Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » Avec sulfates ou sans sulfates les shampooings ?

Avec sulfates ou sans sulfates les shampooings ?

Et si la chute de nos cheveux aprĂšs bĂ©bĂ© Ă©tait aggravĂ©e par les produits capillaires Ă  base de sulfates ? Je vous propose un petit tour d’horizon de ce qu’il faut faire pour ne plus s’arracher les cheveux !

 

Avec sulfates ou sans sulfates, les shampooings ?
La polĂ©mique court toujours et au moment oĂč l’on contemple tristement nos cheveux qui se font la malle au fond du lavabo, on se pose nous aussi la question de savoir quel rĂŽle jouent ces dĂ©tergents dans notre chute de cheveux aprĂšs bĂ©bĂ© ! MĂȘme si l’on sait que ce sont avant tout nos hormones qui jouent les chefs d’orchestre dans cette cacophonie capillaire ! AprĂšs neuf mois de grossesse oĂč nous nous sommes fait des cheveux – dans tous les sens du terme -, voilĂ  qu’on les perd par poignĂ©es.

Plus dure sera la chute ! ForcĂ©ment, enceinte, l’augmentation massive de nos hormones ƓstrogĂšnes a stimulĂ© la vitalitĂ© de nos cheveux et prolongĂ© artificiellement leur durĂ©e de vie. RĂ©sultat, entre les anciens qui se tapaient l’incruste, ceux en pleine croissance et les p’tits nouveaux qui Ă©mergeaient, on avait une vraie criniĂšre de lionne. AprĂšs la naissance de bĂ©bĂ©, hop, plongĂ©e dans le vide et sans filet tant qu’à faire : ces hormones temporaires filent Ă  l’anglaise, ce qui entraĂźne la perte simultanĂ©e de tous les cheveux dont la chute aurait dĂ» normalement s’étaler sur neuf mois. ForcĂ©ment, ça fait du monde au fond du lavabo : en moyenne 10 Ă  15% de notre chevelure. Certaines sont moins chanceuses et peuvent y laisser jusqu’à un tiers de leurs cheveux. Dire que ça fait comme un vide est peu dire


Les bons gestes pour cheveux normaux
Alors, forcĂ©ment, on se demande au passage si les produits industriels qu’on se met sur la tĂȘte, shampooing, masse, Ă©lixir de brillance et tout le saint bataclan, ne joue pas un rĂŽle accru dans l’état piteux de nos cheveux ! La question vaut la peine d’ĂȘtre posĂ©e : les sulfates, et particuliĂšrement le Sodium Lauryl Sulfate ont la triste rĂ©putation d’ĂȘtre des dĂ©tergents agressifs, parfois sources d’allergies, plus souvent accusĂ©es de dĂ©lipider le cheveu. D’oĂč cheveu terne, sec et cassant
 et tombant.

« Il y a sulfates et sulfates« , contre Jean-Charles Diaz, des laboratoires Pierre Fabre.  « Un shampooing intelligent jongle entre les sulfates nĂ©cessaires au nettoyage et les substituts d’acides aminĂ©s qui compensent l’action des dĂ©tergents en amenant de la douceur.  » Mais la sĂ©cheresse du cheveu n’est pas seule en cause : certains tensio-actifs contiendraient des agents cancĂ©rigĂšnes.  » On en a retrouvĂ© en effet, mais dans des doses infinitĂ©simales, bien en-dessous des seuils fixĂ©s par les autoritĂ©s de santĂ©  « , explique notre interlocuteur. Qui ajoute aussi qu’il s’agit lĂ  de produits Ă  rincer, donc sans danger de pĂ©nĂ©tration dans l’organisme. « Pour Ă©valuer la dangerositĂ© d’un produit, il faut Ă©tudier la qualitĂ© des composants et notamment des dĂ©tergents utilisĂ©s, la quantitĂ© utilisĂ©e et l’utilisation qu’on en fait. Un produit que l’on rince et un que l’on ne rince pas, ce n’est pas la mĂȘme histoire ! » Et d’appuyer son propos en Ă©voquant les silicones, prĂ©sents dans les produits de soin comme les masques parce que ce sont des produits qui se rincent.

« En revanche, dans l’eau de brillance qui ne se rince pas, c’est niet, on n’ajoute pas de silicones.    » Alternative possible, passer au bio  » Avec les produits non bio de bonne qualitĂ©, il y a un bĂ©nĂ©fice cosmĂ©tique Ă©vident, ce qui n’est pas forcĂ©ment le cas avec un produit bio« , estime Jean-Charles Diaz. Autrement dit, il faut savoir ce que l’on veut : du rĂ©sultat ou du nature ?

Booster la repousse, c’est possible !
Ne rĂȘvons pas : Ă  part les implants, rien ne pourra faire revenir notre chevelure Ă  sa vitesse de conquĂȘte des neuf mois Ă©coulĂ©s. Mais, nous rassure Jean-Charles Diaz, la chute de cheveux aprĂšs l’accouchement si on n’allaite pas ou aprĂšs le sevrage si on nourrit bĂ©bĂ© sein, est tout Ă  fait rĂ©versible. Il faut donc prendre son mal en patience mais, en attendant, rien ne nous interdit de booster la repousse avec des produits vitaminĂ©s qui viendront combler la carence nutritionnelle du cheveu : « En agissant sur la micro-circulation, explique notre interlocuteur, cela augmente le nombre de vaisseaux sanguins et leur taille et assure ainsi une meilleure alimentation du bulbe. »

Le bon produit contient des acides aminĂ©s soufrĂ©s qui interviennent dans la formation de la kĂ©ratine, du zinc qui favorise la synthĂšse de ces acides et de la vitamine B6 qui potentialise l’action des deux compĂšres prĂ©cĂ©demment citĂ©s.

Cheveux clairsemés : gare à la pilule !
Les cheveux, c’est comme la loterie : quelques-unes gagnent, d’autres perdent ! Ainsi, certaines d’entre nous, avant mĂȘme d’ĂȘtre enceintes et d’avoir accouchĂ©, n’avaient dĂ©jĂ  pas foule au sommet du crĂąne. Cet Ă©tat de fait atteste que leur cuir chevelu est particuliĂšrement rĂ©ceptif aux hormones mĂąles. Pendant la grossesse, l’afflux d’hormones fĂ©minines avait soldĂ© quelque peu le problĂšme. Mais voilĂ , le naturel revient au galop. Les cheveux repousseront, ça c’est sĂ»r, mais souvent plus fins et plus fragiles.

PremiĂšre prioritĂ©, stimuler les racines avec un traitement local type sĂ©rum et contrĂŽler son taux de fer, en gĂ©nĂ©ral au trente-sixiĂšme dessous aprĂšs bĂ©bĂ©, ce qui ne peut qu’aggraver la chute de cheveux.  Ensuite, on prend ses prĂ©cautions cĂŽtĂ© contraception : certains contraceptifs de premiĂšre et de deuxiĂšme gĂ©nĂ©ration (en perte de vitesse heureusement) peuvent avoir un effet dĂ©lĂ©tĂšre sur les cheveux (liste Ă  consulter sur www.centre-clauderer.com).

À lire absolument