Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » Les rĂ©volutions en matiĂšre de contraception !

Les révolutions en matiÚre de contraception !

La pilule a du souci Ă  se faire depuis que d’autres moyens contraceptifs sont arrivĂ©s sur le marchĂ© pharmaceutique ! Assurant une efficacitĂ© Ă©gale Ă  la pilule contraceptive et sans risque Ă  ce jour, Ils assurent un confort plus important ! Petit tour d’horizon sur ces nouveautĂ©s.

Le patch (préconisé seulement pour les mamans qui n’allaitent pas)
Aussi sûr que la pilule, le patch contraceptif est très fin et de couleur chair pour être le plus discret possible. Il mesure 4,5 cm², et délivre à travers la peau une dose continue de progestérone et oestrogène comparables à celle de la pilule) qui vont bloquer l’ovulation.

Le patch se colle tout simplement sur une peau propre et bien sèche. Ne le placez pas dans un endroit trop sensible et jamais près d’un sein. Généralement, on vous conseillera de le mettre au niveau de votre bas ventre ou encore sur la partie supérieure de votre fesse. Vous devrez porter un patch par semaine pendant trois semaines. La quatrième semaine, vous ne le mettrez pas pour que vos règles arrivent.

L’efficacité de ce patch peut néanmoins laisser certaines mamans sceptiques. Vous croyez que les douches à répétition, les bains, les séances de sauna même, vont forcément le faire décoller aussi facilement qu’un pansement ? Détrompez-vous ! Sachez que le patch a été conçu pour qu’il résiste aux conditions d’humidité les plus extrêmes ! (Taux de décollement inférieur à 2%).

Par contre, si vous avez l’habitude de vous passer de la crème hydratante sur votre corps, évitez de badigeonner le patch. Il a une très bonne adhésivité sur la peau certes, mais le facteur « crème » peut la réduire. Laissez alors un bon périmètre de sécurité autour de votre timbre contraceptif. Si malgré tout il se décollait, n’attendez pas trop longtemps pour le remplacer par un autre.

Comme tout moyen de contraception, il peut y avoir des effets gênants ; vous pouvez être sujette à des irritations, à l’endroit où vous appliquez le patch, ou avoir des douleurs mammaires, voire même des règles douloureuses. Sachez qu’ils se résorberont dès le troisième cycle.

Ce moyen de contraception est disponible en boîte de trois patchs ou encore en boîte de 9 et 18 patchs. Ce produit n’est pas remboursé par la sécurité sociale, il faudra donc donner de votre poche environ 15 € tous les mois pour renouveler votre boîte de trois patchs.

L’anneau contraceptif
Tout aussi novateur, l’anneau vaginal est un anneau en plastique 5,4 cm de diamètre, souple, qui devient poreux une fois placé dans le vagin. Qui dit poreux, dit diffusion des doses œstro-progestative à travers, cette fois-ci, la paroi vaginale ! L’avantage par rapport à la pilule, c’est que l’anneau délivre une dose moindre mais plus régulière des hormones. Il inhibe quand même aussi efficacement l’ovulation.

Contrairement au préservatif féminin, cet anneau ne vous demande pas de pratiquer des exercices d’assouplissement avant de l’insérer ! Facile comme l’application d’un tampon, vous devrez plier l’anneau en deux et le pousser tout au fond du vagin. Une fois bien « niché », il ne bougera normalement plus jusqu’à ce que vous le retiriez. Vous sentirez assez rapidement s’il est mal mis, notamment lors des rapports sexuels.

Au lieu de le renouveler toutes les semaines, comme il est prescrit pour le patch, l’anneau lui, ne se retire que toutes les trois semaines pour le déclenchement de vos règles. Une fois les sept jours passés, vous remplacerez l’anneau vaginal. Par contre, il ne sera pas conseillé aux mamans qui souffrent de prolapsus, du fait du risque d’expulsion accidentelle. Dans ce cas et en attendant de changer de moyen contraceptif, rincez-le à l’eau tiède et replacer-le rapidement, il conservera son efficacité.

Comme le patch, l’anneau vaginal n’est pas remboursé par la sécurité sociale. Cher, environ 15€ par mois, ce genre de contraception reste encore réservé aux mamans qui en ont les moyens !

L’implant contraceptif
L’implant se présente sous la forme d’un bâtonnet souple, long de 4 cm et de 2 mm de diamètre. Il est inséré dans la face interne du bras pour libérer en continue, et ce pendant 3 ans, un progestatif. Il sera placé dans le bras droit pour les mamans gauchères et inversement pour les mamans droitières.<

Top chrono ! En une minute trente et sous anesthésie locale, votre médecin applique sous votre peau cette petite allumette contraceptive, à l’aide d’un applicateur stérile. Efficace dès les premières 24 heures, cette nouveauté va avoir plusieurs effets ; il va d’abord arrêter l’ovulation, épaissir la substance sécrétée du vagin ou « glaire cervicale », qui va limiter le passage des spermatozoïdes, et enfin il va amincir la muqueuse de votre utérus pour empêcher la fixation d’un éventuel œuf qui aurait pu malgré tout être fécondé.

Bien sûr, si vous avez une envie incommensurable d’agrandir la famille, vous n’allez pas attendre que votre implant soit changé. De plus, son retrait est tout aussi rapide que son incorporation, cela n’excède pas les 5 minutes. Sous anesthésie locale, votre médecin incisera l’endroit où se trouve le bâtonnet, pour le retirer. Sachez également que vous serez de nouveau « fertile » au bout de trois semaines. Alors pas de panique ! Connu sous le nom « Implanon », l’implant contraceptif est vendu chez votre pharmacien 138,15 € ! C’est cher penserez-vous ! Mais l’avantage, c’est qu’il est remboursé à hauteur de 65 % par la sécurité sociale. Ce qui n’est pas négligeable !

Pas évident enfin de trouver un moyen contraceptif quand on allaite car tout passe dans le lait ! Le patch, l’anneau, ou encore la pilule oestro-progestative seront proscrits. Enfin, si vous pensez que l’allaitement est un moyen contraceptif, vous avez faux ! Choisissez bien et surtout n’hésitez pas à poser toutes les questions à votre spécialiste !

À lire absolument