence, le port d’un body (en lycra si possible qui laisse moins passer les rayons UV que le coton) est fortement conseillé ainsi qu’un chapeau à large bord, des lunettes-bandeau, une ombrelle anti-UV… Dans la voiture, des pare-soleils anti-UV sont indispensables car ces fâcheux rayons ne sont pas immobilisés par les vitres, loin s’en faut. Dans le jardin ou sur la plage (aux heures les moins dangereuses), l’utilisation d’une tente anti-UV, qui ne dispense pas pour autant des autres accessoires de protection (maillot, chapeau, lunettes…) est fortement conseillée.
Attention à la fausse protection du parasol : si son tissu n’est pas anti-UV, il laisse passer les rayons UV et la réverbération du soleil sur le sable ou sur l’eau. A la montagne, plus on monte en altitude, plus le soleil est dangereux, alors même qu’on ressent une agréable fraîcheur bien trompeuse : protection maximale obligée !

 

 

Et la crème solaire ?

 

Il existe des produits pour les tout-petits, avec filtre minéral. Les produits solaires font la différence entre les enfants qui ne marchent pas et ceux qui courent sur la plage, c’est pour cela qu’il existe deux types de protection pour enfants, les solaires pour nourrissons et les solaires pour enfants. La crème solaire, c’est une protection de plus, à renouveler impérativement toutes les deux heures (sauf dans le cas de la marque Daylong, qui permet une application longue durée à condition de respecter la dose nécessaire, dosage expliqué âge par âge). Mais la meilleure des préventions, pour les petits comme pour les grands, c’est une exposition limitée et toujours aux heures les moins chaudes. Et pour les plus jeunes, une exposition toujours limitée par un body anti-UV…

En respectant ces règles, on protège bébé d’un risque de cancer de la peau qui peut avoir des conséquences dramatiques à l’âge adulte.

À lire absolument

Laisser un commentaire