L’unité de cancérologie-pédiatrique de Garches fermée plus tôt que prévu ?

Il y a quelques semaines, nous vous parlions de cette unité de cancérologie-pédiatrique de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (dans les Hauts-de-Seine) dont la fermeture était contestée par des parents grévistes. La justice avait ensuite validé cette fermeture et les manifestants avaient saisi le Conseil d’Etat. Alors que les parents continuent leur combat, l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) a annoncé lors d’une conférence de presse mardi que le service allait fermer plus tôt que prévu.

Alors que le service devait fermer ses portes le 21 août prochain, l'AP-HP a annoncé l'avancée de la fermeture au 9 août, soit samedi prochain. Cela fait suite au climat de tensions qui règne à l'hôpital depuis plusieurs semaines. Martin Hirsch, à la tête de l'AP-HP, a expliqué que cette décision se faisait "Pour éviter que les enfants soient mis en danger". L'ancien haut-commissaire à la Jeunesse affirme que : "Nous ne sommes aujourd'hui pas en mesure de soigner des enfants dans des locaux dans lesquels il y a envahissement, des médecins en arrêt maladie, une équipe paramédicale soumise à des pressions, un chef de service qui n'a pas la possibilité de contrôler ce qu'il se passe".

Cependant, Sophie Masset, maman d'un des enfants soignés à Garches, a déclaré à l'AFP : "Deux enfants, qui ont un besoin urgent de soins, étaient convoqués aujourd'hui dans le service de Garches par l'équipe médicale. Leur admission a été refusée par l'AP-HP qui a fait appel à la police comme si nous étions des voyous".


La situation est donc toujours tendue entre les parents et le personnel hospitalier, mais le combat ne s'arrête pas là : l'association de parents pense saisir la Cour européenne des droits de l'Homme. C'est donc peut-être cette institution qui mettra un terme définitif à l'affaire…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire