Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » La mĂ©diation familiale

La médiation familiale

Si Ă  ses dĂ©buts, la mĂ©diation familiale Ă©tait destinĂ©e aux couples en procĂ©dure de divorce, elle a bien Ă©voluĂ© depuis. Aujourd’hui, elle vise Ă  maintenir les liens de filiation entre parents et enfant et Ă  Ă©viter d’aggraver les conflits existants. Le mĂ©diateur offre bien des avantages


La médiation familiale a fait ses débuts aux Etats-Unis dans les années 80 et depuis elle revêt une dimension internationale. Ce terme n’est pas toujours apprécié, car pour beaucoup elle signifie une incapacité des parents à s’entendre, donc un échec. Il y a aussi la perception d’avoir une ingérence étrangère dans les affaires de la famille. Pourtant, elle n’est qu’une démarche visant à conserver les liens de filiation (parents, couple…) et limiter la casse.

Chaque personne a le droit de faire appel à un médiateur familial, pourtant, on a souvent recours à ces professionnels parce que le juge ou l’avocat nous l’a fortement conseillé ou imposé. Comme un médecin, le médiateur familial est tenu par le secret professionnel et contrairement à un psy, il ne fait pas de thérapie à long terme ou individuelle. Le médiateur est détenteur d’un diplôme national dans les disciplines juridiques, psychologiques ou sociologiques. Les adultes sont les premiers concernés quand on parle de médiation.

Des médiations pour des profils variés

Elle s’adresse à tout type de couples et de familles : mariés, recomposés, divorcés, pacsés, monoparentales… Quant aux problèmes, ils vont des conflits familiaux aux problèmes de couple en passant par les décès, l’éloignement et les questions patrimoniales. La médiation familiale peut prendre une dimension internationale quand l’un des parents ou enfants réside dans un pays étranger. Avant le début d’une médiation, le coût pour chaque parent est calculé. Ce montant peut être pris en charge par la CAF (Caisse d’allocation familiale). Les séances d’information sont cependant gratuites. Menées par un médiateur familial, elles visent à introduire le concept de médiation au sein de la relation des personnes concernées.

La médiation ou la réconciliation se fait toujours en terrain neutre. Si les enfants sont concernés, ils bénéficient de séances individuelles, puis seront appelés à assister aux dernières séances avec les parents. La présence des enfants vise seulement à rappeler l’engagement des parents à maintenir de bonnes relations.

La médiation familiale ne doit pas être vue comme le dernier ressort pour résoudre un conflit ou encore la solution qu’on envisage à contrecœur. Toute médiation nécessite la coopération de tout un chacun et le médiateur reste un professionnel neutre. Même si ses décisions n’ont pas force de loi, elles visent à renforcer les liens. Il est donc plus que nécessaire de les mettre en vigueur. Et beaucoup sont couronnées de succès et évitent la rupture.
 

À lire absolument