Bio, ça veut dire quoi ?

Certaines d’entre nous mangent bio pour le goût sans pareil d’un légume sorti de terre à son rythme ou d’un pain et d’un fromage produits naturellement. Pour d’autres, le bio c’est la recherche d’une alimentation saine et contrôlée, sans OGM et sans résidus de pesticides. Il y a encore celles qui aiment savoir que les poules ou les cochons bios sont certainement mieux traités. Pour beaucoup, c’est tout cela à la fois…

Un aliment biologique, dit "bio", est un aliment produit dans des conditions «naturelles», c’est-à-dire sans pesticides, herbicides chimiques, fertilisants artificiels ou hormones de croissance et dans le respect du rythme de vie des animaux et des plantes. Ce n’est pas l’aliment en tant que tel qui est "bio", mais son mode de production : agriculture et élevage.

L’agriculture biologique est aussi une façon de cultiver la terre pour en améliorer la fertilité à long terme. Les résidus à la surface des fruits et des légumes biologiques sont donc quasi inexistants… Mais ne boudons pas trop vite les aliments traditionnels. Ils sont aussi soumis à des normes gouvernementales très strictes et leur teneur en pesticides est minime.

Pour l’élevage biologique, les éleveurs doivent offrir aux animaux des conditions de vie adaptées à leurs comportements naturels : espace pour bouger, la clarté et la chaleur solaire et l’air frais. Le bétail doit également être nourri d’aliments cultivés selon les normes biologiques. Il ne doit pas y avoir de farines animales, d’antibiotiques ni d’hormones de croissance dans leur alimentation.

Mais tous les produits ne méritent pas cette appellation. Pour être estampillés "bio", les aliments ayant subi une transformation (comme le sirop d’érable, le pain et le fromage) doivent être issus d’une agriculture ou d’un élevage eux-mêmes biologiques. Leur texture, leur couleur et leur goût doivent refléter uniquement les caractéristiques "naturelles" des ingrédients utilisés. Ils ne doivent pas contenir de colorants chimiques, d’arômes artificiels ni d’additifs de synthèse ou de préservatifs.

Les mots "bio" et "biologique" sont protégés. Seuls les produits contrôlés et qui répondent au cahier de charges bio peuvent arborer ces termes. Tout ou presque est contrôlé : analyse des terres, des semences et des produits finis pour détecter d’éventuels résidus de produits non autorisés en bio. Mais aussi l’inspection des étables, de l’alimentation des animaux, des lieux de fabrication et de stockage. Par contre, les mots "naturel", "fermier", "sans pesticides"… n’offrent aucune garantie.


Un choix de plus en plus vaste

Certaines d’entre nous pensent qu’il n’y a que des fruits et des légumes qui soient bio et que manger bio revient à ne plus avoir de choix. Ce n’est pas vrai ! Tous les aliments ou presque ont une version bio. Un plat de spaghettis bolognaise, des biscuits pour les petites pauses ou une glace à déguster par une après-midi ensoleillée existent aussi en version bio !

Les produits bios s’achètent presque partout ! Que nous soyons "bio des villes" ou "bio des champs", le bio est accessible. Et quelque soit notre style de vie: marché, ferme, magasin bio de quartier, petite épicerie ou supermarché, boulangerie, restaurant, internet… pour tous les produits, nous pouvons opter pour le bio si nous le souhaitons. Seul bémol : le prix de ces aliments qui restent plus élevés que la moyenne.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire