Neufmois.fr » Ma Grossesse » Accoucher » L’accouchement par cĂ©sarienne associĂ© Ă  un risque accru de complications graves pour la mĂšre

L’accouchement par cĂ©sarienne associĂ© Ă  un risque accru de complications graves pour la mĂšre

Une Ă©quipe de chercheurs de l’Inserm, de l’UniversitĂ© Paris Descartes, de l’UniversitĂ© Paris Diderot et de l’UniversitĂ© Paris 13 s’est intĂ©ressĂ©e aux risques de l’accouchement par cĂ©sarienne. Ils ont ainsi pu mettre en Ă©vidence que ce dernier pourrait ĂȘtre associĂ© Ă  un risque plus Ă©levĂ© de complications graves (notamment hĂ©morragiques) pour la mĂšre que l’accouchement par voie vaginale.

Neuf mois vous en dit plus.

La césarienne serait associée à un risque accru de complication

Pour Ă©tudier les Ă©ventuels risques liĂ©s Ă  la pratique d’une cĂ©sarienne, les chercheurs ont Ă©tudiĂ© 1444 femmes ayant connu des complications graves pendant l’accouchement, ainsi que 3464 femmes n’ayant pas eu ce genre de complications. L’état de santĂ© des femmes ayant accouchĂ© a Ă©tĂ© pris en compte Ă©galement.

Les scientifiques ont ainsi dĂ©couvert que le nombre de complications maternelles graves Ă©taient deux fois plus Ă©levĂ© chez les femmes ayant eu une cĂ©sarienne. Ce chiffre pouvait mĂȘme tripler chez les femmes ĂągĂ©es de plus de 35 ans. Ces rĂ©sultats pourraient s’expliquer par le fait que l’utĂ©rus, en vieillissant, perd sa capacitĂ© Ă  se rĂ©tracter efficacement aprĂšs la naissance pour diminuer le saignement. Ces donnĂ©es sont trĂšs importantes pour le personnel soignant qui pourra les utiliser afin de mettre en place des protocoles ciblĂ©s.

Naissances par cĂ©sariennes : une naissance sur cinq concernĂ©e en France

Le nombre de cĂ©sariennes a augmentĂ© ces derniĂšres annĂ©es. La derniĂšre Ă©tude Euro-Peristat qui rassemble les statistiques de 31 pays europĂ©ens sur la santĂ© pĂ©rinatale Ă  montrĂ© cependant que la France Ă©tait une bonne Ă©lĂšve en matiĂšre de pratique de cĂ©sariennes : la France se situe au 7eme rang sur 31 des pays en ce qui concerne la cĂ©sarienne. La France se place d’ailleurs particuliĂšrement bien pour les situations Ă  risque puisqu’on dĂ©nombre 59% de cĂ©sariennes pratiquĂ©es en cas d’antĂ©cĂ©dent de cĂ©sariennes, 75% de cĂ©sariennes pratiquĂ©es en cas de prĂ©sentation par le siĂšge, et 54%  de cĂ©sariennes pratiquĂ©es en cas de grossesses multiples.

En ce qui concerne la pratique des cĂ©sariennes, l’HAS (La Haute AutoritĂ© de SantĂ©) a publiĂ© des recommandations sur cette pratique. Il existe en effet des situations Ă  risque ou la cĂ©sarienne doit ĂȘtre nĂ©cessairement programmĂ©e (prĂ©sence d’un placenta praevia
). D’autres situations peuvent amener Ă  pratiquer une cĂ©sarienne (UtĂ©rus cicatriciel, grossesse gĂ©mellaire
) mais la dĂ©cision du mode d’accouchement est toujours rĂ©Ă©valuĂ©e tout au long de la grossesse.

Par Dr Morgane Odabachian

SOURCES

CMAJ Ă©tude epimoms

HAS


À lire absolument