Pour ou contre la culotte d’apprentissage ?

Pour faire comme les grands, parce que c’est fun, parce que c’est lavable, … Les raisons ne manquent pas pour adopter la culotte d’apprentissage. Pourtant, vous hésitez encore. Café des mamans pèse le pour et le contre avec vous.

 

Pour

 

C’est comme les grands

Une culotte d’apprentissage est un compromis entre la culotte et la couche. Elle s'enfile comme une culotte et évite les fuites grâce à une couche très peu épaisse constituée de matériaux très absorbants. Aux alentours de 2 ans et demi / 3 ans, c’est une transition valorisante pour l’enfant qui se lance dans l’acquisition de la propreté. Comme ces culottes sont « élastiquées », elles sont faciles à enfiler ou à baisser en vitesse. L’enfant peut ainsi se débrouiller en toute autonomie. Il faut cependant que le petit loup soit partant car ce système n’absorbe que les petits accidents.

 

C’est lavable 

La couche, plus ou moins épaisse et absorbante selon les stades de l’apprentissage, se glisse dans la culotte. Elle se jette quand elle est souillée ou se lave selon le principe de la couche jetable. Un large marché s’est développé depuis quelques années autour de la couche lavable et des culottes d’apprentissage : c’est à la mode. Certaines marques revendiquent des textures douces et peu allergisantes en coton bio, des couches jetables biodégradables, en bambou… Certaines culottes proposent même des tissus brevetés qui absorbent sans couche.

 

C’est fun

Les imprimés qui décorent les culottes sont aussi une arme pour séduire votre petite princesse ou flatter votre loulou : cerises, pois, coloris toniques… C’est ludique. C’est un argument qui peut paraître superflu mais à cet âge, tout se transforme en jeu. Alors pourquoi ne pas miser sur la décontraction pour cet enjeu qu’est la propreté plutôt que le conflit ? C’est essentiel dans l’apprentissage. Surtout si votre enfant doit entrer à l’école à la rentrée… Un peu de pression en moins ne sera pas négligeable.

 

Contre


 

"C'est des couches, pas des culottes !"

Dans certains cas, l’enfant ne comprend pas la différence avec une couche-culotte. A ce moment-là, il vaut mieux le laisser faire son expérience fesses à l’air, avec un slip ou une culotte de grand puisqu’il refuse les couches « de bébé ». La sensation de mouillé le contraindra très vite à se retenir ou à demander d’aller aux toilettes. Quitte à devoir laver aussi le pantalon.

 

C’est cher 

Le prix d’une culotte d’apprentissage varie entre 15 et 25 euros. Il vous en faudra plusieurs. Au début, il faut en plus acheter les couches à glisser à l’intérieur. C’est un investissement, et rien n'assure que votre enfant se décidera à se passer de couches du jour le lendemain. Alors pourquoi ne pas rester sur de bonnes vieilles couches jetables, à environ 25 centimes d’euro la pièce… Il en existe en format « couche-culotte »…

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire