Neufmois.fr » La CommunautĂ© » TĂ©moignage » Une jolie petite poupĂ©e toute ronde !

Une jolie petite poupée toute ronde !

J‘ai eu une grossesse normale, je suis passĂ©e par les nausĂ©es, les petits tracas, les aventures de semaines en semaines, qui changent en fonction de mon Ă©tat. Mon corps a trĂšs bien rĂ©agi Ă  la grossesse, j’ai pris de bonnes hanches et mon bassin Ă©tait tout Ă  fait large, et j’affichais 23 kilos supplĂ©mentaires Ă  la pesĂ©e. Vive les petites filles !

Janelle Ă©tait Ă©galement un bĂ©bĂ© trĂšs actif, elle bougeait bien et savait me rassurer quand je le lui demandais, en me montrant qu’elle Ă©tait bien toujours lĂ  avec moi. Mon homme et moi avons fait l’haptonomie, mais nous ne l’avons pas terminĂ©e, car les sĂ©ances Ă©taient Ă  plus de trente minutes de voiture et que sur la fin, je ne me sentais plus capable de conduire aussi longtemps toute seule- mon homme Ă©tant dĂ©jĂ  sur place, travaillant Ă  cĂŽtĂ© du cabinet de la sage-femme.

Donc, je suis allĂ©e Ă  cette visite gynĂ©cologique Ă  l’hĂŽpital en n’ayant pas vraiment fait mes sĂ©ances de prĂ©paration Ă  l’accouchement avec le futur papa, sachant que Janelle Ă©tait en siĂšge depuis le sixiĂšme mois de grossesse et n’avait jamais changĂ© de position depuis.

AprĂšs m’avoir finalement convaincu lors de ma visite prĂ©cĂ©dente qu’un accouchement par voie basse Ă©tait tout Ă  fait possible puisque mon bassin avait les mensurations idĂ©ales, j’arrivais confiante Ă  l’hĂŽpital pour cette visite que j’espĂ©rais fructueuse en renseignements au sujet de mes contractions, que je savais un peu faiblardes pour un travail imminent. J’Ă©tais quand mĂȘme pressĂ©e d’accoucher car cette fin de grossesse devenait trĂšs pĂ©nible pour moi et commençait vraiment Ă  influer sur mon moral.

C’est donc un mardi que nous nous sommes prĂ©sentĂ©s Ă  cette visite.
Le gynĂ©co a fait une Ă©chographie. Le rythme cardiaque de Janelle est bon, mais elle n’a toujours pas montrĂ© sa tĂȘte prĂšs du col. Mon col, quant Ă  lui, Ă  la forme olympique, toujours long et bien fermĂ© Ă  12 jours du terme, et mes contractions sont de la rigolade, si bien que de toute façon, je ne les sens mĂȘme pas !

Par contre, un hic: Janelle a vraiment bien grossi ces derniers 10 jours, le gynĂ©co l’estimerait bien Ă  3 kg 900 ! La panique ! Le gynĂ©co dit qu’à son avis, c’est risquĂ© de laisser faire un accouchement naturel avec un poids pareil. Elle a un beau bidon en plus la petite poupĂ©e. Mon gynĂ©co est donc trĂšs sceptique et dĂ©cide de me proposer la cĂ©sarienne.

Le papa et moi Ă©tions d’accord pour une cĂ©sarienne de toute façon, dans l’intĂ©rĂȘt de la petite, qui souffrirait bien moins Ă  l’accouchement. Un siĂšge dĂ©complĂ©tĂ© de presque 4 kilos,
 la dĂ©cision fut immĂ©diate. Le gynĂ©co prend donc son carnet pour nous programmer cela. En plaisantant, je lui dis, « pour demain ? », et je ne croyais pas si bien dire car il m’a rĂ©pondu, « non pas demain car je ne serai pas lĂ , mais aprĂšs demain ça vous va ? Vous entrez demain soir Ă  la maternitĂ© et jeudi matin, votre fille sera nĂ©e. »

La panique ! Deux jours seulement Ă  attendre, moi qui rĂąlais depuis des semaines ! Mais je ne mettais pas prĂ©parer Ă  une arrivĂ©e si rapide ! Rien ne va jamais dans la tĂȘte d’une femme enceinte.

Donc, le papa et moi dormons Ă  peine la nuit suivante (pour moi, ça ne changeait rien puisque de toute façon, ça faisait dĂ©jĂ  des mois que je faisais des nuits quasi blanches), et je prĂ©pare ma valise du mercredi. Je laisse le chien Ă  mon collĂšgue de travail, et c’est mon pĂšre qui m’accompagne Ă  l’hĂŽpital. Il faut avouer que mĂȘme si j’acceptais pleinement la cĂ©sarienne, je l’apprĂ©hendais aussi car je savais que j’allais certainement pas mal en souffrir physiquement
 J’y suis donc allĂ©e Ă  « petits pas », psychologiquement cette fois. Chaque chose en son temps. La nuit passe (toujours pas trĂšs bonne), le matin arrive et le papa aussi. Janelle gigote toujours aussi bien, mais elle ne sait pas encore que dans quelques heures, elle va dĂ©couvrir notre monde.

Nous attendons. A priori, le bloc a un peu de retard. Et puis, ça y est ! Les infirmiĂšres arrivent pour me descendre, moi et mon gros ventre. LĂ -bas, on me passe des perfusions, puis on me guide au bloc. J’y rencontre l’anesthĂ©siste, un mĂ©decin trĂšs sympa qui vient du nord, comme moi ! Il me met Ă  l’aise, j’en ai besoin, surtout que ça va faire 20 minutes que j’ai de vraies contractions qui me prennent dans le dos et je douille vraiment. Tout le monde est trĂšs sympa dans ce bloc. Mon apprĂ©hension est Ă  son comble, mais on rigole bien !

Ça y est, on me passe l’anesthĂ©sique en rachis, et le produit agit trĂšs vite. Ça me fait un drĂŽle d’effet, je commence Ă  rire, vraiment, le gros fou rire; je ne peux plus bouger les orteils, je ne sens plus mes jambes. Ça me fait trĂšs bizarre. Ma tension chute, puis remonte, tout est OK,
 les chirurgiens commencent le travail. Les infirmiĂšres me tiennent au courant des Ă©vĂšnements au fur et Ă  mesure. Elles me disent qu’ils ont incisĂ©, et je demande, stoĂŻque: « Ah bon ? Mais je n’ai rien senti ! »

Je sens le haut de mon ventre gigoter et je me retiens de rire encore, puis ça y est, je l’entends enfin, c’est son premier cri ! Ils me la posent tout de suite prĂšs de mon visage et je dĂ©couvre enfin le visage de ma fille ! Elle est belle ! Elle a plein de cheveux blonds vĂ©nitiens, avec des reflets auburn. Elle est un ange !

Je l’embrasse, je la respire, et puis ils l’emmĂšnent prĂšs du papa et je pleure pendant que les chirurgiens me recousent. Je me fais rouspĂ©ter pour arrĂȘter de remuer le ventre, car je les empĂȘche de travailler. Ils m’emmĂšnent en salle de rĂ©veil, tout s’est bien passĂ©. Je me fais charrier par les infirmiĂšres pour avoir dĂ©clarĂ© plusieurs fois que « C’Ă©tait merveilleux, que je ne sentais rien ! »

Puis, ils me l’amĂšnent en salle de rĂ©veil, toute bien habillĂ©e et elle prend le sein toute seule, elle tĂȘte trĂšs bien, c’est dĂ©jĂ  une championne, elle est trĂšs dĂ©gourdie notre fille ! Janelle est nĂ©e le 8 novembre Ă  11h25. Elle pesait 3kg 750 pour 49 cm.
Et oui, c’est toujours un ange !

À lire absolument

Laisser un commentaire