Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » Voir ma fille grandir, le temps passe trop vite !

Voir ma fille grandir, le temps passe trop vite !

Voir ma fille grandir, le temps passe trop vite comme le dit mon titre ! Mon petit bébé, mon petit amour, celle qui me fera toujours chavirer, que le temps passe trop vite vous ne trouvez pas ? Nos loulous poussent à une telle vitesse !

A deux ans et demi, ma grande fille n’est plus un bĂ©bé !

MĂȘme si pour moi, c’est toujours ce petit bout minuscule de 2,4 kilos et 44 centimĂštres que j’ai rencontrĂ© le 4 fĂ©vrier 2013. Quelle maman ne s’est pas dit : « Mon enfant grandit trop vite ! Il m’échappe ». Bien entendu, on aimerait pouvoir les garder tout petit toute notre vie. Surtout pour pouvoir leur faire des bisous.

Les mois ont passĂ©, avec toujours cet Ă©merveillement de la voir se dĂ©velopper et toutes ses premiĂšres fois vĂ©cues avec elle : ses premiers « maman », ses premiers pas, ses premiers sourires ! Et cette curiositĂ© qui la caractĂ©rise. Seulement voilĂ , les premiers non sont apparus aussi, et Mademoiselle commence Ă  devenir une petite personne indĂ©pendante avec son caractĂšre bien trempĂ©, ses facĂ©ties et ses humeurs, lorsqu’elle a envie de m’embĂȘter et qu’elle sent que je suis fatiguĂ©e.

Mais ce qui m’a mise devant le fait accompli ? Ses vĂȘtements ! Eh oui, lorsque toi maman tu tries et que tu retrouves les premiers bodies, les premiers pyjamas, tu te demandes mĂȘme comment ton enfant pouvait rentrer lĂ -dedans. C’est donc avec un pincement au cƓur qu’il a fallu ranger ses petites affaires de bĂ©bĂ©.


 Un pas vers l’autonomie

Du haut de ses 91 centimĂštres, avec l’apparition de ses premiers cheveux blonds, elle conserve encore son petit visage tout rond, Ă  cette diffĂ©rence qu’elle ne se laisse plus cĂąliner comme avant, que les caprices prennent de plus en plus de place. Je m’étonne toujours de la voir accomplir des activitĂ©s de grande. Maintenant, elle est capable d’écosser les petits pois, de faire le tri pour mettre Ă  la poubelle, de m’aider Ă  mettre les couverts sur la table, de laver la salade et commence Ă  vouloir choisir ses vĂȘtements. Et elle s’exprime dĂ©sormais, expliquant clairement ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas d’ailleurs !

C’est une impression troublante de voir progresser le petit bĂ©bĂ© qui il n’y a pas si longtemps pour nous, buvait encore son lait. Les Ă©tapes s’enchaĂźnent, bientĂŽt l’école, les devoirs et l’affirmation de plus en plus d’autonomie.

Mais si elle grandit et pousse Ă  la vitesse grand V, elle reste encore une enfant qui a besoin d’ĂȘtre rassurĂ©e la nuit lorsqu’elle fait des cauchemars, et qui pleure lorsque Monsieur Lapin son doudou lui joue des tours et disparaĂźt. Mais quand je la regarde, je ne vois plus un bĂ©bĂ© mais une petite fille qui telle une petite chenille Ă©clot et s’épanouit de jour en jour. Il est peut-ĂȘtre temps de penser Ă  un deuxiĂšme ? Hein chĂ©ri ? Un petit frĂšre ou une petite sƓur ? Ce serait sympa ?


À lire absolument