Ces promesses qu’une maman ne tient pas toujours

En devenant maman, j’ai endossé un nouveau rôle et des responsabilités, une sacrée casquette ! Avec tout le cortège d’angoisses qui suit. Vais-je être une bonne mère ? Vais-je réussir à lui donner une bonne éducation ? Toutes ces petites questions qui nous titillent le cerveau la nuit bien entendu et nous procurent des insomnies !

D’autant que dans notre tête de maman super organisée et angoissée, on se dresse déjà la liste de ce que l’on ferait, ne ferait pas, se promettant bien de ne pas se laisser manipuler par ce petit être qui va bouleverser notre vie. Mais les promesses, c’était avant qu’il n’arrive ce loulou… Parce que parfois… Ah ah…. !
On ne naît pas maman, on le devient ! Maman ne s’apprend pas du jour au lendemain. Et toutes les belles promesses qu’on avait fait avant d’avoir bébé sont parties en fumée ! Et nos belles certitudes avec !

À ses caprices, je ne céderai pas

Alors cette promesse faite sur papier s’est effritée comme un château de cartes, dès l’instant où mon cher loulou a commencé à faire ses caprices : vouloir son doudou quand il mange, manger sa purée exclusivement avec deux cuillères, sinon, il la jette par terre ou crache, vouloir manger du gâteau au chocolat avant de manger le plat principal, lui donner un gâteau, puis deux pour qu’il arrête de pleurer. Difficile parfois de ne pas céder surtout si on veut que son enfant mange.

La nuit, je ne me lèverai pas

Marre des levers nocturnes pour aller apaiser bébé, lui donner son biberon, ou retrouver le doudou catapulté par-dessus le lit ? Cette fois, c’est décidé, on se promet de ne pas entendre les pleurs et de ne pas se lever, de laisser son tour à papa ! Euh oui, mais depuis le temps qu’on fait cette promesse, on n’est encore jamais parvenues à la tenir ! Car entendre notre enfant pleurer résonne dans nos entrailles et on ne peut pas dormir ! Et puis, papa dort si bien, en ronflant !

Les règles de la diététique, je respecterai

Au moment de la diversification, en maman soucieuse de la croissance et de la santé de notre bambin, on s’est promis de lui concocter de bons petits plats, de lui inculquer le goût des légumes et de varier ses repas. Enfin ça… C’était avant d’avoir le frigo vide et les journées de travail harassantes, et avant que bébé ne manifeste son mécontentement envers les purées de petits pois, épinards, haricots verts par des créations artistiques sur le sol. Finalement petits pots et frites, c’est pas mal pour décompresser…

Les soldes, je ne ferai plus

Tous les ans, à la même époque, on se dit : je ne ferai plus les soldes ! Oui, mais bon, un bébé, ça grandit vite, il a besoin de vêtements de rechange ! Et hop, les belles résolutions envolées, le premier jour des soldes, on frétille d’impatience à l’idée de remplir les armoires de notre bambin de nouvelles affaires ! Vive la mode !

La télé, je ne lui mettrai pas

Avant on avait juré de ne pas mettre notre bambin devant la télé, mais de lui organiser un coin salon lecture ! Enfin ça, c’était avant que loulou ne décide d’aller emprunter nos livres dans la bibliothèque pour se nourrir, qu’il ôte tous nos CD, qu’il se lasse très rapidement (piouf, c’est fou comme c’est rapide !) de ses nouveaux jouets ! Et hop, un coup de télécommande, vive les clips et les dessins-animés !
Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire