Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop Grossesse

Les plans béton de 3 mamans pour tout concilier

Concilier vie pro-vie perso ? Ça vous semble compliqué ? Oui c’est difficile mais pas insurmontable les filles ! Trois mamans nous donnent leurs trucs et astuces.

La maternité, c’est ce qui nous arrive de mieux dans la vie ! Qui dirait le contraire ? De la tendresse en barres, un émerveillement continuel devant les risettes de bébé, devant ses progrès, ses premiers pas, son premier « maman ».

 

Alors que penser des études sociologiques* qui disent que les femmes qui ont des enfants ne sont pas à la noce ?

« En gros, ces études disent la vérité sur bien des points, reconnaît Noémie, maman de trois enfants de 7, 5 et 2 ans à Compiègne (Oise). C’est vrai que lorsqu’on est enceinte, on n’est pas au premier rang des candidats à la promotion, il ne faut pas rêver tout de même ! Mais on le savait, donc, peut-on dire qu’on est déçue ? A mon sens, non. Moi, j’étais bien plus excitée par l’arrivée de mon futur bébé que par celle de ma feuille de paie ! Ensuite, il faut bien reconnaître que même si les pères ont changé dans le bon sens, les journées des mères de famille sont longues et fatigantes et que c’est souvent elles qui s’y collent, comme on dit. Mais encore une fois, on le savait à l’avance, on a vu nos mères, nos copines… »

 

Optimiser son organisation comme Noémie

La recette de Noémie : cerner les problèmes et trouver des solutions en mettant à contribution ses copines et ses voisines.

 

«Franchement, parfois, on se complique la vie toute seule, non ? Pourquoi être deux sur le même palier à aller acheter le pain en traînant nos petits derrière nous ? Puisque l’on est soi-disant si nombreuses à passer par les mêmes contraintes, essayons de jouer collectif !»

Depuis quelques mois, Noémie a mis en place un petit réseau dans son quartier pour se simplifier le quotidien, en essayant de mettre en pratique un concept canadien, une formule coopérative et solidaire : «Le principe permet de mutualiser dans un quartier les réponses aux besoins du quotidien, comme emmener les enfants à l’école, faire les courses, le baby-sitting.»

 

 «Les réponses ont été mitigées au départ, mais ça commence à bien fonctionner. Quand les mamans voient les avantages, elles oublient leurs réticences. Le bon côté, c’est que je me suis rendue compte qu’en réorganisant ma vie perso, j’avais tendance ensuite à mieux m’organiser au boulot. A la maison, on n’a pas le choix, on rationnalise, mais au boulot, on se laisse envahir !»

 

Parmi ses bonnes résolutions, établir la liste des tâches à accomplir, dès le lundi, actualisée dès que nécessaire pour trier les priorités, éviter de courir trois fois dans la semaine aux archives alors qu’une seule fois suffit, mettre en place des fichiers croisés entre collègues…. A savoir, sur notre site Cafedesmamans.com qui est très impliqué sur ces principes de réseau et de timing pour les mamans, il y a plein d’outils organisationnels pratiques à s’approprier pour justement mieux s’organiser : plannings, listings, mise en réseau de mamans par régions, villes et quartiers…

 

Le témoignage de Noémie vient en contradiction avec les résultats de l’étude évoquée qui affirme qu’une mère de famille sur deux réclame des aménagements officiels, comme le doublement des congés pour enfants malades et pour familles monoparentales, l’adaptation des emplois du temps lors de la rentrée scolaire et la prise en compte des contraintes familiales dans l’organisation des déplacements. Finalement, plus que des droits sociaux élargis, ce dont les mères ont besoin, c’est d’idées et de réseau. Et parfois, l’idée… c’est de changer de métier ! Le succès des Mompreneurs, ces jeunes mères de famille créatrices d’entreprise, l’atteste : les jeunes mamans sont des réservoirs incroyables de compétences et d’idées.

 


La fondatrice de l’antenne française des Mompreneurs, Céline Fénié, maman de deux enfants à Paris, a ainsi lancé un site Maman Shopping et un blog Maman et entrepreneuse. Elle et ses adhérentes, comme toutes les mamans, sont capables de faire des sacrifices pour arriver à leurs fins, comme de renoncer à un bon salaire pour lancer leur affaire, travailler 7 jours sur 7 et/ou en soirée. En général, elles choisissent de travailler à domicile pour profiter de leur bébé. Et elles sont prêtes à changer totalement de métier pour se rapprocher du monde de l’enfance et créer des couches lavables, des jeux de société, des bijoux fantaisie, des accessoires de puériculture, des crèches privées… la liste est longue ! Certes, elles se sont lancées parce qu’elles avaient du mal à concilier vie pro-vie perso, mais elles ont fait de ce constat un levier pour se réaliser pleinement.

 

Se former pendant un congé parental comme Nathalie

Animées par cette volonté d’épanouissement qui poussent certaines femmes à se lancer dans l’entreprenariat, d’autres mamans, a contrario, décident de faire un break en prenant un congé parental d’un an, voire de deux ou de trois ans.  Certaines le font parce que les contraintes du quotidien rendent la poursuite de l’activité difficile avec un tout-petit, si elles habitent loin de leur boulot, si leur mode de garde n’est pas fiable, si leur conjoint est souvent en déplacement. Mais la plupart le font par choix ! Beaucoup en profitent d’ailleurs pour préparer une VAE (validation des acquis de l’expérience) afin de monter en grade ou évoluer, d’autres apprennent l’anglais ou prennent des cours de chant lyrique.

 

Nathalie, maman de trois enfants de 7, 4 et 2 ans, de Romans (Drôme) a choisi de s’arrêter pour mieux profiter de ses enfants, mais aussi pour combler des lacunes qui l’empêchent de progresser. «En travaillant, avec les enfants et un temps de trajet d’une heure et demi par jour, se former, même pas en rêve ! Là, j’ai pu reprendre l’anglais sérieusement. J’y passe trois heures par jour avec une méthode sur internet. J’ai aussi passé une annonce pour rencontrer des mamans anglophones dans ma région et on se retrouve pour des après-midis sympas, où on parle anglais. En deux ans, j’ai acquis un bon niveau qui va me permettre de progresser professionnellement. Et j’ai pu profiter de supers moments avec mes enfants.»

 

Comment s’y prendre ?

Contraintes de s’organiser, de faire des choix, les mamans assurent, quoi qu’en disent les études qui s’arrêtent uniquement au constat des difficultés et pas assez aux solutions que les mamans apportent avec une touche de génie. Et force est de constater que la maternité, loin d’appauvrir la femme sur le plan relationnel et professionnel, a plutôt tendance à lui servir de tremplin. A condition d’être bien entourée et bien conseillée. Dans ce domaine, il existe un certain nombre d’associations qu’il ne faut pas hésiter à consulter, tels que le réseau Retravailler et les antennes de Protection maternelle et infantile (PMI). Et sur le Cafedesmamans.com, cette mise en réseau est une vraie mine d’or pour trouver des idées, se faire coacher, retrouver la pêche. Même s’il est vrai que les mères de famille aimeraient, comme l’affirme l’étude, que le cadre légal prenne mieux en compte leurs contraintes et les aide davantage, elles n’attendent pas de miracle : aide-toi et le ciel t’aidera, 100% des mamans connaissent l’adage. Et elles le mettent en pratique ! Ce n’est peut-être pas dans l’étude, mais ça n’en est pas moins vrai !

 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire