Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Allaitement » Sevrage : stopper l’allaitement !

Sevrage : stopper l’allaitement !

Le sevrage a pour but de changer le mode d’alimentation de notre bĂ©bĂ©. Mais il a aussi des consĂ©quences sur la maman. Outre la diminution du nombre de corps Ă  corps quotidiens, il marque la fin de ce dĂ©colletĂ© avantageux que nous arborions fiĂšrement depuis la grossesse ! Et malgrĂ© cet inconvĂ©nient majeur, nous sommes prĂȘtes ! Deux solutions : l’arrĂȘt progressif ou le traitement mĂ©dicamenteux.

Pour arrêter de produire du lait, il suffit de moins stimuler nos seins. Moins on tire le lait ou donne le sein et moins on produit du lait. Cela se fait progressivement. Pour tarir le lait de façon naturelle, il faut manger de l’aneth. On peut également préparer des infusions (2 tasses par jour) de persil ou de sauge ou maintenir des branches de persil avec une bande sur nos seins. Pour soulager l’inflammation provoquée par la montée de lait, il suffit d’appliquer des compresses d’argile sur la poitrine. Des massages doux permettront de décongestionner les seins. Et en cas d’engorgement, il faut simplement faire couler le lait en prenant une douce chaude. Cela évitera de tirer le trop-plein et les seins seront moins stimulés. Parallèlement, il faut boire jusqu’à un litre d’eau par jour et consommer moins de laitages.

Pour celles qui décident d’arrêter net leur production de lait, le médecin pourra prescrire un inhibiteur de lactation (comme le Parlodel). Ce médicament est délivré uniquement sur ordonnance et freine la libération de prolactine, hormone à l’origine de la production de lait. Il est préférable de choisir un moment où on pourra être tranquille à la maison car certaines femmes souffrent des effets secondaires : bouffées de chaleur, vertiges… Pour les éviter, il faut agir progressivement : ¼ à chaque prise au début et augmenter les doses jusqu’à pouvoir prendre un cachet entier. Pendant le traitement : ni alcool, ni oubli !
Une méthode plus douce consiste à se tourner vers l’homéopathie. Rendez-vous chez un homéopathe qui pourra prescrire trois fois par jour un mélange de Ricinus 30 ch, Pulsatilla 30 ch et Calcarea Carbonica 9 ch !

Adieu, beau décolleté…

Le sevrage provoque un phénomène appelé « involution de la glande mammaire ». En quelques jours, la glande mammaire retrouve presque sa structure d’avant allaitement. Concrètement, les seins diminuent ! Seins tendus et douloureux, voilà également ce qui nous attend ! Pendant cette période il est primordial de les surveiller pour éviter toute infection : si des zones rougeâtres et chaudes apparaissent sur les seins, il faut immédiatement consulter. A plus forte raison en cas de fièvre. Si après le sevrage complet de notre petit ange, quelques gouttes coulent encore du sein, pas d’inquiétude ! Ce phénomène est normal et peut persister quelque temps.

À lire absolument