7 choses à savoir pour un teint sans défaut après bébé

Arf, même après la grossesse les hormones continuent de nous jouer de mauvais tours ! Et parfois, cela se ressent et se voit sur notre peau. Qu’à cela ne tienne, je veux un teint zéro défaut ! Ridules, points noirs et autres indésirables n’ont qu’à bien se tenir grâce aux explications du Docteur Nadine Pommarède, dermatologue.

Si «  elles  » y arrivent, pourquoi pas nous  ? «  Elles  », les stars qui nous font rêver et dont on ne doute plus de leur prédestination à être des people quand on voit qu’elles relèvent de couches en taille 36 taille basse alors qu’on peine, nous dans notre 42 taille haute deux mois après le jour J, qu’elles affichent un sourire éclatant sur une peau de pêche à la sortie de la maternité et n’ont apparemment pas la moindre idée de ce que signifie un teint gris. Masque de grossesse  ? Connaissent pas. Les cernes  ? Pas davantage. Bon, on n’est peut-être pas des stars à l’échelle planétaire, mais chez nous, on est la reine. Alors, si on sortait de nos tiroirs nos petits soins magiques  ?

Régime bon teint

Une jolie peau, comme une jolie ligne, ça se mérite… Autrement dit, si ce n’est pas déjà fait, il va falloir se mettre au régime.

«Après plusieurs années d’intoxication au tabac, un fumeur a un teint jaune-gris et des rides du visage accentuées à cause d’un processus de vieillissement cutané prématuré» explique le Dr Nadine Pommarède, dermatologue et auteur de une belle peau mode d’emploi (éditions Marabout).

«Si vous y ajoutez l’exposition au soleil et la consommation régulière d’alcool, vous potentialisez encore davantage le vieillissement cutané et les rides parce que la peau du fumeur contient des dérivés toxiques, tels que benzène, anthracène, naphtalène et phénols, qui la rendraient plus sensible au soleil».

Si, après la naissance de bébé, on s’est réjouie de pouvoir reprendre la cigarette et l’apéro – car bien sûr on avait arrêté enceinte, n’est-ce pas  ? -, il va falloir choisir entre nos addictions et le rêve d’une jolie peau. Pas convaincue  ? Et si on vous dit que la nicotine a un rôle vasoconstricteur qui provoque une baisse de l’oxygénation cutanée ? Conséquences : drapé gris souris et plissé soleil : un vrai look de pensionnaire ! La solution  : l’arrêt définitif des coupables et une alimentation riche en vitamines C (pour doper le collagène) et E (pour renforcer l’élasticité de la peau).

Faire poser un diagnostic

Pourquoi a-t-on triste mine  ? Excès de sébum, relents d’acné prénatal, peau déshydratée, taches pigmentaires, cernes noirs : tous ces cas de figure sont possibles. La meilleure option, c’est de filer chez un dermatologue (si on est pressée, on opte pour un praticien en secteur 2 qui pratique des honoraires libres, ce qui le rend plus vite disponible que le praticien conventionné). Son diagnostic permet d’avoir une vue d’ensemble sur l’état de notre peau et des soins nécessaires. Solution de repli  : une esthéticienne en institut, toujours préférable à une vendeuse inconnue dans une grande surface spécialisée dont on ne connaît pas les compétences en esthétique, nonobstant celles, évidentes, de nous vendre les produits les plus chers du rayon.


Privilégier l’hygiène

Matin et soir, nettoyez votre peau avec un produit adapté à votre type de peau (c’est tout l’intérêt d’avoir consulté le dermatologue). Même épuisée par notre programme métro-boulot-marmots, on ne fait pas l’impasse sur cette étape cruciale d’un joli teint. On évite autant que possible les produits moussants et les laits démaquillants, qui contiennent trop de tensio-actifs et d’émulsionnants, au profit d’une eau micellaire ou d’une huile démaquillante. Pas de lotions alcoolisées ni de rinçage à l’eau du robinet si elle est très calcaire ou très chlorée  : mieux vaut utiliser une eau florale ou un spray d’eau thermale.

Gommer les cellules mortes

Une à deux fois par semaine, on s’offre un bain relaxant pendant lequel on exfoliera soigneusement sa peau. Sauf en cas d’acné persistant ou de peau très grasse  : on limitera alors les gommages (une fois par mois) pour ne pas agresser les glandes sébacées et on misera plutôt sur les masques purifiants. Là encore, on écoute les conseils du dermato ou de l’esthéticienne  : pas de gommage vigoureux sur une peau sensible  ! Lors de la consultation chez le dermatologue, on pourra envisager la pertinence de l’opération bazooka, soit un peeling ou une micro-dermabrasion, pour corriger les imperfections, notamment le teint terne, la pigmentation irrégulière et les pores trop dilatés.

Purifier les peaux grasses

Pendant la grossesse, même des peaux qui n’ont jamais eu à faire avec une poussée d’acné peuvent se retrouver boutonneuses. Une fois bébé né, le problème se règle naturellement… ou pas. «  Les peaux adultes acnéiques sont de plus en plus nombreuses  », reconnaît le Dccteur Nadine Pommarède. D’où l’afflux de nouvelles lignes traitant ce problème dans les rayons des pharmacies et des parfumeries. La règle d’or, c’est de ne jamais décaper une peau grasse au risque de provoquer une hyper séborrhée… et un fameux cercle vicieux  ! Pour matifier, on pose un masque purifiant deux fois par semaine et un soin hydratant matifiant en base de maquillage. A savoir, le tabac (encore lui  !), les cosmétiques non adaptés, l’alimentation trop riche en sucres raffinés et en graisses saturées seraient des facteurs aggravant l’acné.

Voir Aussi

Traiter les taches

Le masque de grossesse est une hyperpigmentation de la peau qui affecte 75% des femmes enceintes (et 33% des femmes sous contraception orale) et qui disparaît parfois après l’accouchement. Si ce n’est pas le cas, il faut prendre rendez-vous chez le dermatologue.


«Nous prescrivons des crèmes dépigmentantes à base d’acide kojique ou d’hydroquinone, explique le Dr Nadine Pommarède.»

«Ces crèmes doivent être appliquées progressivement, une fois, puis deux fois par semaine, puis tous les deux jours et enfin tous les soirs, pendant quatre à six semaines au minimum. C’est une préparation à l’étape suivante, le peeling aux acides de fruits, qui donne un bon coup d’éclat et a une action antivieillissement. Quand la pigmentation est restée superficielle, cela donne de bons résultats.»

Précaution indispensable, après un masque de grossesse, une protection solaire avec écran total (type Photo Reverse d’Institut Esthederm) est indispensable pour ne pas dire impérative pendant trois ans après le traitement. Sous peine de récidive.

Hydrater soigneusement

Une peau bien hydratée est une peau qui vieillit bien. Pour cela, nul n’est besoin de se ruiner en produits miracle hors de prix, même si certains sont en effet particulièrement performants et pourraient faire l’objet auprès de nos proches d’une cagnotte pour Noël ou notre anniversaire, afin de nous offrir, passé 35 ans, une cure annuelle. Avant cet âge canonique, une simple crème hydratante suffit, à condition qu’elle soit adaptée à notre type de peau. Sans oublier de nous hydrater de l’intérieur  : «Une alimentation riche en acides gras essentiels (saumon, maquereau, sardines) ainsi que la prise de compléments alimentaires associant différents antioxydants permettent d’aider à corriger la sécheresse cutanée », précise le Docteur Nadine Pommarède.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire