Neufmois.fr » Mon bĂ©bĂ© » Ma vie de maman » Un minimum d’harmonie entre les ex pour le bien-ĂȘtre des enfants

Un minimum d’harmonie entre les ex pour le bien-ĂȘtre des enfants

En venir Ă  un divorce ou Ă  une sĂ©paration implique qu’il y a eu divergences entre les conjoints et que la vie commune n’est plus possible. Mais cela ne veut pas dire que les parents qui dĂ©cident de ne plus vivre ensemble doivent briser Ă©galement toute relation avec les enfants. C’est dans le souci de prĂ©server les liens avec les petits qu’une certaine cordialitĂ© est souhaitable entre les ex.

Un divorce ou une sĂ©paration ne se dĂ©cide pas toujours d’un commun accord. La plupart du temps, il y a conflit et la rancƓur empĂȘche les anciens partenaires de maintenir une communication. Pourtant quand un tel Ă©vĂšnement implique des enfants, il serait profitable d’essayer de mettre de cĂŽtĂ© les souffrances de chacun dans l’intĂ©rĂȘt des enfants.

C’est d’autant plus important quand les anciens partenaires ont optĂ© pour une garde partagĂ©e. MĂȘme si l’amour n’y est plus, il faudrait un minimum d’harmonie pour que ce mode de garde puisse fonctionner.
En effet, les ex-conjoints seront appelĂ©s Ă  se croiser rĂ©guliĂšrement, notamment quand les enfants changent de domicile. Mais il n’y a pas que cela. Les parents doivent ĂȘtre en mesure de dialoguer pour pouvoir dĂ©terminer d’un commun accord pour rĂ©gler les questions financiĂšres et surtout s’entendre sur les questions concernant l’éducation des enfants : suivi scolaire, santĂ©, achat de vĂȘtements nouveaux, problĂšmes psychologiques des enfants
 nĂ©cessitent une bonne communication pour ĂȘtre pris en charge correctement par les deux parents.

L’harmonie ne sera possible que si certaines rĂšgles de vie pour la garde alternĂ©e sont observĂ©es. A titre d’exemple, il n’est pas souhaitable de tenter de savoir ce qui se passe dans la vie de l’autre, notamment quand ce dernier a dĂ©jĂ  refait sa vie. Il est Ă©galement primordial de respecter les accords – toute modification doit ĂȘtre signalĂ©e Ă  l’autre partie, de mĂȘme qu’il est important de prĂ©venir l’autre parent si jamais il y a un problĂšme : maladie, horaire de travail ou impossibilitĂ© de garder les enfants.


Vivre chez maman et chez papa signifie que le mode de vie n’est pas le mĂȘme. C’est donc aux ex-conjoints d’accepter que chacun vive diffĂ©remment : ni l’un ni l’autre ne peut calquer sa vie sur la vie de l’autre. Et puis, il serait souhaitable de faire preuve d’un peu de bonne volontĂ© et de gĂ©nĂ©rositĂ© et de ne pas toujours reprocher Ă  l’autre ses faiblesses. Car enfin, il ne s’agit plus de notre histoire de couple, mais plus de notre histoire de parents, rĂŽle que nous sommes appelĂ©es Ă  tenir Ă  vie.


À lire absolument