Le retour des soins vintage pour bébé

Les mamans sont de plus en plus nombreuses à revenir aux produits préférés des grands-mères, tels que le talc, le liniment oléo-calcaire et le savon. Est-ce bon d’utiliser ces produits ? Notre pédiatre, Aldo Naouri, nous explique comment bien les utiliser.

Et oui la mode vintage ne touche pas que votre armoire à vêtements ! Elle se glisse aussi au rayon des produits pour bébé.
 
Alors que ces derniers croulent sous les eaux micellaires, les laits hydratants, les gels corps-cheveux et toutes les crèmes et autres baumes pour le siège, le corps et le visage, des petits surdoués jouent du coude pour retrouver la place d’honneur dans le rayon.
 
Principalement le liniment oléo-calcaire, très en vogue depuis trois ans, le pain de savon et le talc. Un retour aux sources porteur de sens : simplicité, fonctionnalité… et maîtrise du budget ! Si, dans certains cas, l’usage de ces produits relève du bon sens, des précautions doivent parfois être prises. 
 

Le talc : avec parcimonie

Cette poudre fine qui sent le bébé propre à 100 mètres bénéficie d’une image naturelle et plus que millénaire. Il paraît que les hommes préhistoriques s’en servaient déjà ! C’est le minéral le plus doux de la planète : chimiquement inerte et hydrophobe, le talc est utilisé à toutes les sauces, dans les cosmétiques pour retenir les parfums, satiner l’aspect des crèmes de soin, mais aussi dans l’alimentation, dans l’industrie pharmaceutique, la fabrication de caoutchouc… Et on en passe. Comment se méfier d’un produit naturel dont l’usage est tellement revendiqué ?
 
Et pourtant, le talc n’est plus le produit de soin pour bébé le plus conseillé, même en cas de fesses rouges. Autrefois, ces qualités hydrophobes pouvaient en effet permettent d’absorber une bonne partie de l’humidité des langes et ainsi mieux protéger la peau de bébé des mycoses et de l’érythème. Mais aujourd’hui, les couches ont gagné en absorption et l’effet voile sec de la plupart des couches de qualité rend le recours au talc moins nécessaire.   
 
Ce qu’il faut savoir : Talquer un bébé des pieds à la tête n’est pas seulement inutile mais c’est dangereux. La peau est aussi un organe qui doit respirer par tous ses pores. Or le talc qui est un abrasif puissant utilisé dans l’industrie obture les pores en question et entame la peau au niveau des plis. Si vous tenez à cette pratique, contentez-vous de mettre un peu de talc sur la pulpe du doigt et d’en enduire parcimonieusement les plis. Mais n’allez pas au-delà ! 
 

Le pain de savon : surgras, oui ! 

Pourquoi revenir au pain de savon alors que l’usage des savons liquides est aujourd’hui décliné dans de larges propositions ? Souvent parce que dans l’imaginaire collectif le savon garde une image forte de nettoyage efficace alors que le gel douche a surtout une image de produit plaisir. Mais beaucoup de mamans reviennent au pain de savon par économie. Vendu par pack de quatre ou huit, le savon peut durer deux mois alors qu’un flacon de gel douche est souvent terminé en dix jours parce qu’on en met trop. Qui plus est, le savon se rince plus vite et en déplacement, il est plus compact qu’un flacon. 
 
Ce qu’il faut savoir : Le savon classique dissout la graisse constituant le film hydrolipidique qui recouvre la peau. Conséquence : sécheresse de la peau et moindre protection naturelle. Il faut donc impérativement après le bain appliquer une crème hydratante sur le corps et le visage de bébé, ce qui n’est pas nécessaire systématiquement lorsque la peau de bébé est en bonne santé : l’argument coût en souffre ! Reste alors la solution du savon surgras, moins moussant mais moins desséchant pour la peau. Ceci étant, la plupart des gels lavants pour bébé, qui ont en plus l’avantage d’être 3 en 1 (visage, corps et cheveux) sont des produits sans savon, souvent sans parfum et parfaitement adaptés à la peau fragile de bébé. On en trouve de plus en plus souvent en flacon géant, en grandes surfaces, à des prix tout à fait raisonnables.  
 

L’huile d’amande douce : à tester !

Pour masser bébé, décoller les croûtes de lait, c’est le produit que beaucoup de mamans considèrent comme magique ! Cela se justifie car c’est une huile très nourrissante à l’odeur agréable et on en trouve plusieurs spécimens en version bio. 
 
Ce qu’il faut savoir : L’huile d’amande douce, aussi naturelle soit-elle, a un potentiel allergisant, étant donné qu’elle fait partie de la famille des fruits à coques, principaux allergènes. Mais tous les bébés ne seront pas forcément sensibles, surtout en cas d’absence d’antécédents familiaux : il faut donc tester par touche, dans le creux du coude. Sans réaction au bout de 48 h, on peut estimer que l’organisme de bébé supportera ce produit. Sinon, on peut masser bébé avec des laits hydratants avec le même bénéfice et utiliser un produit spécifique croûtes de lait ou de la vaseline salycilée. 
 

Liniment oléo-calcaire : sans danger !

Depuis trois ans, ce produit fait un retour remarqué dans les linéaires ! Sa composition 100 % naturelle, huile d’olive et d’eau de chaux, a une action hydratante et apaisante.  Et le mieux, c’est qu’on peut aussi s’en servir pour nous, pour nous démaquiller et pour adoucir les zones rugueuses du corps ! 
 
Ce qu’il faut savoir : Sa présentation épaisse peut rebuter au premier abord. Mais ses vertus sont intéressantes : l’eau de chaux est notamment réputée pour apaiser les brûlures, ce qui la rend particulièrement indiquées en cas d’irritations du siège. Quant à l’huile d’olive de sa composition, elle est très hydratante. Enfin, le liniment oléo-calcaire a la propriété, comme toute crème hydratante, de laisser un film protecteur sur la peau, qui fait barrière et prévient donc les érythèmes. Cela permet de nettoyer la peau de bébé lors du change et d’éviter l’application d’une crème de protection sur peau saine. Et on peut s’en servir aussi pour décoller les croûtes de lait… 
Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire