Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » La dĂ©pression post-partum, parlons en !

La dépression post-partum, parlons en !

Pour la majoritĂ© des femmes, mettre un enfant au monde est une expĂ©rience trĂšs intense, tant du point de vue physique qu’émotionnel. Il est donc naturel pour un bon nombre de nouvelles mamans d’éprouver des sautes d’humeur aprĂšs l’accouchement, se sentant heureuses et tristes par moments. Dans la plupart des cas, ils disparaissent environ 10 jours aprĂšs l’accouchement. Cependant, certaines femmes peuvent Ă©prouver une dĂ©pression profonde et continue qui durera beaucoup plus longtemps. Il s’agit de la dĂ©pression post-partum.

Il est important d’identifier et de reconnaître les symptômes d’une dépression post-partum le plus tôt possible. Les femmes qui en sont atteintes peuvent avoir le sentiment d’être de mauvaises mères et hésiter à demander de l’aide. Il ne faut pas désespérer ni oublier que des traitements sont offerts aux femmes qui en ont besoin.

Définir la dépression post-partum

Les chercheurs ont identifié 2 types de dépressions post-partum : le syndrome du troisième jour (baby blues) et la dépression post-partum.

Le syndrome du troisième jour est la forme la plus légère de la dépression post-partum. Il se présente habituellement entre le premier et le troisième jour suivant l’accouchement et se manifeste par des pleurs, de l’irritabilité, un manque de sommeil, des sautes d’humeur et un sentiment de vulnérabilité. Ces « blues » peuvent durer plusieurs semaines et on estime que 50 % à 80 % des mères les connaissent.

La dépression post-partum est plus débilitante que le syndrome du troisième jour. Les femmes qui en sont atteintes éprouvent les symptômes suivants : découragement, tendance à pleurer constamment, sentiment de ne pas être à la hauteur, culpabilité, anxiété, irritabilité et fatigue. Les symptômes physiques comprennent : des maux de tête, un engourdissement, des douleurs thoraciques et de l’hyperventilation. Une femme souffrant d’une dépression post-partum peut éprouver des sentiments d’ambivalence, de négativité ou de désintérêt envers son enfant. On estime qu’il se manifeste dans 3 % à 20 % des accouchements. La dépression peut se présenter à n’importe quel moment au cours des six mois qui suivent l’accouchement et peut durer pendant plusieurs mois voire un an.

Comment traite-t-on la dépression post-partum ?

Les méthodes utilisées pour traiter la dépression post-partum comprennent la thérapie, les réseaux de soutien et la pharmacothérapie (c’est-à-dire les antidépresseurs). La psychothérapie s’est avérée être un traitement efficace et un choix acceptable pour les femmes qui souhaitent éviter de prendre des médicaments pendant l’allaitement.

Affronter la dépression post-partum

Vous devez d’abord garder à l’esprit que vous n’êtes pas seule. Presque 20 % des nouvelles mamans connaissent une dépression post-partum. Il est également important de se rappeler que ce n’est pas votre faute. Voici quelques suggestions pour affronter la dépression post-partum :

Concentrez-vous sur les buts à court terme plutôt que sur ceux à long terme. Faites une activité agréable à chaque jour.

Recherchez les activités extérieures gratuites ou peu coûteuses.

Passez du temps avec votre conjoint ou vos amies intimes.

Exprimez vos sentiments et demandez de l’aide.

Consultez votre médecin et tentez de trouver un groupe de soutien local.

Si vous croyez qu’une amie ou une femme de votre famille souffre d’une dépression post-partum, appuyez-la et rassurez-la. Soulager l’isolement qu’elle ressent est une étape importante au rétablissement.
 

À lire absolument