Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Comment introduire les aliments difficiles dans leurs repas ?

Comment introduire les aliments difficiles dans leurs repas ?

Brocolis, endives et Ă©pinards ! La hantise de nos enfants ! Peu importe combien nous les cajolons ou leur faisons du chantage, rien n’y fait. Ils acceptent mal ces lĂ©gumes dans leurs assiettes. Il nous faut cependant les leur donner car ils sont remplis d’élĂ©ments essentiels pour leur croissance. A nous de trouver les bonnes astuces afin de leur faire apprĂ©cier ces lĂ©gumes qui peuvent ĂȘtre succulents lorsqu’ils sont bien prĂ©parĂ©s et joliment prĂ©sentĂ©s.

Il y a beaucoup d’enfants qui font la fine bouche durant un certain temps, mais rassurons-nous, ce n’est qu’une Ă©tape habituelle, mais passagĂšre, de leur croissance. Souvent ils nous rĂ©clament des frites ou du riz. A croire que les autres aliments leur sont inconnus ! Nous avons pourtant commencĂ© Ă  les introduire petit Ă  petit dans leurs assiettes, mais ils ont connu un refus catĂ©gorique !

Il est de notre devoir de les faire manger et apprĂ©cier toute une variĂ©tĂ© de lĂ©gumes. En ce qui concerne les carottes, c’est chose facile. C’est partiellement sucrĂ© et cela leur rappelle vaguement les bons petits pots qu’ils mangeaient Ă©tant bĂ©bĂ©s. DĂšs qu’il s’agit de brocoli, d’endive ou d’épinard, c’est une autre paire de manche !

Et la ruse se trouve dans la présentation !


QuantitĂ© d’autres lĂ©gumes restent Ă  ĂȘtre dĂ©couverts par nos petits gourmets. Nous devons savoir comment les prĂ©parer afin qu’ils les trouvent appĂ©tissants et en rĂ©clament comme ils le font pour les sucreries. A nous d’innover pour inciter nos enfants Ă  bien manger. Nous pouvons dĂ©jĂ  commencer par rendre l’heure de passer Ă  table un moment agrĂ©able et convivial. Nous pouvons avoir une petite conversation sur la journĂ©e qu’on a passĂ©e et surtout inciter notre tout-petit Ă  participer Ă  la conversation.

Les enfants ĂągĂ©s entre quatre et sept ans sont assez capricieux en ce qui concerne la consommation de lĂ©gumes qu’ils ne trouvent « pas trĂšs jolis ». Ils refusent formellement de consommer ces aliments. Ne nous dĂ©courageons pas pour autant. On doit quand mĂȘme garder Ă  l’esprit qu’il n’est pas question de les forcer. Les enfants ressentent l’inquiĂ©tude que nous Ă©prouvons et pourraient en jouer et l'utiliser contre nous comme moyen de chantage !

Nous pouvons lui prĂ©senter son plat avec une panoplie de couleurs ou avec des aliments de diffĂ©rentes textures, de sorte Ă  lui donner envie d’y goĂ»ter. Aussi quand notre bambin nous pose des questions sur ces aliments qu’on a posĂ©s dans son assiette, nous pouvons lui fournir des dĂ©tails ou bien des anecdotes (tels que : mange des Ă©pinards et tu seras aussi fort que Popeye !!!) pour l’inciter Ă  manger. Le fait de manger doit ĂȘtre un plaisir, non une corvĂ©e ou un moment de torture. Le distraire pour qu’il n’y pense plus, ou encore modifier la forme du lĂ©gume tel quel : sous forme de purĂ©e, tarte, flan, pizza,
 Nous pouvons aussi laisser nos petits manipuler certains aliments avec les mains, ils apprendront Ă  les connaĂźtre et les apprĂ©cieront mieux.

Dans la mesure du possible, nous pouvons offrir un choix du menu Ă  notre tout-petit. En lui demandant son avis, on met notre enfant sur un pied d’égalitĂ© avec les adultes. Il comprendra alors que son opinion compte et cela l’incitera Ă  mieux manger et se conduire comme un « petit adulte » !
 



À lire absolument