Le périnée, c’est quoi et ça sert à quoi ?

On en parle beaucoup mais on ne sait pas trop à quoi ça sert, ni où ça se trouve. Le périnée reste pour beaucoup de femmes un mystère… Pourtant, il est un muscle essentiel à son bien-être !
Vous avez dit périnée ? Bien peu de jeunes femmes savent ce que c’est ! Pour éclairer votre lanterne, le périnée est un groupe de muscles qui entoure et soutient le vagin, l’utérus, la vessie et le rectum. Cet « hamac » bien douillet pour nos organes est délimité par le pubis, le coccyx et les cuisses (connu sous le nom de plancher pelvien). Organe de l’amour, lieu de passage de la vie, c’est également le muscle qui nous évite d’avoir des incontinences.

Comment protéger son périnée pendant la grossesse ?
Maintenant que vous savez ce que c’est, pensez à y faire très attention. Avant, pendant et après votre accouchement. Si enceinte vous pensez que tout est permis, vous vous trompez ! Fuyez les kilos superflus car votre périnée aura du mal à supporter le surpoids.
Evitez également de porter des charges lourdes. Suivez de très près vos problèmes de constipation, mais aussi des toux ou des éternuements à répétition, cela peut être nocif. La prévention va jusqu’à vous recommander d’éviter de pousser en urinant et même de porter des talons hauts qui déséquilibreraient votre statique pelvienne.

On peut apprendre à contrôler son périnée. Par des exercices quotidiens simples, mais qui lui feront du bien. Faites par exemple basculer votre bassin en expirant et en tirant les fesses vers l’avant ; cela permet de rehausser les organes du bas ventre et de limiter les pressions. A chaque effort, remontez votre périnée en expirant, et contractez-le. Les cours de préparation à la naissance vont également vous aider à limiter toute lésion lors de votre accouchement.

L’accouchement, moment difficile pour le périnée !


C’est un moment à risque pour votre périnée qui va supporter une pression très importante. Mieux vaut alors que votre accouchement se passe le plus « naturellement » possible : allongée sur le côté ou accroupie lors de l’expulsion ; le périnée subira moins que si vous êtes en position gynécologique.

Bref, après ces séances de maltraitance, votre périnée est dans un état assez moyen, et si rien n’est fait pour lui redonner l’élasticité et le tonus d’avant, cela peut engendrer des désagréments (fuites urinaires, prolapsus) qu’il faudra à tout prix résorber pour que vous puissiez retrouver un certain bien-être.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire