En train de lire
Humour : La mère parfaite vs. la mère imparfaite

Humour : La mère parfaite vs. la mère imparfaite

A quoi ressemble la journée-type de la mère parfaite, ce spécimen rare et particulièrement énervant que l’on voit se pavaner une demi-heure en avance à la sortie des classes ? Et à quoi ressemble celle de Madame-tout-le-monde, vous, moi, mères imparfaites et débordées ? Parce qu’entre l’école, le ménage et les repas, les mamans en ont souvent beaucoup sur les épaules, on se détend et on essaie d’en rire un peu !

Le lever

La mère parfaite 

Elle réveille l’enfant chéri une heure avant le départ à l’école d’une voix calme et douce. Elle est debout depuis 6h30 et a déjà tout préparé : pan-cakes maison et jus d’orange frais, cartable du petit et tenue pour la journée. Pomponnée et souriante, elle l’accompagne à l’école à pieds – la marche, c’est bon pour la santé.

La mère imparfaite 

Elle se lève un quart d’heure en retard – comme tous les matins, elle n’a pas entendu l’alarme de son portable. Ébouriffée, elle réveille son enfant en vitesse, lui enfile le tee-shirt à l’envers, la chaussure gauche au pied droit, lui enfourne une tartine de Nutella dans la bouche – tant pis pour le cholestérol, et fait une arrivée en fanfare au milieu du cours déjà commencé.

Le déjeuner

La mère parfaite

Tout est prévu au gramme près : des plats sains à base d’aliments bio, préparés le dimanche après-midi pour la semaine, souvent avec l’aide du petit – bah oui, c’est toujours bien de lui apprendre des choses ! Petit qui par conséquent connaît déjà toutes les variétés de légumes anciens et redemande régulièrement une portion de choux de Bruxelles.


La mère imparfaite

Petit, ça a été les petits pots, maintenant c’est les petits plats Picard. 4 minutes au micro-ondes et zou. Et tant pis si c’est des pâtes pour la cinquième fois de la semaine… C’est bon les pâtes après tout. Puis les légumes, c’est pas vraiment son truc au gamin : « Salsifis c’est une variété de pâtes ? » lui a t-il demandé l’autre jour alors qu’elle tentait de varier le menu (enfin, d’acheter des plats surgelés différents)…

La sortie d’école

La mère parfaite

Elle arrive toujours à l’heure, fraîche et dispose après son cours de yoga. Elle appelle tous les parents d’élèves par leurs prénoms et s’est même fait un groupe de copines dans le lot. Présente à chaque réunion parents-profs, elle accompagne régulièrement les sorties pédagogiques et s’est même proposée pour faire les déguisements de la classe pour le spectacle de fin d’année.

La mère imparfaite

Elle l’avoue, il lui est arrivé d’oublier son rejeton à la sortie des classes. Mais cet épisode de Desperate housewives était tellement prenant… Elle se trompe de nom en s’adressant à la maîtresse de son fils qui la convoque pour ses retards répétés et ne connaît pas les parents des copains de son fils – elle arrive toujours trop tard pour les rencontrer.

Les jeux

La mère parfaite

C’est une règle qu’elle s’est fixée : pas de télé avant ses dix ans. Fidèle à sa devise d’allier l’utile à l’agréable, elle s’amuse comme une folle à lui apprendre les règle des divers jeux éducatifs qu’elle lui a achetés. Une fois la « pause-jeu » terminée, il range tout lui même dans le coffre, rendant le salon comme sa mère l’a laissé : impeccable.


Voir Aussi

La mère imparfaite

Les jours de grande flemme, quand elle n’a pas envie de jouer pour la énième fois au Docteur Maboule ou à la Bonne paye, elle lui suggère habilement de plutôt regarder son dessin animé préféré. Tétine au bec, il passe une heure captivé par l’écran et elle peut, enfin, finir son roman de Musso tranquille.

Le coucher

La mère parfaite

A 21 heures précises, c’est l’extinction des feux. Pas de drames et pas de cris mais toujours les mêmes rituels : une histoire courte, un bisou, et au lit ! Ce qui lui laisse largement le temps pour profiter ensuite d’un dîner et d’un câlin en amoureux.

La mère imparfaite

Comme elle a traîné au moment du bain, des jeux (de la télé) et du dîner, il est rare que le petit aille au lit avant 22h. Pour s’épargner des négociations interminables, elle fait souvent l’impasse sur le brossage des dents. Et, crime suprême, quand il est enfin couché, elle se sent… soulagée.

Et vous, plutôt mère parfaite, mère imparfaite ou un peu des deux ?


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire