Une visite chez l’ostéopathe a changé ma vie

J’ai donné naissance à un petit garçon en 2005. La grossesse et l’accouchement se sont très bien déroulés. C’était un vrai bébé modèle ! Six mois après l’accouchement, j’ai commencé à ressentir des vertiges et j’ai perdu plusieurs fois connaissance. J’ai fait des examens sanguins : rien. Tout était normal, ce qui m’inquiétait car je ressentais toujours ces vertiges.

Je pars en vacances. Par hasard, je consulte un ostéopathe. Il me manipule et m’apprend que suite à l’accouchement, un des nerfs qui irrigue le cerveau s’est coincé. D’où mes malaises. Je respire ! Au sens propre et figuré !

Six mois plus tard, j’apprends que je suis enceinte, pour l’anniversaire d’un an de mon garçon. Nous étions très contents. Ma grossesse s’est bien déroulée, un peu plus de fatigue puisque le papa était sur Paris pendant 4 mois et que j’ai dû souvent porter mon petit pour monter nos quatre étages jusqu’au 8 mois de grossesse… A part ça, tout s’est bien passé.

Le jour de l’accouchement est arrivé (le même jour que l’anniversaire du papa qui a dû, dans la journée, faire un aller-retour sur Paris de 1200 km !) Bref, ma petite fille est arrivée très vite : on m’a posé la péridurale en catastrophe à 8.5 cm de dilatation. Au moment de l’expulsion, les SG s’y sont mises à plusieurs pour sortir mon bébé, je commençais à m’inquiéter un peu car je les voyais toutes forcer sur ses petits bras… Et finalement, ma fille est arrivée sur mon ventre !

Les trois premières semaines, c’était un bébé calme. J’étais rassurée… moi qui avait eu une grossesse assez mouvementée. Par la suite, des pleurs, sans cesse… Je devais la maintenir constamment au sein. Environ 15-20 tétées par 24 heures ! J’ai acheté une écharpe de portage pour pouvoir m’occuper de mon garçon, de la maison… Notre petite dormait finalement au sein dans notre lit alors que mon grand a fait ses nuits à 6 semaines ! Et puis, j’ai commencé à avoir des doutes au niveau de ses bras : je n’arrivais pas à les lever. J’ai demandé au pédiatre… « Non, non tout va bien. » Bon… J’ai évoqué la fréquence des tétées… « Avec l’âge, elle va se régler. » Bon… J’essayais de m’adapter à ce bébé, mais je n’y arrivais pas. Elle continuait à pleurer si elle n’était pas au sein.

Puis, un incident est arrivé. Agée de 2 mois, elle pleurait sans cesse dans la voiture (comme d’habitude car elle n’était pas au sein, les trajets étaient d’ailleurs devenus infernaux). Je me suis garée et je l’ai prise dans mes bras. Et là : plus rien. Elle a perdu connaissance. Ce n’était pas un spasme du sanglot (mon fils en a fait pendant 1 an). Je lui ai crié son nom, prise contre moi, j’ai respiré fort pour qu’elle calque sa respiration sur la mienne. Cela a duré une dizaine de secondes. Elle est revenue à elle. J’ai appelé les urgences, ils lui ont fait une série d’examens (neuro, cardio, etc.), ils m’ont parlé de MSN. Bref, l’horreur pendant 24 heures. Ils m’ont dit que cela pouvait revenir, qu’on ne pouvait rien y faire. J’ai adoré cette réponse…

La vie a repris son cours, avec la vingtaine de tétées quotidiennes, les nuits courtes, un grand bébé qui demande de l’attention, la gestion d’un quotidien… J’étais exténuée ! Ma fille allait avoir 4 mois quand je me suis décidée à l’emmener chez l’ostéopathe. Révélation : en me prenant ma petite des bras, l’ostéopathe a immédiatement remarqué qu’elle avait les bras, la nuque et le dos bloqués… Puis, elle remarqua que son sternum était complètement fermé (ce qui expliquait son malaise).


Bref, une autre vie a commencé après cette consultation. Ma fille a 1 an, elle est devenue du jour au lendemain un bébé avec des pleurs normaux, des fréquences de tétées normales : elles est passée de 20 à 5 tétées par jour. Je l’ai allaitée avec plaisir jusqu’à ses 11 mois. Que du bonheur pour nous deux !

Voir Aussi

Je ne cesse d’en parler autour de moi car je suis certaine que cela peut résoudre beaucoup de problèmes chez un petit bébé (et jeune maman) de consulter un ostéopathe. Nous consultons désormais une fois par an, et c’est assez surprenant… Par contre, bien vérifier que l’ostéopathe est agréé et possède les diplômes requis.

Bon courage à toutes en espérant que mon expérience vous aide dans votre vie de jeunes mamans !

Haude, 30 ans
Maman de Hugues, 2 ans et demi et Sophie, 1 an


Voir les commentaires (0)

Laisser votre commentaire