Erythème fessier : que faire ?

L’érythème est une « rougeur de la peau s’effaçant à la pression ». Ça commence par une rougeur, et puis ça s’installe sur les fesses et l’ensemble du siège. Voici quelques gestes pour contrecarrer cette irritation et les pleurs qui vont avec…

 

Pendant la première année de sa vie, votre enfant est sensible au moindre petit changement : un souci de transit, une réaction aux antibiotiques, une diarrhée liée à une poussée dentaire, une couche gardée trop longtemps, une sensibilisation cutanée due au talc… Certains produits contenus dans les couches provoquent des irritations que la proximité des orifices naturels tend à aggraver.
 
Attention aux infections
 
Si les fesses de votre enfant présentent une inflammation de l’anus et une série de lésions en collerette autour de la rougeur de la peau, une mycose provoquée par des champignons s’est installée. Le cas est particulièrement net si votre bébé souffre de muguet, une maladie de la bouche, liée à une levure.
 
Au sec !
 
Le mot d’ordre : sécher ! Il faut veiller à ce que les fesses de votre bout de chou soit au sec : changez très souvent la couche, de préférence des couches jetables hyper absorbantes. Le coton des couches lavables est assez irritant. Séchez minutieusement les fesses et les plis, parfois en prenant un sèche-cheveu à température minimale. Si vous le pouvez, laissez votre loulou les fesses à l’air, ce sera pour lui plus agréable ! Et abandonnez les lingettes, imbibées de produits potentiellement irritants.
 
Protégez !
 
Lors des premières rougeurs, pendant la toilette du siège, utilisez une crème spécifique, qui protègera de l’humidité. Le liniment oléo-calcaire (mélange d’huile d’olive et de chaux) que votre pharmacien vous préparera est très efficace : il protège de l’eau tout en soignant la peau irritée. En cas d’érythème très étendu (jusqu’à la partie supérieure de la couche, ou dans tous les plis), pensez à l’éosine, ou à des crèmes à l’oxyde de zinc, qui sèchent la peau. Au-delà de 4 jours, n’hésitez pas à consulter votre médecin, pour vérifier qu’il n’y a pas d’infection.
Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire