Avec bébé, faut-il passer à l’alimentation bio ? 

L’alimentation bio est en vogue. Cet engouement pour les aliments produits de manière naturelle offre de réels avantages au quotidien dans l’alimentation de bébé.

Premier argument choc : des aliments sans pesticides
C’est l’avantage phare du bio. La culture est certifiée bio car les producteurs et les éleveurs s’engagent à ne pas utiliser de produits chimiques, en particulier des pesticides. Seuls les engrais naturels sont utilisés. C’est ainsi que les récoltes assurent des produits sains. Les scandales récents au sujet du DDT ou des OGM prouvent que l’alimentation a une incidence évidente sur la santé. Les enfants étant plus sensibles que les adultes aux pesticides, le choix est clair ! Mais attention, mangez des produits sains ne protège pas d’une alimentation déséquilibrée.

Un argument de poids : le goût
Fruits, légumes ou viandes bio se révèlent beaucoup plus goûteux que leurs cousins issus de cultures conventionnelles. Alors que l’impact de l’alimentation est reconnu dans les risques d’obésité et de croissance des enfants, leur servir des plats aux valeurs gustatives renforcées est un atout, et ce dès le plus jeune âge, au moment de la diversification alimentaire. Savourer des fruits arrivés à maturité est un plaisir pour les grands comme pour les petits.

L’argument environnemental
Les producteurs bio sont plus respectueux de la nature : gestion de l’eau et des sols, respect de la faune, retour des semences anciennes, exploitations de taille humaine… Le monde paysan connait un renouveau grâce aux labels bio. Cela ne concerne plus bébé directement, mais quand bébé pointe le bout de son nez, on est plus sensible à cet aspect de la vie. Alors si votre petite famille peut participer à une meilleure évolution de la Terre…

L’argument financier : une autre façon de faire ses courses
Les aliments distribués dans les épiceries bio sont vendus plus chers que ceux issus de l’agriculture conventionnelle. Mais manger bio est un acte qui s’inscrit dans une série de gestes plus larges, qui participent à faire baisser les coûts : achat en gros ou en vrac, manière de cuisiner un peu différente (on n’épluche pas les légumes par exemple), achat d’aliments de saison et surtout de produits peu transformés. C’est un tout… Et bébé le vaut bien !


L’argument culinaire : renouveler sa manière de cuisiner
Le bio est une notion plus large que le simple label agricole. Il concerne de manière générale toute une gamme d’aliments qui font leur apparition depuis plusieurs années. Ces super-aliments offrent des alternatives culinaires originales pour bébé : laits végétaux (amande, avoine) en cas d’allergies au lait de vache, algues type agar-agar pour faire des flans peu caloriques mais qui calent l’intestin fragile de bébé, légumes oubliés pour mettre le gout au cœur de la diversification, céréales diverses pour changer des pâtes. Si vous voulez vous lancer, appuyez-vous sur le livre de Sylvie Hampikian, Le Grand Dico de la cuisine bio (Terre vivante), une mine de recettes et d’explications, pour se mettre au bio de A à Z..

Alors avez vous envie de passer au bio ?

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire