Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop Grossesse

La mastectomie préventive : une solution vraiment efficace ?

Porteuse d’une mutation génétique qui accroît le risque de cancer, Angelina Jolie a révélé avoir subi une ablation préventive des seins. Grâce à cette intervention, l’actrice a déclaré avoir réduit ses risques de développer un cancer du sein de 87% à 5%. Par son annonce, la star hollywoodienne de 37 ans a relancé le débat sur une opération encore peu répandue en France. Café des Mamans vous en dit plus sur cette pratique.

 

En France, le risque de cancer du sein d’une femme sans facteur de risque particulier est d’environ 9% à l’âge de 70 ans. Autrement dit, près d’une femme sur 10 a eu, a ou aura un cancer du sein avant ses 70 printemps. Ce pourcentage augmente pour les femmes porteuses d’une prédisposition génétique (due à une altération du gène BRCA1 ou BRCA2).

 

Comment savoir si l’on est porteuse de cette altération génétique ?

Si vous pensez être prédisposée au cancer du sein (vous avez un ou plusieurs cas de cancer dans votre famille par exemple), vous pouvez demander à votre médecin d’effectuer un examen de vos antécédents familiaux, suivi si nécessaire d’un test de prédisposition génétique. Ce test est aujourd’hui pratiqué dans 40 centres en France.

 

Que faire en cas de test positif ?

Plusieurs solutions s’offrent à vous. La surveillance mammaire spécialisée est une première possibilité qui consiste en une surveillance mammaire très attentive. Cette méthode peut  permettre le dépistage d’un cancer du sein débutant. Et comme chacun sait, plus tôt est dépisté un cancer, plus les chances de guérison sont grandes. D’autres méthodes de prévention, dites prophylactiques, sont également envisageables. Parmi elles, la mastectomie prophylactique.

 

La mastectomie prophylactique, c’est quoi ?

La mastectomie prophylactique, ou mastectomie préventive, consiste à retirer l’intégralité des deux glandes mammaires (seins, aréoles et mamelons), tout en préservant la peau. Effectuée de façon préventive, l’opération se pratique alors qu’il n’y a aucun signe apparent de cancer. Elle est généralement suivie d’une reconstruction mammaire prise en charge par la Sécurité Sociale.

 

Quels sont les bénéfices réels ?


L’ablation préventive de la poitrine réduit les risques de cancer du sein de plus de 90% selon l’Institut Marie Curie. Il existe néanmoins un risque résiduel de cancer dans certains cas où la morphologie de la patiente ne permet pas une ablation totale du sein.

 

Et les risques ?

Les risques sont avant tout psychologiques. Outre les cicatrices, l’ablation totale de la poitrine peut s’avérer traumatisante pour certaines femmes, en dépit de la reconstruction mammaire. Malgré les progrès de la chirurgie esthétique, ces seins reconstruits ne sont pas de « vrais seins » et il y a une perte réelle de sensibilité. Ce qui peut jouer sur notre sexualité. Il est très important de bien dialoguer avec son médecin et de prévoir un suivi psychologique si nécessaire.

 

Si ce type d’opérations est très répandu aux Etats-Unis, partisan de la « prévention primaire », cette pratique reste encore anecdotique en France. Une trentaine de cas ont été recensés ces 5 dernières années. Plus portés sur la prévention dite « secondaire », les Français pratiquent davantage le dépistage, la surveillance renforcée et les traitements anti-récidives.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire