Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Allaitement » Au secours, sevrage difficile !

Au secours, sevrage difficile !

DĂ©cider d’arrĂȘter l’allaitement, c’est dĂ©jĂ  un grand pas ! Mais quoi qu’on puisse dire, le sevrage ne se passe pas toujours facilement. On nĂ©glige souvent certains paramĂštres comme la volontĂ© de notre petit ange qui ne comprend pas toujours cette injustice. Ou encore notre corps qui obĂ©it Ă  ses propres mĂ©canismes ! Voici quelques tuyaux pour passer le cap


Même si la plupart des sevrages se passe sans heurt, notre loulou à nous fait de la résistance ! Il a déjà son petit caractère et nulle intention de céder devant cette chose qu’on appelle biberon. Depuis sa naissance, celle qui le nourrit est sa mère. Il va donc falloir lui chambouler ses petites habitudes !

Il refuse le biberon ? Il faut peut être demander au papa de tenter la tétée avec un biberon contenant du lait maternel et sortir de la pièce. S’il refuse, il vaut mieux le calmer quelques instants avant de réessayer en plaçant un mouchoir imprégné de l’odeur maternel sur son visage. A la même heure les jours suivants, le biberon de lait maternel pourra remplacer la tétée. Ces gestes doivent se faire dans le calme et la douceur. En cas de forcing, le biberon pourrait devenir « l’ennemi public N°1 ».

Parler à bébé, lui expliquer tout ce qui se passe permet de créer un climat de confiance. Peu à peu il s’habituera à son biberon. Il sera alors temps de passer à 2, puis 3, 4… biberons par jour. Pour passer au lait de substitution, on peut lui faire goûter dans une tasse avant d’en remplir ses biberons. Et le tour est joué ! Lorsque le sevrage s’effectue plus tard, les bébés sont en mesure de passer directement à une alimentation solide. Les mots d’ordre restent douceur et patience !

Maintenant que bébé et Monsieur Biberon sont inséparables, nous devons nous occuper de nous ! Et oui, bébé a accepté de se passer de votre lait, mais pas notre corps! Certes, nous produisons moins de lait mais nos seins continuent à se gorger. Surtout ne jamais les stimuler : la production reprendrait de plus belle ! Les mamans pressées peuvent demander à leur médecin un médicament qui stoppera la montée de lait. Et celles qui ont du temps, privilégieront des méthodes plus douces. L’aneth, la sauge et le persil sont réputés pour faire baisser la production lactée. En infusions ou en cataplasmes, ils s’appliquent sur les seins. Une douche ou une compresse chaude permettra de faire s’écouler le trop plein de lait sans avoir à stimuler les seins. Après un moment, le liquide s’écoulera sous l’effet de la chaleur. Des compresses d’argiles appliquées sur la poitrine permettent d’atténuer les douleurs. Mais en cas de fièvre, de rougeurs ou de sensation de seins chauds, il faut informer immédiatement un médecin. Il s’agit peut-être d’une infection qu’il faut vite traiter.

À lire absolument