Le vrai/faux de la vaccination

Pour faire le point sur quelques idées reçues, voici des pistes qui vous aideront à trier le vrai du faux en matière de vaccination.

Il ne faut pas vacciner les nourrissons trop tôt
Faux. Les nourrissons ont un système immunitaire encore très fragile et sont rapidement exposés avec l’introduction rapide dans la vie en collectivité. Sans vaccin, ils risquent de développer des formes graves des maladies qu’ils contractent. Il est donc fortement conseillé de leur injecter la plupart des vaccins entre 0 et 24 mois.

Le BCG ne protège pas totalement contre la tuberculose
Vrai. Le BCG ne fait que protéger contre l’évolution mortelle de la maladie et n’empêche pas sa transmission. Injecté chez le nouveau-né, il s’avère plus efficace que chez l’adulte. Il reste cependant obligatoire pour les enfants entrant en collectivité, sur le principe de précaution.

Le ROR n’est pas indispensable, les maladies sont bénignes
Faux. Les conséquences des oreillons peuvent provoquer une stérilité masculine. Chez la femme enceinte, la rubéole peut être à l’origine de malformations fœtales. Dans de rares cas, la rougeole peut évoluer vers des complications cérébrales ou pulmonaires. Il vaut donc mieux vacciner à titre préventif !

Tous les vaccins sont obligatoires
Faux. En France, 4 vaccins sont obligatoires. Il s’agit du BCG et de ceux contre la Diphtérie, le Tétanos et la Poliomyélite. D’autres sont fortement recommandés comme celui contre la Coqueluche, les ROR ou encore les infections à Pneumocoque… Les médecins privilégient une vaccination ciblée vers les sujets à risque notamment pour les vaccins contre l’hépatite B ou la grippe.


Il ne faut injecter qu’un vaccin à la fois
Faux. Injecter plusieurs vaccins à la fois à un enfant ne pose aucun problème. Il est même préférable de les administrer en une visite plutôt que de les étaler. Cela est sans danger et tout aussi efficace. C’est également un gain de temps pour tout le monde. Les effets secondaires ou la protection ne sont pas remis en question.

Les vaccins sont plus douloureux pour les bébés
Vrai et faux. Les bébés comme les adultes sont plus ou moins sensibles à la douleur. Heureusement il existe des patchs et gels antidouleur à appliquer sur la zone à piquer. Demandez conseil à votre pédiatre car certains antidouleurs peuvent être contre-indiqués selon l’âge ou le vaccin. Et si votre loulou crie toujours malgré vos précautions, dîtes-vous que parfois ce n’est pas la douleur qui pousse bébé à pleurer lorsque le médecin leur fait une petite piqûre mais simplement la vue de cet inconnu en blanc. Ils peuvent aussi réagir au stress de papa-maman, inquiets pour leur rejeton !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire