Elodie Gossuin, au chevet des bébés prématurés et de leurs parents

Elodie Gossuin, l’une des plus jolies femmes de France au chevet d’autres femmes et de leurs bébés prématurés. Quoi de plus parlant, pour célébrer la Journée de la Femme, que d’évoquer l’engagement de l’ex-miss France 2000, maman de quatre enfants, auprès de l’association SOS Prémas dont elle est la marraine ?

La prématurité, c’est une cause qui vous touche ?

Oui, bien sûr. Je n’y ai pas été confrontée, mais j’aurais pu car les grossesses gémellaires (ndlr, Elodie a eu deux fois des jumeaux à cinq ans de distance) sont souvent des grossesses à complications. En revanche, si je n’y ai pas été confrontée personnellement, j’ai visité des services de néonatalogie pour SOS Prémas, et c’est évidemment une expérience bouleversante.

Vous avez d’ailleurs participé à We Love prémas, avec vos enfants, en customisant des bodies pour les bébés hospitalisés…

Oui, j’ai beaucoup aimé cette action qui consistait à recueillir des bodies pour les offrir à de grands prématurés en néonat’via les relais en France de SOS Prémas. Vertbaudet a offert 1200 bodies et des mamans, via leurs blogs, ont réussi à en réunir 4 000 de plus, soit plus de 6 000 bodies. Le but était de les customiser pour que chaque bébé et sa famille, partout en France, reçoivent un message d’amour. Mes enfants aussi en ont customisé.

Un body, c’est très symbolique pour un nouveau-né. Quand on vit une naissance prématurée, souvent en urgence, on n’a pas toujours eu le temps de préparer tout le nécessaire. Recevoir un body, c’est utile et en même temps, c’est symbolique. Le body, c’est le premier vêtement que tous les bébés mettent en venant au monde. Ce body customisé, je suis sûre qu’il restera dans la boîte à souvenirs…

Comment faites-vous pour mener tout de front : la vie privée, les enfants, le boulot, les engagements caritatifs ?

J’ai la chance d’avoir un mari qui est un papa formidable et qui reste à la maison pour gérer le quotidien pendant que je travaille ! Et j’ai aussi une famille, qui vit proche de chez moi et sur qui je peux compter. Pour les engagements, je trie, je n’accepte pas tout. Il faut que ça ait du sens pour moi.

Dans ce cas, si mon image peut faire avancer une cause qui en vaut la peine, alors pourquoi pas ? Et je fais des concessions, comme tout le monde. Comment faire autrement ? Mais je ne sacrifierais jamais ma famille. C’est le plus important pour moi.

A un moment, j’ai pensé reprendre des études. Mais ça aurait été trop compliqué. En tout cas à ce moment-là et en ce moment aussi. Mais si j’avais pu, j’aurais aimé reprendre des études de sage-femme. Pendant mes grossesses, ces professionnelles de santé m’ont impressionnée par leur dévouement, leur compassion, leur qualité d’écoute et leur professionnalisme.


Voir Aussi

La collecte de bodies dans le cadre de l’opération We Love Prémas s’est déroulée du 15 septembre au 12 décembre, avec le soutien de MontRoucous, Vertbaudet et de parents blogueurs.

 

elodie guossin 2

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire