Neuf Mois pour les sages-femmes 9Love - L'Eshop GrossesseLes meilleures mutuelles grossesse

Emission

Sonia Dubois, chroniqueuse et comédienne, invitée d’Astrid Veillon dans « Ma vie de maman » revient sur sa grossesse tardive pour Café des mamans.

Quelle a été votre réaction lorsque vous avez appris que vous étiez enceinte à 45 ans alors que les médecins vous disaient stérile ?

Je fus extraordinairement surprise car j'attendais davantage la ménopause à mon âge qu'un bébé. Mais au fond, j'ai toujours su que j'aurais un enfant… J'avais organisé ma vie comme si je ne pouvais pas en avoir. Je n'avais pas envie d'avoir recours à la procréation médicalement assistée. Je suis restée naturelle et j'ai eu raison.

Comment avez-vous vécu votre grossesse « miracle » ?

Paradoxalement, à la fois très sereine et stressée. Sereine car j'étais plutôt en forme physiquement mais le côté médical apportait une certaine tension.

Justement, une grossesse tardive est très médicalisée, comment l'avez-vous vécu ?

A 45 ans, on est loin de vivre légèrement sa grossesse. L'hypermédicalisation est pesante et les risques qu'on encourt sont sources d'angoisse. C'était comme si la fausse couche vous guettait tout le temps à cause de l'hypertension, de l'amniocentèse et bien d'autres choses.

Avez-vous aimé être enceinte ?

Terriblement ! Je n'ai pas été malade et j'ai donc pu en profiter. Je me sentais extraordinairement belle. Dans ce cas, on n'est pas très objectif… (rires). J'aimais m'habiller de façon féminine.

Comment avez-vous perçu votre nouvelle métamorphose physique ?

Plutôt bien, même si la peur de rependre du poids vous guette. Mais, je ne me suis pas privée ! Et j'ai reperdu tous les kilos pris.

Ce qui vous a le plus épanoui pendant votre grossesse ? Le moins ?

J'ai adoré être enceinte ! J'aimais le fait que ce soit visible. Je raffolais aussi des virées shopping pour bébé. En revanche, je redoutais l'accouchement.

Vous êtes comédienne, est ce que votre grossesse a été un frein à votre travail d'actrice ?

Non, j'ai pu continuer à travailler. J'étais sur scène tous les soirs et j'aimais ça.

Votre grossesse vous a t-elle inspiré ?

Oh oui et j'en ai écrit un livre ! (Un bébé chez les quinquas, 2012).

Quel regard portait les gens sur vous ?

J'ai eu le droit à tous les regards possibles. Ceux des gens aimants qui vous encouragent, ceux des femmes qui vous jalousent parce qu'elles sont frustrées de ne plus pouvoir avoir d'enfants, ceux qui vous fuient. Certains ont pensé que cette grossesse était un caprice. Dans des cas comme ça, votre carnet d'adresse change radicalement…Et on fait le tri dans sa vie.

Vous êtes-vous sentie en décalage par rapport aux autres mamans ?

A la sortie d'école, j'ai l'âge d'être la mère des autres mamans qui viennent chercher leur enfant. Mais ça m'est complètement égal.

Comment a réagi votre compagnon quand vous lui avez annoncé que vous étiez enceinte ?

Mon homme a  50 ans et il est déjà père de deux grands enfants. Il  n'a pas sauté au plafond et c'est compréhensible. Il entretenait une relation avec une femme avec laquelle il n'avait pas prévu d'avoir de bébé. Mais, il a tout de suite accepté l'aventure. J'ai d'abord cru qu'il l'a tentait pour moi mais en fait c'était un sentiment partagé et il avait vraiment envie d'avoir ce bébé.

Quel était son rôle pendant votre  grossesse ?

Il était très attentif à tout. Mais, il ne partageait pas mon euphorie. Il avait la réaction d'un médecin, il calmait toujours le jeu et ça avait le don de m’agacer ! (rires).

Et pendant l'accouchement, qu'avez-vous ressenti ?

Toutes mes angoisses se sont envolées car l'accouchement était déclenché. J'ai été très entourée. Mais par dessus tout, j'étais impatiente de voir arriver mon enfant !

Avez-vous connu ce fameux baby blues ?

Non pas du tout .  Je suis remontée sur les planches quelques semaines après l'accouchement. J'avais besoin de rester dans ce dynamisme.

Avez-vous allaité ?

Non, je n'ai pas voulu. D'ailleurs à la maternité, on m'a regardé d'un mauvais œil. C'est fou, cette culpabilité qu'on vous fait ressentir parce que vous refusez d'allaiter. On m'aurait presque obligé à le faire si je n'avais pas affirmé mon choix avec entêtement. De plus, ça aurait été difficile d'allaiter sur scène !

Que diriez-vous à ceux qui veulent être parents après 40 ans ?

Qu'il faut que ce soit un choix viscéral car c'est très dur ! C'est dur physiquement, c'est dur mentalement. Il faut avoir une santé de fer. C'est pas rien d'avoir un enfant après 40 ans et encore moins après 45 ans. Pour ma part, je pense qu'il faut rester naturelle. Si ça arrive, ça doit être par magie, il ne faut pas s'acharner. Il faut laisser la vie faire.

Hippolyte a bientôt 4 ans, comment décririez vous  votre petit bonhomme ?

C'est un petit garçon formidable. Il est sage et s'exprime bien. Il est très branché astronomie, il aime l'espace, les planètes, les lunettes astronomiques. C'est fabuleux de voir son enfant se passionner  pour quelque chose et je l' encourage beaucoup.

Pourquoi avoir fait le choix d'un prénom si original ?

Demandez à son père ! Je le déteste (rires). Une histoire marine …


Quel style de maman êtes-vous ?

Une maman très discursive ! Quand on se promène, quand on cuisine, quand on joue, j'explique tout ! Je dois vraiment le saouler (rires).

Un mot pour décrire la relation que vous avez avec lui ?

Fusionnelle !

Que vous apporte au quotidien votre rôle de mère ?

Un sens intrinsèque à ce que je fais…

Est ce que parfois vous « ressentez votre âge », quand vous êtes avec lui ?

Oui, parce que quand on se baisse pour jouer aux petites voitures, on ne peut plus se relever ! Et puis, il y a les tendinites, les rhumatismes et j'en passe. En apparence, on fait jeune, blouson, baskets, mais faut voir les organes à l'intérieur. C'est pas joli, joli.(rires)

Votre moment préféré avec Hippolyte ?

Les petits moments rien qu'à deux. Ceux sur le canapé à jouer ou à lire une histoire. Tous les moments de communion et de communication

La chose la plus surprenante qu'il vous ait dit ?

Oh, il est extrêmement blagueur. Mais, j'aime quand il invente des tours de magie. C'est naze mais moi j'adore !

Que voulez-vous lui transmettre ?

La tolérance et la compréhension d'autrui. Ce sont de bonnes valeurs ça, non ?

Vos conseils à des mamans quadra ?

C'est un choix extraordinaire de faire un enfant après 40 ans et encore plus après 45 ans. C'est très dur mais elles ne doivent pas hésiter à s'entourer et à se faire aider. Comme je disais, en apparence on fait jeune, mais à la santé et la forme ne suivent pas toujours.

Pour finir, un petit mot sur votre actualité ?

J'anime une chronique « On est toutes différentes » dans C'est au programme avec Sophie Davant sur France 2. Et j'écris la suite d'Un bébé chez les quinquas.
 

Recevez chaque semaine votre suivi de grossesse personnalisé

Ma date d'accouchement prévue


Mon E-mail


Mon Prénom


J'ai plus de 18 ans et j'accepte la politique de confidentialité de Neuf Mois.*

OUI je veux recevoir les cadeaux, échantillons et offres de NEUF MOIS et ses partenaires (Envie de fraises, Vertbaudet) à qui j'accepte que mes coordonnées soient communiquées.


* (obligatoire)
Vie privée : Les données recueillies font l'objet d'un traitement informatique, pour la gestion de votre compte utilisateur. Le destinataire des données est le community manager. Vous disposez d'un droit d'accès, modification, rectification et suppression, en vous adressant à webmaster@edlcmail.com.
Consulter la politique de données de NEUF MOIS.
Consulter les politiques de confidentialité des partenaires.

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire