L’eczéma, une maladie fréquente chez le nourrisson

De plus en plus de nos nourrissons souffrent de la dermatite atopique ou eczéma, soit une affection cutanée qui débute le plus souvent entre 3 mois et deux ans. Les principales origines de cette maladie de la peau, non contagieuse sont l’hérédité et les allergies.

Notre bébé ne dort pas, il se met constamment la main au visage ou au cou, sa peau est sèche et granuleuse. Ce sont là les premiers signes d’une dermatite atopique. Des plaques rouges couvertes d'une multitude de petites vésicules, vont vite apparaître, ce qui va sérieusement démanger notre enfant. Les lésions sont très localisées ; à 3 mois ce sont le visage (front et joues), le cou, les fesses, les bras et les jambes qui sont touchés ; alors que vers les 2 ans la maladie descend vers les pliures des genoux et des coudes. L’eczéma se développe généralement en trois étapes. D’abord, l’apparition des plaques rouges, puis les petites vésicules vont grossir provoquant une démangeaison constante qui les amèneront à suer et enfin des croûtes se formeront pour tomber quelques jours plus tard, tout en laissant une peau sèche. En général, l’affection cutanée disparaît vers les cinq ans.

Quelles en sont les origines ?

Les origines de l’eczéma peuvent être héréditaires ou allergiques. Un enfant dont l’un ou les deux parents ont souffert de cette maladie, a plus de chance d’en avoir, bien que cela ne soit pas systématique. Idem pour les enfants dont les parents sont allergiques. La source de ses allergies est variée : poussière, pollens, chien ou chat ou encore les oeufs, l’arachide, les crustacés et dans certains cas, le lait, les kiwis, les tomates, les bananes. Ainsi, un enfant dont l’un des parents est allergique a 50 % de chance d’attraper la dermatite atopique ; ce chiffre passe à 80 % si les deux parents sont allergiques. Deux autres causes sont aussi citées : les faibles températures extérieures et le chauffage parfois excessif peuvent aussi provoquer une poussée d’eczéma.

L’eczéma et le stress

Bien que les médecins considèrent que le stress ne cause pas l’eczéma, il peut toutefois aggraver les symptômes et augmenter la fréquence des poussées. Les spécialistes soulignent que les facteurs émotifs comme l’anxiété et les difficultés relationnelles jouent un rôle important dans l’apparition des maladies de la peau.

Quel traitement  ?

Il faut savoir que le traitement, à plusieurs volets, ne va pas stopper les poussées mais simplement les diminuer en nombre et en intensité tout en soulageant notre enfant. On procède premièrement à la désinfection des zones locales à l’aide d’antiseptiques doux, puis à l’application de crèmes à base de cortisone, très efficaces lors des poussées même si elles entraînent une dépendance qui favorise une rechute dès l’arrêt du traitement.


Si les vésicules suintent, une solution aqueuse de nitrate d’argent sera nécessaire. Et en dernier lieu, des antihistaminiques estomperont les démangeaisons et aideront bébé à dormir. Nous devons également respecter des règles d’hygiènes. Pensons à humidifier les pièces. La chambre de notre enfant doit être humide et proprement nettoyée pour éviter la présence des acariens, de plumes et poils, le port de vêtement en laine est vivement déconseillé, et il est impératif que nous évitions toute sudation. Rappelons, qu’il n’existe aucun moyen de prévenir l’eczéma mais que le traitement et les bons gestes hygiéniques aident à soulager le mal.

 

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire