Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » Une visite chez l’ostĂ©opathe a changĂ© ma vie

Une visite chez l’ostĂ©opathe a changĂ© ma vie

J‘ai donnĂ© naissance Ă  un petit garçon en 2005. La grossesse et l’accouchement se sont trĂšs bien dĂ©roulĂ©s. C’Ă©tait un vrai bĂ©bĂ© modĂšle ! Six mois aprĂšs l’accouchement, j’ai commencĂ© Ă  ressentir des vertiges et j’ai perdu plusieurs fois connaissance. J’ai fait des examens sanguins : rien. Tout Ă©tait normal, ce qui m’inquiĂ©tait car je ressentais toujours ces vertiges.

Je pars en vacances. Par hasard, je consulte un ostĂ©opathe. Il me manipule et m’apprend que suite Ă  l’accouchement, un des nerfs qui irrigue le cerveau s’est coincĂ©. D’oĂč mes malaises. Je respire ! Au sens propre et figurĂ© !

Six mois plus tard, j’apprends que je suis enceinte, pour l’anniversaire d’un an de mon garçon. Nous Ă©tions trĂšs contents. Ma grossesse s’est bien dĂ©roulĂ©e, un peu plus de fatigue puisque le papa Ă©tait sur Paris pendant 4 mois et que j’ai dĂ» souvent porter mon petit pour monter nos quatre Ă©tages jusqu’au 8 mois de grossesse… A part ça, tout s’est bien passĂ©.

Le jour de l’accouchement est arrivĂ© (le mĂȘme jour que l’anniversaire du papa qui a dĂ», dans la journĂ©e, faire un aller-retour sur Paris de 1200 km !) Bref, ma petite fille est arrivĂ©e trĂšs vite : on m’a posĂ© la pĂ©ridurale en catastrophe Ă  8.5 cm de dilatation. Au moment de l’expulsion, les SG s’y sont mises Ă  plusieurs pour sortir mon bĂ©bĂ©, je commençais Ă  m’inquiĂ©ter un peu car je les voyais toutes forcer sur ses petits bras… Et finalement, ma fille est arrivĂ©e sur mon ventre !

Les trois premiĂšres semaines, c’Ă©tait un bĂ©bĂ© calme. J’Ă©tais rassurĂ©e
 moi qui avait eu une grossesse assez mouvementĂ©e. Par la suite, des pleurs, sans cesse… Je devais la maintenir constamment au sein. Environ 15-20 tĂ©tĂ©es par 24 heures ! J’ai achetĂ© une Ă©charpe de portage pour pouvoir m’occuper de mon garçon, de la maison… Notre petite dormait finalement au sein dans notre lit alors que mon grand a fait ses nuits Ă  6 semaines ! Et puis, j’ai commencĂ© Ă  avoir des doutes au niveau de ses bras : je n’arrivais pas Ă  les lever. J’ai demandĂ© au pĂ©diatre… « Non, non tout va bien. » Bon… J’ai Ă©voquĂ© la frĂ©quence des tĂ©tĂ©es
 « Avec l’Ăąge, elle va se rĂ©gler. » Bon… J’essayais de m’adapter Ă  ce bĂ©bĂ©, mais je n’y arrivais pas. Elle continuait Ă  pleurer si elle n’Ă©tait pas au sein.

Puis, un incident est arrivĂ©. AgĂ©e de 2 mois, elle pleurait sans cesse dans la voiture (comme d’habitude car elle n’Ă©tait pas au sein, les trajets Ă©taient d’ailleurs devenus infernaux). Je me suis garĂ©e et je l’ai prise dans mes bras. Et lĂ  : plus rien. Elle a perdu connaissance. Ce n’Ă©tait pas un spasme du sanglot (mon fils en a fait pendant 1 an). Je lui ai criĂ© son nom, prise contre moi, j’ai respirĂ© fort pour qu’elle calque sa respiration sur la mienne. Cela a durĂ© une dizaine de secondes. Elle est revenue Ă  elle. J’ai appelĂ© les urgences, ils lui ont fait une sĂ©rie d’examens (neuro, cardio, etc.), ils m’ont parlĂ© de MSN. Bref, l’horreur pendant 24 heures. Ils m’ont dit que cela pouvait revenir, qu’on ne pouvait rien y faire. J’ai adorĂ© cette rĂ©ponse…

La vie a repris son cours, avec la vingtaine de tĂ©tĂ©es quotidiennes, les nuits courtes, un grand bĂ©bĂ© qui demande de l’attention, la gestion d’un quotidien… J’Ă©tais extĂ©nuĂ©e ! Ma fille allait avoir 4 mois quand je me suis dĂ©cidĂ©e Ă  l’emmener chez l’ostĂ©opathe. RĂ©vĂ©lation : en me prenant ma petite des bras, l’ostĂ©opathe a immĂ©diatement remarquĂ© qu’elle avait les bras, la nuque et le dos bloquĂ©s… Puis, elle remarqua que son sternum Ă©tait complĂštement fermĂ© (ce qui expliquait son malaise).

Bref, une autre vie a commencĂ© aprĂšs cette consultation. Ma fille a 1 an, elle est devenue du jour au lendemain un bĂ©bĂ© avec des pleurs normaux, des frĂ©quences de tĂ©tĂ©es normales : elles est passĂ©e de 20 Ă  5 tĂ©tĂ©es par jour. Je l’ai allaitĂ©e avec plaisir jusqu’Ă  ses 11 mois. Que du bonheur pour nous deux !

Je ne cesse d’en parler autour de moi car je suis certaine que cela peut rĂ©soudre beaucoup de problĂšmes chez un petit bĂ©bĂ© (et jeune maman) de consulter un ostĂ©opathe. Nous consultons dĂ©sormais une fois par an, et c’est assez surprenant… Par contre, bien vĂ©rifier que l’ostĂ©opathe est agrĂ©Ă© et possĂšde les diplĂŽmes requis.

Bon courage à toutes en espérant que mon expérience vous aide dans votre vie de jeunes mamans !

Haude, 30 ans
Maman de Hugues, 2 ans et demi et Sophie, 1 an

À lire absolument

Laisser un commentaire