3 astuces pour le socialiser avant la rentrée

Toujours dans nos jupes, ce petit ? Et si on profitait de l’été pour lui apprendre à devenir un peu plus autonome, tout en s’amusant ? Un petit apprentissage qui sera bien utile à la rentrée quand il devra aller chez la nounou ou à la maternelle.

On joue à cache-cache
Tout-petit, bébé n’est pas inquiet quand nous disparaissons de son champ de vision. Tant qu’il est changé, nourri, et qu’on lui fait des risettes, la cantine est à son gout. En revanche, vers l’âge de 8 mois, ce n’est plus la même chanson. Quand on sort de son champ de vision ou que des personnes qu’il ne connaît pas beaucoup essaient de capter son attention, bébé proteste. 
Ce qu’il faut faire Hors de son champ de vision, on lui parle pour l’aider à comprendre que nous sommes là même s’il ne nous voit pas. On le laisse parfois jouer seul dans une autre pièce, entouré d’objets familiers : s’il est constamment « collé » à nous, la séparation sera d’autant plus difficile pour lui. Et on joue aussi souvent que possible à coucou-caché.

On le laisse agir
Certains enfants sont plus timorés que d’autres. Les causes en sont diverses, allant de son tempérament naturels aux erreurs éducatives que tous les parents peuvent commettre un jour ou l’autre en surprotégeant leurs enfants. Rien de grave : il suffit de renforcer son sentiment de sécurité pour que tout rentre dans l’ordre.
Ce qu’il faut faire Passer du temps pendant les vacances à jouer avec lui. Mais ne pas tout faire à sa place ! Aussi souvent que possible, on encourage notre tout-petit à agir par lui-même (aller chercher sa balle sous le buffet, attraper son tee-shirt dans le bac à linge propre, mettre son verre dans le lave-vaisselle…) sans oublier de le féliciter vivement à chaque progrès.


On l’inscrit au mini-club
Entre 2 et 3 ans, le tout-petit acquiert des compétences élargies très rapidement : il parle de manière audible, court, fait du vélo, devient propre et se prépare à entrer à l’école. Parallèlement, il devient aussi plus craintif, plus anxieux et plus disposé à la contradiction.
Ce qu’il faut faire L’inscrire au centre aéré ou au mini-club sur la plage ou dans la station de montagne. Pas forcément à la semaine, mais pour une demi-journée, puis une journée. Cela lui donnera l’occasion de se confronter à des enfants qu’il ne connaît pas. Il ne faut pas le prendre par surprise, mais lui en parler quelques jours à l’avance, lui montrer les lieux préalablement et passer un peu de temps avec lui sur place. Si possible, on repère autour de nous un enfant qui va aussi au centre aéré ou au mini-club et on organise une rencontre avant, afin qu’il se fasse déjà un petit copain. Un co-voiturage avec l’autre maman aidera notre tout-petit – et nous aussi – à prendre de la distance. Si nous ne disposons pas de mini-club ou qu’il n’y a plus de place au centre aéré, essayons d’organiser des tours de garde avec d’autres mamans du quartier : cela montrera à notre petit timide que fréquenter des gens externes au cercle familial peut être très amusant et que, d’ailleurs, tous les grands le font.
 

Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire