Bébé me fait-il perdre la mémoire?

(Futures) mamans, êtes-vous victimes du « mommy brain »?

Se retrouver dans une pièce sans savoir ce qu’on venait y faire, ça vous était peut-être déjà arrivé, mais oublier des mots tout simples, mettre du savon liquide sur votre brosse à dents, oublier des objets partout où vous passez ou encore aller au micro-ondes pour imprimer un document, ça, c’est tout à fait nouveau, surtout quand ça s’accumule! Bébé vous aurait-il volé votre cerveau ?

Les Américains, et les Anglo-saxons, en général, ont un terme pour désigner les pertes d’attention ou de mémoire qui pour eux marquent la grossesse et la période qui suit l’accouchement chez certaines mamans : « mommy brain », appelé aussi parfois « baby brain » ou « pregnancy brain », selon que le bébé est arrivé ou pas. Aucune de mes copines qui vivent en France ou en Espagne n’ont entendu parler de ce phénomène, mais les Québécoises, si, même si c’est de façon plutôt informelle. De là à penser qu’il s’agit de superstitions ou d’une invention du plus sexiste des machos pour cantonner bobonne à la maison, il n’y a qu’un pas.

Pourtant, quand j’interroge les mêmes copines, la plupart (et les Françaises pas moins que les autres) ont ressenti des manifestations de ce curieux trouble, à des degrés et sur des plans divers, quitte à attribuer le phénomène à la fatigue :

– J’ai beaucoup moins de mémoire depuis que j’ai accouché de bébé, ç’a été flagrant. Je n’ai pas l’impression d’avoir retrouvé ma mémoire d’avant, en même temps je retenais des trucs inutiles que je ne retiens plus alors bon… Sorte de lâcher prise ?

– Je n’avais même pas entendu parler de ceci. Personnellement, je n’ai pas remarqué de perte de concentration, d’attention ou de mémoire pendant ma grossesse ni après l’accouchement. Pendant l’allaitement non plus, à part à cause de la fatigue due à la perte de sommeil. D’autre part, il me semble que ce n’est pas un phénomène dont on parle en Espagne.

– Je suis devenue plus tête en l’air qu’avant concernant mes besoins personnels. Par exemple, tu peux être sûre que lorsqu’on repart de chez mes parents après y avoir séjourné avec les enfants, il faut qu’on fasse demi-tour pour récupérer un objet qui le plus souvent m’appartient : sac à main, portable, écharpe… Crois-tu que j’oublierais un doudou des enfants ?!

– Je n’ai pas remarqué que je perdais plus la mémoire enceinte qu’en temps normal. En fait, je perds la mémoire tout court mais c’est la vieillerie je pense ! J’avais peut-être plus de mal à me concentrer au boulot les dernières semaines mais j’attribue ça au fait qu’arrivée à un moment, je ne pense plus qu’au bébé tellement j’ai hâte de le voir.

Je constate des problèmes de mémoire et de concentration qui me posent d’ailleurs pas mal de problèmes au boulot ou à la maison. Exemple : on m’appelle le matin pour refaire un courrier pour le soir même et, alors que je n’ai pas tant que ça de choses urgentes à faire dans la journée, j’oublie et je me retrouve à tout faire à l’arrache juste avant de partir, alors que j’ai un RDV chez le médecin avec A. auquel j’arrive en retard et sans les vaccins nécessaires ni de quoi la changer !!!!! Autre exemple : je ne trouve pas mes mots, et c’est tout le temps. Du coup, j’ai de gros blancs, je me répète beaucoup et j’ai l’impression de passer pour une abrutie finie.

J’ai tellement eu ce problème enceinte de mes deux enfants ! Mais ça semble être connu seulement chez les mamans ! P. ne cesse de dire que c’est dans ma tête, que ça n’existe pas, que j’ai pas d’excuse pour oublier plein de trucs !  En fait je crois que cela était dû d’une part aux hormones et de l’autre au manque grave de sommeil. Mon médecin ne m’en a jamais parlé mais on en parle dans mon livre de maternité un peu… pas beaucoup !
Pour moi, cela a duré jusqu’à la fin de l’allaitement ! J’ai retrouvé toute mon énergie et mon cerveau lorsque j’ai enfin été libérée de toutes ces hormones et que j’ai retrouvé des heures de sommeil plus stables !

Mais on dirait qu’on en parle seulement entre nous les femmes enceintes ! Ce n’est pas quelque chose que les gars semblent croire ou les filles qui n’ont pas eu d’enfant !

Alors, mythe ou réalité?

La communauté scientifique s’est penchée sur l’évolution du cerveau de la femme enceinte et de la nouvelle maman. Et certaines découvertes sont fascinantes.


Pilyoung Kim et ses collègues, auteurs d’une étude sur le sujet parue dans Behavioral Neuroscience ont observé le cerveau de 19 mères une première fois quelques semaines après leur accouchement, et une deuxième fois trois à quatre mois plus tard.  Les résultats démontrent que plusieurs régions du cerveau de ces mamans ont connu une croissance non négligeable, notamment l’hypothalamus, le cortex préfrontal et  le corps amygdalien. Ces zones sont celles qui motivent la maman à prendre soin de son bébé et à se sentir récompensée quand son bébé lui sourit, bref, c’est grâce à elle que la maman tire du plaisir d’interactions toutes simples avec son petit bout. Ces zones jouent aussi un rôle dans la planification et la prévision, donc il se peut que leur croissance aide une mère à anticiper les besoins de son tout-petit et à se préparer à y répondre.

Pour simplifier, on pourrait dire qu’elles sont responsables de « l’instinct maternel ». D’ailleurs, l’étude a montré que les mères qui trouvaient les échanges avec leur bébé les plus gratifiants (les plus fières, les plus béates et les plus gaga, donc) étaient aussi celles dont le cerveau avait été le plus modifié ! Dans tous les cas, le cerveau ne redeviendrait jamais comme avant.

Les scientifiques supposent que les hormones de grossesse préparent le cerveau à cette reconfiguration à l’arrivée d’un nouveau-né. Par contre, on ignore encore si ce sont ces changements qui incitent une mère à s’occuper de son enfant ou si s’occuper du bébé modifie son cerveau. Au fond, le fait que notre matière grise se perfectionne n’est pas étonnant puisqu’on continue de faire tout ce qu’on faisait avant et qu’en plus on doit maintenir notre bébé en vie et s’en occuper.  Seul bémol, notre cerveau tout neuf nous aide à nous focaliser sur ce petit être qui concentre en lui tous les espoirs de la survie de l’espèce! Du coup, il arrive bien souvent que des choses moins vitales passent soudain au second plan, comme les noms et les titres de film, les dates de rendez-vous ou d’anniversaire ou encore l’emplacement exact de vos clés. C’est ennuyeux, mais pas très grave.

Autre explication, selon un article du Dr Réjean Hébert, mis à jour par le Dr Philippe Presles
publié sur le site e-sante.fr, « le stress et les préoccupations quotidiennes peuvent nuire à la mémoire ». Avec les bouleversements et l’anxiété que peuvent entraîner une naissance, on comprend que les nouvelles mamans soient déconcentrées. Si on ajoute à cela le manque de sommeil, rien d’étonnant à ce qu’on laisse échapper quelques petites choses.

Des solutions

Je n’ai pas de remède miracle à vous proposer, mais voici quelques pistes. L’exercice physique favorise le fonctionnement de la mémoire, donc c’est une raison de plus pour essayer de se ménager du temps pour cela – je dis ça et je suis allée deux fois à la gym en 11 mois. La détente et une bonne hygiène de vie sont aussi les amies du cerveau, donc voici une bonne excuse pour prendre du temps pour soi (pas facile non plus) et se gaver de fruits et légumes. Et pour limiter la casse, on met sa fierté dans sa poche et on prend des mesures garde-fou : on fait des listes, on pose ses clés et son téléphone toujours au même endroit, on pense à se donner un point de repère quand on laisse la voiture au parking, et on achète un agenda (sinon, si tout est dans le téléphone et qu’on perd ce dernier, on est mal).

Bref, si vous avez l’impression de débloquer un peu, pas de panique, tout est normal. Finalement, même un peu distraite, vous êtes quand même beaucoup plus intelligente qu’avant. Et si quelqu’un vous dit que tout ça c’est dans votre tête, il ne croit pas si bien dire, et vous avez des preuves !

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire