En train de lire
Les méthodes efficaces pour retrouver mon corps d’avant !

Les méthodes efficaces pour retrouver mon corps d’avant !

Que l’on ait pris le juste poids ou beaucoup plus, après bébé, il nous reste à toutes quelques rondeurs superflues. En utilisant toute la palette des aides minceur, éprouvées et plus récentes, il est l’heure de lire nos conseils pour retrouver la ligne et éliminer ses quelques kilos qui nous ennuient.

 

Nos rondeurs, on en connaît l’origine : bébé ! Même en ne prenant que 9 kilos, il nous reste forcément 3 à 4 kilos réfractaires. Ah ses kilos, ils ont la dent dure ! Et cela d’autant plus qu’avec bébé, on bouge moins et, avouons-le, on grignote plus. Ah la gourmandise, ce vilain défaut… ou pas ! Un petit recadrage diététique, une virée au club de sport ou un footing au parc, et en principe, on devrait s’en sortir en trois mois sans dommages collatéraux. Si on a pris davantage (on n’est pas la seule, déculpabilisons !), il va falloir sortir les grands moyens.

Première étape
C’est d’inscrire noir sur blanc le pourquoi de cette escalade : apport calorique trop important (quantités excessives et/ou trop de sucre, trop de gras ?), sédentarité alors qu’on était plus sportive (eh oui, le métabolisme se règle sur une dépense énergétique moyenne et quand on change de rythme, patatras… !), stockage localisé des graisses de réserve… Une fois le décor posé, on adapte son programme à ses moyens, en termes de temps, de finances et d’appétence pour la solution proposée (inutile de payer une adhésion à prix d’or au club de sport si la vue d’un rameur nous donne des boutons !).

Faire face sur le plan diététique 

En matière de diététique, en effet, il ne faut jamais se lancer dans un régime restrictif (Dukan, Atkins,…) sans suivi par un professionnel ou une association au savoir-faire reconnu. Au-delà de 5 kilos à perdre, l’avis d’un pro (diététique, médecin…) s’impose de toute façon. Seconde étape, on prend donc prendez-vous avec un professionnel du contrôle du poids, sérieux, c’est-à-dire une personne titulaire d’un diplôme de santé. Le coaching est indispensable pour tenir la distance car il n’existe pas de discipline plus difficile que de perdre du poids. Là-dessus, tout le monde est d’accord, sauf celles qui ne prennent jamais un gramme… même enceintes (on les déteste !) ! Enfin, on peut s’appuyer sur des aides-minceur efficaces, telles que les méthodes décrites ci-après. Elles ne font pas mincir, qu’on se le dise, mais elles nous aident efficacement à ternir le cap de notre volonté d’en finir avec nos capitons (non mais… !).

L’homéopathie : pas cher et ciblé ! 

Ce n’est pas une méthode pour maigrir, mais une aide efficace pour contrer tout ce qui bloque la perte de poids : le stress qui nous fait grignoter, la fatigue qui nous pousse vers les sucres rapides, la rétention d’eau qui nous a fait prendre une taille de jeans sur les cuisses. La meilleure solution consiste à prendre rendez-vous avec un médecin homéopathe. Car si des granules sont régulièrement présentées dans la presse comme étant le recours par type de problème, exemple Thuya 5 CH à raison de 5 granules par jour pour lutter contre la cellulite, il ne faut pas perdre de vue que l’homéopathie est une médecine de la personne. Chaque être humain a son terrain et en fonction de son tempérament, de son mode de vie, la prescription peut varier un peu ou beaucoup, tant en choix de l’actif que dans le dosage. Qui plus est, une consultation est aussi un booster de volonté si le courant passe avec le praticien, parce qu’on comprend mieux pourquoi le traitement est censé agir et on s’y tient en tenant compte des indications, l’heure des prises par exemple. Maintenant, soyons clairs : sans régime équilibré et sans activité physique, on ne va pas aller loin, question résultats sur le pèse-personne.

La phytothérapie : juste rééquilibrante

Si on a quinze kilos à perdre, on oublie pour l’instant ! Sauf en phase d’attaque pour déstresser et maintenir ses efforts diététiques grâce à la valériane ou au millepertuis (entre autre…). La phytothérapie est surtout une médecine douce détox très utile pour entretenir le poids de forme et nettoyer l’organisme après quelques excès. Certains pharmaciens vous vanteront sans doute l’intérêt des mucilages qui gonflent dans l’estomac et appartiennent à cette catégorie de compléments alimentaires. A tester avec prudence : inutile d’acheter le stock pour les trois mois qui viennent, même en échange d’une réduction ! Car certaines copines vous diront que ça a été génial pour elles, que cela les a aidées à réduire leurs apports caloriques par une sensation de satiété. D’autres vous diront exactement le contraire ! Pourquoi ? Tout simplement parce que tout dépend de pourquoi on mange ! En cas d’état anxieux, de fatigue, de stress, de doutes, mieux vaut se limiter aux produits naturels permettant de déstresser et adopter une hygiène de vie cool : promenade d’une demi-heure par jour dans un lieu calme, sans MP3 sur les oreilles (ou alors avec de la musique douce), peu de télévision… On peut grossir aussi parce qu’on ne mange pas ce qui convient à notre terrain et les mucilages sont totalement inutiles dans ce cas. Pensez simplement à travailler avec un diététicien le contenu de votre assiette pour savoir ce qui provoque chez vous des pics d’insuline et un stockage exagéré des graisses.

L’acupuncture : efficace mais cher !

Pour les adeptes de la médecine chinoise et de la réflexologie plantaire, cette méthode ne fait pas de doute ! Le principe consiste à corriger les déséquilibres avec l’aide d’aiguilles. Et en général, à la deuxième séance, on voit déjà des résultats. Comme l’homéopathie, c’est une médecine d’individu, pas de masse. Et c’est aussi pour cela que c’est bien plus efficace que des méthodes clés en main pour tous. En fonction des problèmes, des pathologies, des circonstances de la prise de poids, du ressenti de la personne, le médecin acupuncteur ne stimulera pas les mêmes points chez tout le monde. Se décider pour cette méthode, c’est entrer dans une démarche de santé, avec bilan complet, impératifs diététiques et prescription de compléments alimentaires et séances à répétition. D’où l’importance de choisir exclusivement un médecin dûment inscrit à l’Ordre. En France, c’est le cas de la grande majorité des acupuncteurs. Le nombre de séances est au cas par cas : en fonction du nombre de kilos à perdre, des besoins de coaching. En règle générale, une séance toutes les trois semaines est suffisante pendant la perte de poids et la période de stabilisation, soit une année supplémentaire en moyenne pour huit kilos à perdre.  L’intérêt de cette méthode, c’est qu’elle soigne au passage des pathologies mineures (mal de dos, digestion difficile…) par la stimulation des méridiens. L’inconvénient, c’est qu’elle peut être assez coûteuse, surtout dans les grandes villes où les praticiens refusent du monde et adaptent leurs tarifs en conséquence. Il faut compter au minimum 45€ la séance plus les compléments alimentaires prescrits.

La luxopuncture : facile mais coûteuse !

C’est un peu la même méthode que l’acupuncture, sauf qu’elle se pratique en institut de beauté ou en centre sportif et sans aiguilles. Un faisceau infrarouge stimule les points d’acupuncture. Le but est d’améliorer le fonctionnement digestif et le drainage lymphatique, en stimulant les points d’auriculothérapie et d’acupuncture. De même, une action sera menée sur les centres de la volonté pour minimiser la tendance à la boulimie ou au grignotage. Cette méthode s’appuie sur trois hormones : la sérotonine, responsable de la dépendance alimentaire, l’endorphine, euphorisante, et la dopamine, modérateur du comportement compulsif. Une fois les hormones bien équilibrées, tout sentiment de frustration ou de stress générant des compulsions alimentaires disparaît. Avantage ? Pas de compléments alimentaires contraignants et hors de prix ! Juste un régime diététique de bon sens : protéines, lipides, glucides à la bonne dose, à la bonne heure, avec tout de même, pour celles qui ont beaucoup de poids à perdre, une phase sans féculents de quatre semaines. Il faut le savoir car ce n’est pas si simple que cela à suivre ! Le nombre de séances est défini en fonction du poids à perdre. En moyenne, on constate une perte de poids de trois à quatre kilos par mois, à raison d’une séance par semaine. Quant au coût, il varie selon les établissements mais une cure ciblant une perte de poids de dix kilos tourne en moyenne autour de 600 à 700 euros. De quoi réfléchir avant de se lancer !
Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire