Strabisme : Mon enfant louche, comment réagir ?

Votre bout de chou vous offre son plus beau sourire mais ses petites billes bleues ne semblent pas vous regarder dans la même direction. Que se passe-t-il ? Mon enfant souffre-t-il de strabisme ?Café des mamans vous explique comment détecter le strabisme d’un enfant et réagir au bon moment.

Qu’est-ce qu’un strabisme ?

Un strabisme est une déviation des axes visuels, les mouvements oculaires ne sont pas coordonnés. Résultat, la déviation d’un œil va entraîner une perturbation de la vision et votre enfant ne va pas voir parfaitement droit. Votre bout de chou possède un œil dominant qui va commander la vision de près comme celle de loin. Au moindre trouble, il est donc nécessaire de prendre rendez-vous avec un spécialiste. Plus cette coquetterie dans l’œil est prise en charge rapidement, plus les chances de guérisons sont grandes.

Quand faut-il s’inquiéter ?

Le strabisme peut se déclarer durant les trois premières années. Il peut même être détecté dès les premiers regards. Il faut savoir que jusqu’à deux ans, votre petit forme sa vision binoculaire, c’est-à-dire l’emploi simultané de ses deux yeux. Puis, aux alentours de 3 ans, lorsque l’enfant effectue sa rentrée en maternelle, il peut avoir besoin de se concentrer sur des images, des mots. Ce qui nécessite plus de précision dans la vue. Ainsi, c’est bien souvent à ce moment-là que le strabisme se développe.

A quoi est-ce dû ?

On ne connaît malheureusement pas les causes définies du strabisme. De nombreux facteurs peuvent en effet participer à son apparition : facteur héréditaire (dans 50 à 80% des cas), prématurité, maladie oculaire..

Comment confirmer vos doutes ?

Vous avez l’impression que le regard de votre enfant n’est pas correctement aligné ? Pour confirmer vos doutes, photographiez-le avec un flash. L’anomalie  visuelle va alors nettement se préciser sur l’image si ses yeux ne présentent pas un rouge d’une même intensité.

Comment faut-il réagir ?

Même si ce petit défaut n’affecte pas la vie sociale de votre enfant, une surveillance accrue et un examen ophtalmologique s’imposent.

En cas de strabisme convergent…


C’est le cas le plus fréquent de strabisme. Un œil est légèrement tourné vers l’intérieur. Après un examen optique complet, l’ophtalmologue procède à l’occlusion complète de l’œil « normal » en posant un pansement adapté dessus. L’enfant doit le conserver parfois toute la journée et ce pendant une semaine. Petit à petit, le pansement ne sera porté que pendant quelques demi-journées puis pendant quelques heures. Ce traitement peut durer plusieurs années. Il s’allège au fur et à mesure que la vision s’améliore.

En cas de strabisme divergent…

Si le strabisme de votre enfant est divergent, l’un de ses yeux présente une déviation vers l’extérieur, le plus souvent de manière discontinue. Que les parents se rassurent, cela  ne veut pas dire que votre petit loup louchera toute sa vie. Ce strabisme se traite de la même manière qu’un strabisme convergent. Le bon œil sera caché pour obliger l’œil malade à travailler davantage.

Quand a-t-on recours à la chirurgie ?

On peut opérer l’enfant si une déviation inesthétique persiste malgré les soins et le port d’une paire de lunettes. Cette opération réalisée le plus souvent sous anesthésie générale peut être pratiquée sans délai, et ce avant l’entrée en CP.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire