Décrypter les premiers dessins de bébé

Le gribouillage est le début d’une longue évolution qui mènera notre enfant jusqu’au dessin. Dès qu’il le peut, notre enfant laissera des traces sur les objets et les surfaces dont il a accès. Il les réalise de manière totalement involontaire sans avoir conscience qu’il s’agit, déjà, de ses premiers dessins! Cela se passe vers les 12 mois. Des dessins qui représentent aussi pour lui une manière d’exprimer ses émotions ou ses angoisses, un peu plus tard.

Les gribouillis commencent au moment où notre enfant peut tenir un crayon (à partir de 12 mois). L’oeil suit la main qui fait des traits. La main reste d’abord sur la feuille sans se lever puis prend plus de libertés. S’il gribouille sans intention particulière, notre enfant ne choisit pas non plus les couleurs qu’il utilise dans ses dessins. Au début, il opte pour celles qu’il aime et qui l’attirent. Des couleurs vives en général (les nuances viennent avec l’âge). En grandissant notre enfant essaie de reproduire une forme. Il dessinera ce qu’il sait de l’objet. La forme extérieure d’une maison, par exemple.

 

Les tout premiers dessins de notre enfant peuvent déjà nous permettre de connaître son caractère. La capacité de dessiner un homme, avec les détails nous montre qu’il grandit et qu’il évolue. Il peut maintenant mettre sur papier ce qui symbolise l’être humain.

Dessins et souffrances

Les dessins de nos petits témoignent quelques fois, des manques ou des souffrances. Dans le cadre d’une thérapie, les dessins servent de tremplin pour parler et comprendre le vécu d’un enfant. Il crée un espace pour le dialogue et l’aveu de blessures. Il informe aussi sur la gravité d’un traumatisme potentiel. Il peut aussi traduire des états d’âme, passagers ou plus profonds: un enfant en colère gribouille avec force et énergie. L’interprétation des dessins de nos enfants est un exercice si délicat que seuls des spécialistes peuvent s’adonner à une telle analyse. Certains signes doivent cependant alerter : une impression de malaise récurrente dans les dessins, les mêmes dessins se répètent au fil des mois ou encore, que les ratures sont exagérées.

 


A l’opposé, certains détails peuvent nous effrayer sans pour autant constituer des signes inquiétants. Prenons pour exemple des scènes de violence ou encore l’apparition d’organes génitaux dans ses œuvres, à partir de trois à quatre ans: à ce stade l’enfant commence à intégrer la différenciation sexuelle. Tout comme le choix des couleurs. Par exemple, nous pouvons penser que si notre enfant se sert trop du rouge, il est agressif. Mais le rouge est toujours très utilisé par tous les enfants. Toutefois, le choix des couleurs, ne se fait pas uniquement à partir de pulsions sentimentales. D’une manière générale, nos enfants utilisent toujours une profusion de couleurs. 

 

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire